Hommage : Papa Wemba, la grandeur dans l’humilité

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Abidjan, en Côte d’ivoire. Le 24 avril 2016, s’est éteint Papa Wemba. Ce jour restera une date inoubliable aussi bien pour sa famille, ses amis que ses mélomanes éparpillés à travers le monde.Jules Shungu Wembadio Pene Kikumba, alias Papa Wemba, est une figure majeure de la musique africaine. Cette affirmation a des airs d’évidence, évidence pour tous, y compris pour ceux qui l’ont combattu, hier et aujourd’hui, signe que par-delà les chapelles, les polémiques, Papa Wemba, Nkolo histoire, le Mwalimu, appartient à l’histoire de la musique africaine et de la world music.


Les Congolais des deux rives du fleuve Congo, en particulier, les Africains et le monde entier, en général, le temps faisant son œuvre, mesurent mieux qui était Papa Wemba et ce qu’ils doivent au fondateur de Viva La Musica, le M’zée fula-ngenge. Bien sûr, tous ne savent pas que Papa Wemba, artiste très éclectique et créatif, a introduit dans la musique du monde le «Lokolé», instrument traditionnel des Batétéla taillé dans un tronc d’arbre et sur lequel on joue avec deux bâtons. Cet instrument confère à la rythmique de l’orchestre Viva La Musica une sonorité particulière, laquelle fonde on ne peut plus son identité et, émerveille fort bien les fans de Viva la Musica. De même, les femmes se souviendront longtemps de l’hommage qu’il leur a rendu, en tant qu’amante, mère et épouse, à travers ses chansons (Eliana, Chouchouna, Maman, Phrase…)
Pourtant, dans le cœur des Congolais des deux rives, des Africains et des mélomanes du monde entier, demeure ce qui est plus fort que tout: le sentiment d’un homme disponible dont la dimension humaine, largement inspirée par les difficultés qu’il a rencontrées dans sa vie et les souffrances des autres, se caractérisait par sa simplicité, son ouverture d’esprit et la forte sensibilité sociale; un homme de légende qui a exalté et fait vivre les valeurs d’unité, d’amour, de paix (Esclave) et qui, surtout, a aimé l’art, en l’occurrence la musique. Le courage, le regard qui va loin au-delà de la R.d. Congo. «Je souhaite pousser ma carrière musicale aussi loin que les rayons du soleil», déclarait-il, à Disco magazine, une revue de musique éditée en noir et blanc au Zaïre, sous le règne de Mobutu et dans «Analengo». La capacité de dire non. Papa Wemba a su dire non à Verckys, qui tenait à avoir sous son emprise les musiciens zaïrois qui émergeaient.
Papa Wemba s’en est allé vers la maison du Père. Reste que le temps des grands desseins demeure qui justifie d’autres défis, d’autres éclats, d’autres élans: rassembler, incarner la Nation, faire aborder la rumba à de nouvelles rives, et les talents y sont. Permettre aux rêves de se mêler à la vie. Papa Wemba a su le faire: rêve de pousser plus loin sa carrière musicale que les rayons du soleil, rêve de mourir sur scène, à l’instar de Molière, rêve d’être reçu un jour par le Pontife, rêve d’une musique ouverte où circulent sans frontières des savoirs, des savoir-faire, des personnes. Le Kuru a chanté non seulement avec des grandes figures de la musique internationale, comme Peter Gabriel, Manu Dibango, Youssou Ndour, Césaria Evora, Ophélie Winter… mais aussi avec ses frères et sœurs de la R.d. Congo: J.B. Mpiana, Werrason, Tshala Mwana, Barbara Kanam, Buketsu 1er, lors de sa tournée en Europe;  de la République du Congo : Rapha Boundzéki, Roger Lutin, Guy Guy Fall (J.P Walter in Nkunzi Nlélé); de l’Afrique…Il a fait participer des «chégués» (enfants de la rue) à certains de ses concerts à Kinshasa, témoignant ainsi de son humanisme sans exclusif, c’est-à-dire ne dédaignant  personne.   
En définitive, le message que nous laisse Papa Wemba, le vieux Mangokoto, reste un appel, un appel à nous dépasser, un appel à vivre les fondamentaux de nos valeurs ancestrales sans honte aucune (Cf. Logembo, dans son album Ba zonkion), à réaliser nos rêves; un appel à dépasser les clivages, les frontières sans perdre son identité.
Papa Wemba, Bakala Dia kuba, 100% star, tu as su être grand dans l’humilité. Quelle noblesse!
Dans l’univers musical qui continue sans toi, tu vibreras pendant des millénaires.
Papa Wemba a été inhumé mercredi 4 mai 2016, au cimetière Nécropole entre ciel et terre, à Kinshasa, après un hommage à la dimension de sa renommée.
Adieu l’artiste! Que ton âme repose en paix et que brille à tes yeux la lumière sans déclin.

Viclaire MALONGA