Sélectionner une page

FINANCES PUBLIQUES : Améliorer la gouvernance dans la gestion

FINANCES PUBLIQUES : Améliorer la gouvernance dans la gestion

La Commission nationale de transparence et de responsabilité dans la gestion des finances publiques (CNTR) a tenu le 6 juillet dernier dans la salle de conférence du ministère de la Justice, sa session inaugurale. Les travaux ont été présidés par Joseph Mona Fouafoua, son président, en présence des ministres Ingrid Olga Ebouka Babackas, du Plan, et Ludovic Ngatsé, du Budget.

Créée en 2019, la CNTR a pour rôle de vérifier si les finances publiques sont gérées selon les règles établies. C’est un organe indépendant selon la loi, mais qui bénéficie des subventions de l’Etat. «Elle est née pour agir et ne saurait être un faire-valoir des déviances de gestion de tous ceux qui ont le privilège et la décision publique. C’est une commission de responsabilité, c’est un organe d’alerte, c’est un avertisseur», a expliqué le rapporteur trésorier Alphonse Oko.
La session inaugurale de la CNTR intervient neuf mois après la prestation de serment professionnel de ses onze membres le 2 octobre 2020 devant la Cour d’appel de Brazzaville. «Il nous appartient désormais, nous, membres de la CNTR de donner le maximum de nous-mêmes pour mériter cette confiance en remplissant sans faille les missions qui nous ont été confiées par les lois et textes du pays», a déclaré Joseph Mana Fouafoua.
Le président de la CNTR a indiqué le besoin du peuple de voir les finances publiques de la République soient gérées dans la transparence et que la notion de responsabilité suppose la redevabilité, c’est-à-dire l’obligation de rendre compte. «C’est dire aussi que quand on gère la chose publique, on doit être transparent et qu’on a l’obligation de rendre compte. C’est ainsi que nous aussi, membres de la CNTR, devons rendre compte», a-t-il rappelé.
Ces membres adressent un rapport annuel de leurs activités aux Président de la République; les présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale, le Premier ministre, le ministre des Finances et le ministre de la Justice. «Nous ne saurions ignorer le serment que nous avons contracté devant la Cour d’appel de Brazzaville consistant à remplir nos missions avec probité, honnêteté, impartialité et objectivité dans le respect de la Constitution et règlement de la République».
Il a reconnu que la CNTR ne pourra atteindre les objectifs qui lui sont assignés sans la participation et la collaboration de tous dans le sens d’une volonté commune affirmée de contribuer à l’amélioration de la gouvernance des finances publiques du pays.
Joseph Mana Fouafoua a souhaité que les pouvoirs publics, les Institutions supérieures de contrôle du pays, de même que les partenaires au développement adhèrent à ce projet. Il a annoncé que sa commission a entrepris une mission d’enquête et d’analyse orientées vers le ministère des Finances, du budget et du portefeuille public et certaines entités publiques sous tutelle, notamment celles qui ont des relations fonctionnelles avec le guichet unique de paiement et la caisse unique du trésor. Cette mission examinera aussi les conditions d’ouverture de compte auprès des banques commerciales par les administrations et autres entités publiques. «Très prochainement, si nous obtenons l’adhésion des partenaires visés, le Parlement y compris, nous allons procéder à une mission d’évaluation conjointe du niveau d’applicabilité des mesures et recommandations émises dans le rapport diagnostic FMI sur la gouvernance, commandé par le Gouvernement congolais en 2018».

Cyr Armel
YABBAT-NGO

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 369 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 369 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

29 juillet 2021 18 h 29 min

Editorial

10 ou 40% ?

Avant, cela nous scandalisait. Puis, cela a étonné. Aujourd’hui que nous sommes blasés, on hausse les épaules et on passe à autre chose. La pratique de réclamer 10% d’un marché ou d’un service, du plus important au plus banal, s’est incrustée dans le paysage.

Lire la suite

booked.net

Nos Statistiques

  • 1
  • 2 047
  • 1 991
  • 350 605
  • 28 juillet 2021