JOURNEE INTERNATIONALE DE LA MUSIQUE : Sous le signe du recueillement et de l’introspection

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

L’humanité a célébré le 21 juin 2020, la Fête internationale de la musique, une initiative de  Jack Lang, ancien ministre français de la Culture, en 1982. Cette fête, placée sous le thème:  «Tous ensemble pour la musique», vise à promouvoir la musique sur toutes ses formes.

L’événement qui s’est célébré dans la méditation pour cause de pandémie de la COVID-19 a permis au Gouvernement, par le biais du ministre de la Culture et des arts, Dieudonné Moyongo, de faire une communication dans laquelle il a exhorté la communauté musicale à ne point se relâcher, à ne point perdre espoir face à cette pandémie.

Le ministre de la Culture et des arts s’est incliné tout d’abord devant les mémoires des musiciens emportés par le coronavirus, à travers le monde, avant d’adresser ses félicitations aux artistes-musiciens congolais pour leur implication dans la politique de riposte contre la COVID-19: «En cette 38e édition (de la fête de la musique, Ndlr), le monde entier traverse malheureusement une situation dramatique, inédite, caractérisée par la pandémie du Coronavirus (COVID-19). Il a fauché des vies par centaines de milliers, au nombre desquelles figurent des artistes emblématiques tels Manu Dibango et notre compatriote, Aurlus Mabélé, le roi du soukous. C’est ici l’occasion de nous incliner devant leurs mémoires, ainsi que celles de nombreux autres musiciens de par le monde emportés par les flots implacables du Coronavirus.»
Louant par la suite l’accompagnement des pouvoirs publics par les artistes-musiciens, à travers leurs œuvres, «dans cette atmosphère anxiogène et traumatisante que nous impose la pandémie du Coronavirus, nos artistes, par des œuvres inspirées, accompagnent l’effort des pouvoirs publics dans la sensibilisation.
A travers leurs chansons, ils participent à l’éducation des populations et à leur conscientisation sur le respect des mesures barrières édictées par les autorités en vue de casser la chaîne de contamination. (…) Leurs prestations artistiques produites dans des conditions extrêmement difficiles véhiculent, de façon admirable, le message de la prévention contre le Coronavirus. La République reconnaissante, par ma voix, leur adresse de sincères félicitations.»
Les musiciens congolais décédés depuis la précédente célébration de la fête de la musique jusqu’à ce jour ont également reçu l’hommage du ministre de la Culture et des arts. «La présente communication m’offre l’occasion de rendre un hommage posthume à Fernand Mabala qui nous a quittés depuis la dernière célébration. De même, nous nous inclinons devant les mémoires de Dieudonné Samba, alias Sambadio, et d’Yves Sounda, alias Yves Saint Lazare. Par ailleurs, nous rendons un suprême hommage au patriarche Ganga Edo, entré au panthéon de la musique congolaise, et dont la longue et féconde présence sur scène a bercé tant et tant de générations au travers de la rumba, danse et genre musical dont notre pays, conjointement avec la République Démocratique du Congo, a demandé, depuis le 25 mars 2020, l’inscription sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.»
A cause du Coronavirus, a précisé le ministre de la Culture et des arts, «cette fête de la musique, édition 2020, constitue, pour nous, un moment de recueillement et d’introspection, puisque le mal redoutable continue de sévir sournoisement et dangereusement autour de nous. Je demande à la communauté musicale de ne point se relâcher et de ne point perdre espoir car, aussi longue et terrible que sera la nuit du Coronavirus, le soleil de la santé reparaîtra un jour pour notre plus grande jubilation», a-t-il rassuré.

Alain-Patrick
MASSAMBA

Informations supplémentaires