Sélectionner une page

HOMMAGE À DOMINIQUE NGOÏE NGALLA : Cet homme libre était une référence. Pourra-t-il le demeurer?

HOMMAGE À DOMINIQUE NGOÏE NGALLA : Cet homme libre était une référence. Pourra-t-il le demeurer?

Le Professeur Dominique Ngoïe Ngalla a été brutalement arraché à notre amitié à 77 ans, le 17 octobre 2020 en France, dans un hôpital de Melun. Enseveli loin de sa terre, loin de Mandou, le village que l’un de ses poèmes a rendu célèbre. Nous sommes nombreux à désirer le retour de son corps au pays. Nous avons un véritable deuil à célébrer. Dominique laisse à ceux qui ont eu la chance de le connaître un grand vide; la qualité de sa présence, la clarté de son intelligence, l’étendue de sa culture, l’honnêteté de son regard sur les évènements et sur les gens, la rigueur de son travail de chercheur, d’historien et de professeur, le rayonnement de son sourire, l’élégance de sa courtoisie, l’humble simplicité de son amitié.

Il a été, pour plusieurs générations d’étudiants et il faut qu’il demeure pour les générations à venir, une référence.
Travailleur exigent et infatigable, il aura traversé en intellectuel librement critique nos temps troublés; celui des approximations révolutionnaires et de la récitation marxiste à l’Université et celui de la folle violence du «retour des ethnies»…armées, ce «chemin de la nuit».
La hauteur de son regard sur ces évènements et sa manière dégagée d’être simplement fidèle à lui-même font de lui un témoin incomparable de cette étape, malgré tout, fondatrice de l’histoire souvent chaotique du Congo indépendant.
Ses ouvrages doivent être réédités et disponibles dans nos bibliothèques. Ses nombreux textes dispersés dans divers périodiques, entre autres, La Semaine Africaine, il faudra les rassembler et les publier dans des éditions critiques.
Il y a des thèses à élaborer et à soutenir sur son approche éthique et culturelle de nos «essais» de démocratie.
Chrétien et même ancien séminariste, Dominique s’est aussi librement exprimé sur l’Eglise du Congo en termes souvent critiques, mais toujours stimulants. Son regard d’historien et de laïc (de baptisé) était vivement concerné par l’aventure missionnaire, par l’émergence contemporaine d’une Eglise et d’un clergé local et par l’inculturation de la liturgie chrétienne.
Dans un colloque universitaire organisé pour le centenaire de l’arrivée au Congo des sœurs de Saint Joseph de Cluny, il sut montrer qu’il y avait là de quoi écrire des pages décisives de l’histoire de notre pays. Il datait de son passage par la rude école des missionnaires son accession à une liberté de l’esprit qu’il considérait comme un privilège et à laquelle sa fidélité est demeurée toute sa vie la marque et le rayonnement de de sa personnalité.
En vérité, ce que Dominique nous laisse, c’est un chagrin, certes, mais ce n’est pas un vide. Il nous laisse un trésor, un champ à cultiver et à moissonner. Il y aura un travail à faire pour rassembler ses écrits, sa réflexion d’homme libre. Il faut que les générations à venir comprennent en le lisant, comment leurs aînés se sont essayés à la liberté (à l’indépendance) et à ce partage de la liberté en quoi consiste cette fameuse et introuvable démocratie. En quoi ils y ont réussi et en quoi ils y ont échoué. C’est à ce prix que le professeur Dominique Ngoïe Ngalla pourra, par la vertu de l’écrit, demeurer une référence pour une future élite à l’école de sa liberté.

P. Christian

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 134 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 134 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

25 novembre 2020 2 h 51 min

Editorial

Protestants en marche

Au bout d’un synode, une assemblée plénière des dirigeants et de ce que l’on qualifiera de forces vives, l’Eglise évangélique du Congo, EEC, a fini par refaire son unité. Pendant quatre jours, à la paroisse de Makélékélé Matour de Brazzaville, nos sœurs et frères protestants ont lavé leur linge sale en famille, passé en revue les écueils à une annonce fluide de la Parole du Salut, tracé les lignes d’un futur rempli de moins de scories.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (47 171)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (21 039)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (17 622)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 0
  • 153
  • 2 262
  • 53 170
  • 18 novembre 2020
libero ut commodo suscipit velit, vulputate, justo risus leo id