Coup d'oeil en biais

Avenue Loutassi : l’exemple de routes qui font honte à Brazzaville

Note utilisateur:  / 0

Ce qu’on voit sur l’avenue Loutassi, notamment le tronçon entre le passage à niveau du CFCO et la station-service Total, se passe de tout commentaire. La route est en état de dégradation avancée depuis plus d’une année. Les pluies l’ont transformée en circuit de rallye. Des ornières s’y sont creusées. Elles n’ont d’égale que l’indifférence des pouvoirs publics face à cette situation. La circulation est fortement perturbée à cet endroit. Mise au programme, la réhabilitation ou la reconstruction de ce tronçon, fermé un moment, n’a jamais connu un début d’exécution. Pourtant, c’est une affaire de moins de 300 mètres!

Grogne des tenants de kiosques Mobil Money face à la baisse des commissions

Note utilisateur:  / 0

Les merchants du Congo sont mécontents de la baisse unilatérale des commissions relatives aux transaction financières par Mobil Money décidée par l’opérateur de téléphonie mobile MTN. Pour le dépôt, ces commissions sont passées de 1 à 0,7%, soit 70 francs CFA pour un dépôt de 10.000 francs CFA en juin 2019, puis à 0,5% en décembre 2019, enfin à 0,4% en juin 2020. Pour le retrait, la commission est passée de 1 à 0,8%. Les merchants protestent contre cette cure qui ne leur permet plus de supporter certaines charges. Au cas où leur revendication n’est pas prise en compte, ils menacent de boycotter ou de cesser leur collaboration.

Brazzaville, sixième ville la plus chère en Afrique

Note utilisateur:  / 0

Depuis des décennies, la vie dans la capitale congolaise a toujours coûté cher. Ce que confirme le rapport 2020 du cabinet américain Mercer, spécialisé dans le classement des villes du monde, en termes de coût de la vie, cette fois pour les expatriés. Brazzaville est dans le Top 10 des villes les plus chères en Afrique. Elle se classe sixième (tout juste derrière Abidjan en Côte d’Ivoire) en Afrique et quarantième dans le monde sur 209 villes évaluées. En Afrique centrale, Brazzaville est derrière Ndjamena (1er), Kinshasa (3e) et Libreville (4e), mais devant Bangui (8e) et Yaoundé (9e). Pour établir son classement, Mercier s’est basé sur plusieurs critères, parmi lesquels le coût du logement, du transport, de l’alimentation, de l’habillement, des articles ménagers.

 

Les taxis-motos réduits à travailler dans la clandestinité

Note utilisateur:  / 0

Pendant le confinement, la crise sanitaire a jeté dans les rues des chômeurs qui ont enfourché leurs motos et décidé de se faire taxi pour arrondir leurs fins de journées difficiles. Il n’y avait pas que des chômeurs, des fonctionnaires civils et militaires étaient aussi aux commandes de ces engins à deux roues, signale-t-on. La course étant taxée à 1000 voire 1500 francs CFA selon la distance, et une recette journalière variant entre 25 ou 30.000 francs CFA, nombreux n’ont pas voulu rater l’aubaine. On a cru qu’avec le déconfinement, les taxis-motos vont disparaître. Il n’en est rien ! Les faux taxis travaillent maintenant avec des rabatteurs, sachant que leur activité est illégale.

L’angoisse des populations du village Koulombo

Note utilisateur:  / 0

L’armée angolaise, opposée aux rebelles du Front de libération de l’enclave du Cabinda (FLEC), ça recommence. Les deux forces belligérantes ont recommencé à inquiéter la population de Koulombo, un village congolais du district de Tchiamba-Nzassi (département de Pointe-Noire). Le dimanche 7 juin dernier, les habitants de ce village, à la frontière avec le Cabinda, ont été surpris par l’incursion des militaires gouvernementaux angolais. Ces derniers auraient tué deux Congolais, le chef du village et son secrétaire général. Il semble que c’est une vengeance aveugle, après la découverte dans ce village d’un policier angolais tué, fin mai, probablement par les troupes rivales du FLEC. Cette situation n’arrange pas les pauvres paysans de Koulombo

Informations supplémentaires