Trois bus brûlés sur la route lourde, dans le Pool, et deux militaires tués

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Alors que la force publique y assure une sécurité accrue, avec de nombreux bouchons militaires tout le long de la traversée du Département du Pool, la route lourde reliant Brazzaville à Pointe-Noire a enregistré de nouveau une attaque sanglante des hommes armés, notamment les ninjas-nsiloulou du pasteur Ntumi, le vendredi 26 mai 2017. Deux grands bus de voyageurs appartenant à des sociétés privées (notamment Océan du Nord et Trans route Congo) et un moyen de type Toyota Coaster, ayant quitté Brazzaville et en partance pour Pointe-Noire, ont été arraisonnés par un groupe de miliciens qui les a contraints à emprunter une bifurcation carrossable entre les villages Ngandouboudzoua et Ngamanzambala (Districts de Mindouli et Mayama). Ils ont rançonnés tranquillement les passagers (dont un aurait perdu une somme de six millions de francs Cfa), violé trois jeunes femmes (dont une élève candidate au bac qui partait à Pointe-Noire), avant de mettre le feu sur les trois véhicules qui ont été complètement calcinés. Deux jeunes militaires en uniforme, se trouvant à bord de l’un des trois bus, ont été tués. Deux jours après, les images des bus calcinés ont été diffusées dans les réseaux sociaux, accompagnées d’un communiqué vantant cette attaque armée et promettant d’autres. De même, les photos des jeunes militaires tués ont été aussi postées sur facebook, avec des commentaires rebelles. Apparemment, les groupes armés qui agissent ainsi communiquent, par téléphone mobile, avec des complices au départ des bus, pour coordonner leurs attaques. En tout cas, la facilité avec laquelle ils agissent est déconcertante. La force publique ne faisant que le médecin après la mort.