La communauté internationale plus préoccupée par la crise en R.D.C

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

C’est, en tout cas, le sentiment qu’ont certains Congolais, quand on regarde comment les choses se passent dans les deux pays voisins. Dès la fin du dialogue initié par le président Joseph Kabila, en République Démocratique du Congo, l’Union européenne, la France, la Belgique et les Etats-Unis d’Amérique ont exprimé leur insatisfaction par rapport aux conclusions dudit dialogue. Ces pays et institutions insistent et militent pour la tenue d’un dialogue inclusif, ce qui sous-entend avec la participation de l’opposition ayant boycotté le récent dialogue. Le Congo-Brazzaville s’était retrouvé dans la même situation, il y a plus d’un an, à l’occasion du dialogue de Sibiti, mais la communauté internationale n’avait pas bronché. Ensuite, depuis la recrudescence de la violence dans certains districts du département du Pool, leur silence se fait de plus en plus lourd sur la crise du Congo-Brazzaville. Aucune initiative, aucune déclaration de la France, de l’Union européenne, de l’Union africaine, de l’O.n.u (Organisation des Nations unies), bien que, un moment, la communauté internationale a encouragé l’initiative d’un dialogue inclusif. Mais, depuis, elle s’est tue. Pour secouer le cocotier, une partie des Congolais résidant en France, a organisé, samedi 22 octobre 2016, à Paris, une manifestation pour décrier le silence de la communauté internationale sur la crise du Congo. Pour certains Congolais, la détérioration actuelle de la crise du Pool est aussi le résultat d’un manque d’attention suffisante de la part de la communauté internationale.

Informations supplémentaires