Sélectionner une page

Gouvernement : «Poursuivre l’œuvre de développement du secteur», a dit Paul Valentin Ngobo

Gouvernement : «Poursuivre l’œuvre  de développement du secteur»,  a dit Paul Valentin Ngobo

Conformément aux us et coutumes républicains, le ministre d’Etat Henri Djombo, ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, après cinq ans à la tête de ce département a passé le témoin à son successeur, Paul Valentin Ngobo, en qualité de ministre de l’Agriculture, le 22 mai dernier à Brazzaville.

L’ancien ministre d’Etat Henri Djombo, conscient de la lourde mission qui attend son successeur, s’est dit convaincu qu’il sera en mesure de matérialiser la vision du président de la République de réduire les exportations des produits alimentaires et d’accroître la production agricole locale. «Nous continuerons à travailler parce qu’en si peu de temps nous ne pouvions pas tout présenter, tout livrer. La tâche est énorme et son exécution nous impose une collaboration ultérieure. On ne peut pas détenir un capital information d’un secteur clé comme l’agriculture et considérer qu’il reste pour soi. Nous devons partager avec les autres notre expérience, notre savoir-faire pour les aider à aller de l’avant», a-t-il dit.
Pour le nouveau ministre Paul V. Ngobo, il s’agit de continuer, avec plusieurs initiatives, l’œuvre amorcée par son prédécesseur. Avec toute l’équipe, il souhaite amener le Congo vers une indépendance alimentaire, qui est le vœu de tous les Congolais. «J’apporterai avec tous les cadres du ministère, et je le souhaite ardemment ma modeste contribution au développement de notre secteur. A travers toutes les actions que nous allons entreprendre, nous devons aller vers une plus grande souveraineté alimentaire, surtout en ces temps de COVID-19, où les états ont tendance à fermer leurs frontières. Nous devons favoriser la création d’emploi et réduire le taux de chômage, surtout celui de nos jeunes», a-t-il dit.
Les autres priorités du nouveau chef du département se résument ainsi: «développer nos territoires par la création des unités de production locale et contribuer à la diversification de l’économie en faisant en sorte que le secteur participe à la richesse nationale et contribue à l’employabilité des jeunes par la formation aux métiers agricoles et la certification de leur compétence; travailler un peu plus sur l’organisation de nos producteurs pour que notre contribution soit plus efficace et plus efficiente.» Les deux personnalités entendent donc favoriser l’essor de ce secteur capital pour le développement du Congo.
Né à Fort Rousset, actuelle Owando le 3 octobre 1970, dans le département de la Cuvette, le ministre Paul Valentin débuta ses études supérieures à l’Institut supérieur de gestion de l’Université Marien Ngouabi (Brazzaville) sanctionnées par une Licence en 1991. Il obtint ensuite une Maîtrise en Sciences économiques, un DEA en Sciences de gestion, …En 2008, il passe Maître de conférences en Sciences de gestion, à l’Institut d’administration des entreprises (IAE), Université Montpellier 2 et depuis 2014, il est professeur des universités (Université Paris Dauphine). Il a déjà à son actif une dizaine de thèses de doctorat. Il est marié et père de cinq enfants.

Germaine NGALA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 369 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 369 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

29 juillet 2021 20 h 17 min

Editorial

10 ou 40% ?

Avant, cela nous scandalisait. Puis, cela a étonné. Aujourd’hui que nous sommes blasés, on hausse les épaules et on passe à autre chose. La pratique de réclamer 10% d’un marché ou d’un service, du plus important au plus banal, s’est incrustée dans le paysage.

Lire la suite

booked.net

Nos Statistiques

  • 1
  • 2 176
  • 1 991
  • 350 734
  • 28 juillet 2021