Les éléphants mieux protégés que les hommes dans la Lékoumou?

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Les habitants de Bambama, un district du département de la Lékoumou, stigmatisent la destruction massive et continue de leurs plantations par les éléphants. Les villageois craignent, aussi, la famine dans leur district, si rien n’est fait pour mettre hors d’état de nuire ces pachydermes. Selon eux, les éléphants ont déjà détruit plusieurs hectares de plantations, notamment des bananiers et d’autres cultures vivrières. Mais, les autorités locales ne trouvent pas encore la solution qui conviendrait au problème de ces éléphants qui sont en train de décimer les plantations. Comme rien n’est fait, les paysans ont le sentiment que les pouvoirs publics privilégient les animaux de la forêt au détriment des populations humaines. Ils sont, donc, impuissants, craignant la répression des pouvoirs publics au cas où ils essayeraient de tuer ces animaux dévastateurs. Comment les empêcher de ravager leurs plantations? C’est un casse-tête, pour les paysans. Dans leur déclaration, ils exigent du gouvernement la réparation des préjudices subis, suite à la dévastation de leurs plantations par les troupeaux d’éléphants. Le Ministère de l’économie forestière fermera-t-il, encore, longtemps les oreilles à leurs lamentations?

Informations supplémentaires