Sélectionner une page

Ils seront 7 !

Ainsi donc, comme les mousquetaires d’Alexandre Dumas, ils seront sept ! Ils seront sept candidats pour la présidentielle du 21 mars prochain. Le Conseil constitutionnel n’a écarté qu’un candidat sur les 8 qui avaient manifesté leur désir à prendre part à la course. Les sept sont censés avoir satisfait aux différentes conditions, dont une caution de 25 millions de francs non remboursables, un certificat médical et un certificat de moralité fiscale pour venir à notre assaut pour que nous choisissions l’un d’eux comme notre prochain président de la République.
Les différents départements se sont prononcés, et le Pool l’a fait samedi dernier à Kinkala: le favori des candidats, c’est le président actuel. Lui seul, ont-ils dit, connaîtrait suffisamment les rouages de la vie nationale et les différents candidats pour continuer à assurer une vie sans secousse au Congo, en lui apportant un soutien financier s’évaluant à plusieurs millions de francs. L’opinion est d’avance convaincue qu’il n’y a pas d’enjeu; il n’y aura pas match. Denis Sassou-N’Guesso est le vainqueur programmé !
Inutile de perdre le temps à chercher à savoir si cette victoire sera obtenue à la loyale. Dans notre agir et notre sentir congolais, nous minimisons les chemins de traverse par lesquels passe un candidat vainqueur et ne voir que l’avenir immédiat. Le pays attend que tout cela se passe et qu’il renoue avec la vie de tous les jours faits des nombreux défis à surmonter : les bidons jaunes pour l’eau qui ne coule plus dans les robinets, les groupes électrogènes cracheurs de fumées pour avoir une électricité un tant soit peu stable…
Puis la débrouille pour palier ce qui n’est plus : une santé assurée en qualité, des pensions qui ne tombent plus que de loin en loin, des bourses pour les étudiants qui ne sont attendues que lorsqu’elles arrivent, et un ressenti des mille et une difficultés dont on ne sait plus si le FMI pourra un jour nous aider à y mettre fin. Nous vivons d’espérances et de prières en une vie de miracles. Dans ce contexte, qu’ils soient sept ou huit, nos candidats ne pourront pas transformer du jour au lendemain notre vécu qui n’a presque plus de responsable unique désigné.
Nous irons aux élections le 21 mars. Nous aurons satisfait aux formalités retenues par les standards internationaux de démocratie. Nous aurons coché les cases des exigences de la communauté internationale, même si les ventres de la communauté nationale resteront vides. Même si les enfants de cette communauté nationale arrivent à 40 ans et «s’amusent» à transformer leurs diplômes inutiles en cornets d’arachide, tellement le travail manque et que même les jeunes formés versent dans l’informel.

Albert S. MIANZOUKOUTA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 333 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 333 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

23 avril 2021 18 h 25 min

Editorial

Dans l’attente

Dans quelques jours, ou dans quelques semaines». C’est ainsi que le Président de la République nous a annoncé la formation attendue du nouveau Gouvernement du pays. Dans son discours d’investiture le 16 avril dernier, au Palais du Parlement, le Président de la République s’est cru obligé de tempérer les attentes de tous ceux qui espèrent être ou rester ministres, sans se montrer plus précis dans les délais.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (173 772)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (82 512)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • Economie : Améliorer l’efficacité du système financier par la médiation (lasemaineafricaine) (54 854)
    Le secrétariat général du Comité national économique et financier (CNEF) du Congo a organisé mercredi 25 novembre dernier à Brazzaville, un séminaire sur la médiation financière. Les travaux ont été placés sous la présidence de Michel Dzombala, directeur national de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), secrétaire général du CNEF. Ce séminaire, qui […]

booked.net

Canal Plus Afrique

Nos Statistiques

  • 18
  • 10 774
  • 15 694
  • 391 880
  • 21 avril 2021