Sélectionner une page

FINANCES PUBLIQUES : «Nous n’avons pas une mission de coercition», affirme Joseph Mana Fouafoua

FINANCES PUBLIQUES : «Nous n’avons pas une mission de coercition», affirme Joseph Mana Fouafoua

Le président de l’Assemblée nationale Isidore Mvouba, a reçu en audience le mercredi 21 octobre dernier les membres de la Commission nationale de transparence et de responsabilité dans la gestion des finances publiques, conduits par son président, Joseph Mana Fouafoua.

La Commission nationale de transparence et de responsabilité dans la gestion des finances publiques est un organe de contrôle chargé d’examiner la manière «dont les finances publiques sont gérées, conformément aux textes en vigueur», a expliqué Joseph Mana Fouafoua.
Créée par la volonté du chef de l’Etat sur la base d’une directive de la CEMAC qui insiste sur la transparence et la responsabilité dans la gestion des finances publiques, la Commission est aussi l’émanation du Parlement au travers la Commission économie et finances du Sénat, en partenariat avec l’Itié qui s’occupe des industries extractives. «Pour que certaines faiblesses constatées dans la gestion des finances publiques et qui ne sont pas propres au Congo, soient corrigées», a précisé le président de la Commission.
Il a insisté sur le fait que son organe a été créé par une loi et non par un décret. «C’est une structure qui se veut indépendante. Elle n’est pas rattachée à un ministère donné. Nous sommes totalement indépendants et nous travaillons avec les ressources mises à notre disposition par l’Etat, mais également des dons que nous pourrions négocier dans le cadre de nos contacts avec la communauté financière internationale», a indiqué Joseph Mana Fouafoua.
Et d’expliquer le fonctionnement de son organe. «Il s’agit pour nous, de regarder depuis le sommet (Budget de l’Etat, Ndlr) jusqu’à la base, comment l’argent public est manipulé. L’argent est un bien commun de notre nation. Et nous avons confié la gestion à certains compatriotes qui en n’ont la compétence, mais il faudrait que cette ressource financière qui devient rare soit gérée, conformément aux textes. Si ça ne l’est pas, nous le signalons à travers le rapport annuel que nous adressons au président de la République, au président du Sénat, de l’Assemblée nationale, au premier ministre, aux ministres de la Justice et des Finances. Nous n’avons pas une mission de coercition. Nous disons là, ça ne va pas et là, ça va. Et bien entendu, nous recommandons la bonne manière de faire pour regarder comment corriger», a souligné le président de la Commission.

Cyr Armel
YABBAT-NGO

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 146 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 146 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

4 décembre 2020 8 h 23 min

Editorial

Système

Il n’y a pas idée plus répandue dans l’opinion que celle d’ériger en système les pratiques les plus généralement décriées dans la société. Vous parlez de corruption, de passe-droit, de détournement, d’impunité, de faible engagement à contrer les anti-valeurs, de comportements arrogants et insouciants devant le bien public ? On vous présente «le système» comme bouclier et justification à tout. C’est le système !

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (55 624)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • Economie forestière : Opter pour une gestion durable des ressources (lasemaineafricaine) (23 509)
    La République du Congo regorge de vastes étendues de forêts qui couvrent une superficie de 22,4 millions hectares soit 65% de son territoire. Les premières exploitations du bois remontent à la période précoloniale. Rosalie Matondo, ministre de l’Economie forestière dresse un bilan satisfaisant en 60 ans. Selon la ministre de l’Economie forestière, l’exploitation des forêts […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (23 433)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 1
  • 210
  • 1 888
  • 59 656
  • 2 décembre 2020
elementum ante. commodo felis pulvinar ultricies