L’écrivain Alain Mabankou renvoie les politiciens congolais dos-à-dos

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

L’écrivain congolais Alain Mabanckou a appelé, vendredi 20 novembre 2015, le président Denis Sassou-Nguesso, à ne pas s’accrocher au pouvoir, malgré la nouvelle Constitution qui l’y autorise. Il a aussi fustigé l’attitude de l’opposition qu’il juge discréditée. «Dans l’intérêt du Congo-Brazzaville, le président Denis Sassou-Nguesso ne doit pas se représenter pour un autre mandat. Je pense qu’il faut qu’il favorise une transition vers une nouvelle génération», a-t-il expliqué à l’A.f.p (Agence France Presse), en marge d’une interview consacrée à son nouveau roman «Petit piment». Mais, l’auteur s’en est aussi pris,  vertement, à l’opposition congolaise qu’il considère comme «la plus bête du monde, car elle ne sait pas ce qu’elle veut; elle vit aux dépens du gouvernement, donc sa parole n’est pas forcément légitime», rapporte l’agence française. «L’opposition a pris en otage la jeunesse congolaise. Elle a menti, elle a fait croire que son heure était venue de gouverner et a emmené les jeunes dans la rue. Puis, quand ça a commencé à crépiter, l’opposition s’est cachée et a laissé la jeunesse congolaise sous les balles», a dénoncé le célèbre écrivain, qui a souligné qu’il parlait «en tant qu’écrivain et en tant que Congolais, et pas en tant que candidat à quoi que ce soit».

Informations supplémentaires