Sélectionner une page

Hommage à Pascal Lissouba par Christophe Moukouéké

Hommage à Pascal Lissouba par Christophe Moukouéké

Pascal! Ta retraite politique survenue dans un contexte politique dramatique, il y a deux grosses décennies, ta retraite avait plongé dans un deuil dont rien ne pourrait les consoler, ta famille, bien sûr, mais aussi tous ceux qui avaient placé en toi l’espoir du salut du pays : une bonne frange de l’élite cultivée, les petites gens du petit peuple besogneux de bidonvilles et des villages, et naturellement tes compagnons de lutte et toute ta famille politique. Le deuil de ta retraite définitive, ta disparition, vient s’ajouter à la cruauté du premier deuil.

C’est en leurs noms à tous que je prends la parole ici, pour te dire, dans les larmes, notre dernier adieu. Ta famille, tes amis, tes amis de lutte te pleurent. Mais au vrai, qui hommes ou femmes, dans toutes ces foules qui t’avaient adopté, ne te pleure?
Ta venue aux affaires et ton humanité dans la gestion des affaires publiques, ton respect des règles et des valeurs de l’Etat républicain, avaient rendu fierté et dignité à un peuple humilié par des décennies du pouvoir autocratique et injuste. Qui l’oublierait?
Pour chacun de nous, ta venue aux affaires fut promesse d’épanouissement personnel, garantie de sécurité psychologique et matérielle. De sorte que, à ton passage, la foule joyeuse, comme un cri de reconnaissance et de ralliement, te lançait «ya ba colère vé».
Hourra pour l’homme de paix. Et qu’est-ce donc que l’homme de paix, le démocrate n’aurait pas accompli pour son peuple tant aimé, si les ennemis de la paix et du peuple ne l’avaient empêché d’aller au bout de son rêve?
En avance sur la pensée politique de bien de ses collègues du Continent, il affirmait, devant son peuple un peu dubitatif, l’évidence du développement du pays par la science et la technologie qui sont, nous le savons après lui, le socle de la grandeur de toutes les sociétés industrialisées du monde; l’industrialisation d’un pays étant la conséquence du développement de la science et de la technologie et non d’abord les incantations des partis politiques.
Pascal, t’entendant, tes adversaires politiques qui n’ont pas ta clairvoyance et ton génie visionnaire te tournaient en dérision. Le chaos où ils ont mis le pays après toi, pour ne t’avoir pas compris, te donne raison, même à leurs yeux. Oui, avec ton départ, notre pays le Congo perd un de ses plus grands fils. Et pour la justesse de sa vision politique, la fierté de l’Afrique toute entière. Tu comprends donc, Pascal, l’immensité de notre chagrin. Reste donc, même dans le
silence du tombeau, la parole qui nous élève et oriente notre combat.
Pascal, aujourd’hui, la terre française de Perpignan t’accueille.
Mais ta terre, la terre congolaise, la terre de tes ancêtres, t’attend.

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

26 septembre 2020, 04: 09

Editorial

MUTATIONS?

Ni les quatre ans passés depuis les dernières élections, ni la période de confinement que nous venons de subir ne semblent avoir prise sur nous. Oui, nous nous plaignons bien des gênes occasionnées par les masques contre la COVID-19, dénonçons l’inutilité du couvre-feu nocturne, donnant à voir l’impossibilité à maintenir une distanciation dans les marchés, les guichets et les quartiers. Mais dans la réalité, l’impact profond que nous étions en droit d’attendre d’un tel chambardement du monde a du mal à se dessiner.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (22 413)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (10 157)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (7 084)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

booked.net

Nos Statistiques

  • 0
  • 32
  • 22 964
  • 1 923
  • 938
  • 3
  • 10
  • 1
  • 23 septembre 2020
tempus libero. venenatis, sit ante. risus. ipsum dapibus neque. velit,