Sélectionner une page

handicap : Former la personne sourde pour la sortir de la pauvreté

handicap : Former la personne sourde pour la sortir de la pauvreté

L’humanité commémore la Semaine mondiale des sourds la dernière semaine du mois de septembre. Au Congo, l’édition de cette année a donné lieu du 23 au 29 septembre 2020 à une conférence sur le thème: «Gagne ton procès», organisée par l’Organisation nationale des personnes devenues sourdes du Congo (ONAPEDSCO) dans cinq villes.

Vue des participants à la conférence

Ces conférences ont été lancées à Brazzaville par la présidente de l’organisation, Mme Roseline Ouenabio.
L’ONAPEDSCO est une association apolitique non professionnelle créée en décembre 2013. Elle œuvre à l’épanouissement socio-professionnelle des malentendants et lutte contre toutes formes de stigmatisations à leur égard. C’est la 7e année que l’association organise des séries de conférences à l’endroit de cette couche sociale dans le but de l’éveiller à la lutte contre le chômage et partant, contre la pauvreté. Les villes sélectionnées cette année sont: Brazzaville, Kinkala (département du Pool), Nkayi (Bouenza), Dolisie (Niari) et Pointe-Noire.
La cible de cette conférence était constituée des diplômés sans emploi, handicapés-sourds, filles-mères, orphelins et enfants abandonnés. «Nous avons choisi cette catégorie parce que dans le plan de nos actions nous recevons souvent ces personnes. Pour le cas des diplômés sans emploi, il y a ceux qui viennent nous solliciter pour devenir enseignants spécialisés. Nous avons aussi, par exemple, cette fille qui est une enfant abandonnée, qui interprète notre communication en langue de signes qu’elle a apprise chez nous, et aujourd’hui elle fait ses cours avec les sourds et assure aussi la traduction. C’est aussi un moyen de promouvoir l’emploi», a dit la présidente de l’ONAPEDSCO.
Elle a justifié le thème choisi «gagne ton procès» en ces termes: loin d’être un procès judiciaire «il s’agit du procès contre la pauvreté. Une difficulté qui frappe la personne entendante et doublement les personnes vivant avec la surdité. Depuis 2016, nous employons des sourds qui travaillent et sont capables de gagner leur vie. Nous nous engageons à poursuivre notre politique, afin de créer aussi des emplois pour les entendants, en leur apprenant la langue de signes», a-t-elle fait savoir.
Pour Mme Roseline Ouenabio, comme pour toute personne, la formation est primordiale pour les sourds puisque c’est par elle que passe le développement. Aussi a-t-elle exhorté les parents à prendre conscience pour assister les enfants dans leur formation. «Ce n’est pas parce que l’enfant a un handicap que vous le négligez. Entourez-le de votre affection pour promouvoir son essor. Si mes parents m’avaient abandonné, je ne serai pas capable de créer des centres de formation. Notre association possède deux écoles spécialisées et deux centres de formation qui scolarisent gratuitement. Malheureusement, nous peinons à trouver les fonds pour le fonctionnement de ces structures», a-t-elle expliqué, avant de lancer un appel à toute personne de bonne volonté pour soutenir l’association à l’orée de la rentrée scolaire 2020-2021, pour que les apprenants et encadreurs soient à l’abri des premières nécessités.
La conférence organisée à Brazzaville a été assortie d’une exposition d’articles fabriqués à l’aide de raphias par l’ONAPEDSCO, question de susciter des vocations en artisanat sur des matériaux locaux. Le handicap n’est pas une fatalité. «Vous devrez vous battre pour vous épanouir. Si je n’avais pas fourni des efforts, je ne serais pas aujourd’hui promotrice des centres de formation», a-t-elle conclu.

Esperancia
MBOSSA-OKANDZE

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 279 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 279 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

25 février 2021 13 h 50 min

Editorial

Un coup K.O. ?

Si les choses restent en l’état, la prochaine élection présidentielle, en mars, aura tout d’une consultation sans grand enjeu. La décision annoncée par l’UPADS, de ne présenter aucun candidat à cette échéance électorale et de n’en soutenir aucun, pourrait ôter tout son crédit à cette consultation majeure. Ce serait même pire qu’un boycott électoral. Car la plupart des grands leaders de l’opposition ont fait savoir leur refus d’aller au vote.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (120 464)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (53 503)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • Economie : Améliorer l’efficacité du système financier par la médiation (lasemaineafricaine) (31 905)
    Le secrétariat général du Comité national économique et financier (CNEF) du Congo a organisé mercredi 25 novembre dernier à Brazzaville, un séminaire sur la médiation financière. Les travaux ont été placés sous la présidence de Michel Dzombala, directeur national de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), secrétaire général du CNEF. Ce séminaire, qui […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 2
  • 10 367
  • 1 340
  • 75 895
  • 4 février 2021
ut id dapibus elit. diam sed risus. leo.