Au secours des opposants congolais arrêtés dans le pays

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Quatre organisations de défense des droits de l’homme, notamment Amnesty international, l’O.c.d.h (Observatoire congolais des droits de l’homme), l’A.d.h.u.c (Association pour les droits de l’homme et l’univers carcéral), le R.d.p.h (Rencontre pour la paix et les droits de l’Homme) demandent au gouvernement congolais de mettre fin à la vague croissante d’arrestations des opposants, suite à l’élection présidentielle. «Les autorités de la République du Congo doivent libérer, sans condition, les opposants politiques détenus pour avoir pacifiquement critiqué le déroulement des récentes élections présidentielles, mettre fin aux arrestations et détentions arbitraires et prévenir toute répression des manifestations pacifiques», ont déclaré ces O.n.gs. Face aux critiques des O.n.gs et celles du département d’Etat américain, après l’annonce des résultats officiels de l’élection présidentielle, le gouvernement congolais répond qu’«il n’y a pas d’arrestations politiques».

Informations supplémentaires