Sélectionner une page

EXPLOSIONS DU 4 MARS 2012 : Agression au ministère du Commerce

Si les agents de sécurité n’avaient pas fait preuve de sang-froid, un grave incident se serait produit ce jour-là ! Racontée ainsi, toute l’histoire devient un fait divers. Pourtant, l’agression perpétrée par une poignée d’individus hargneux le 29 décembre dernier au cabinet du ministre d’Etat Claude Alphonse N’Silou n’avait rien du film de fiction. Une dizaine d’individus ont fait irruption au cabinet, pour exiger du ministre le «déblocage» des dossiers de dédommagement des victimes des explosions du 4 mars 2012, à la caserne (des blindés ?) de Mpila. Qu’on se rappelle : ce jour-là des centaines d’engins explosifs avaient pris feu et littéralement dévasté tout le quartier autour de la caserne. Une enquête fut diligentée, des responsabilités dégagées, un procès eut lieu et des condamnations prononcées.
L’Etat prit en charge les obsèques officielles des centaines de victimes. Une commission fut difficultueusement mise en place pour gérer le suivi des dossiers. L’Etat, dans l’urgence, construisit des logements de restitution pour les victimes, non loin du lieu du drame, et un autre à Kintélé.
C’est dans ce contexte que la dizaine de personnes qui ont fait irruption au cabinet du ministre d’Etat criaient leur colère, parce que dans leur analyse, c’est le ministre Claude Alphonse N’silou qui traînait les pieds. «Le ministre Ngouonimba et tous les autres membres de la Commission nous ont dit que c’est Nsilou (Sic) qui n’autorise pas les payements. Nous sommes venus armés et nous sommes prêts à venir f… la m… ici. Nsilou est qui dans ce pays ?»
La tournure de ces événements a débordé le cadre des revendications, devenant une affaire politique. C’est-à-dire ethnique !
Si le cabinet du ministre d’Etat se refuse à tout commentaire dans cette affaire, et si dans l’entourage de son parti, le RC, on répète une consigne de «No comment», il ne fait pas de doute que cet incident tombe à un moment délicat de la vie politique nationale. Le Président Denis Sassou Nguesso vient de mettre fin à l’incertitude en annonçant que les élections présidentielles auront lieu le 21 mars prochain. Pendant des semaines et jusqu’à la conciliation politique de novembre dernier à Madingou, la classe politique se perdait en conjectures. Ce n’est pas le moment de craquer des allumettes.
Les veilles d’élections ont toujours été mouvementées du 29 décembre, menés par des assaillants prétendument venus armés de Kanga Mbanzi à Talangaï sont de mauvais signes. Surtout pour une affaire qui n’a épargné ni majorité, ni opposition mais qui a gagné en visibilité. Le dossier est en effet inscrit au budget ce dont certains des protestataires du 29 décembre sont venus remercier le ministre par la suite.
La Commission mise en place a d’ailleurs eu le mérite d’apporter un peu de clarté dans ce mécanisme. Elle a permis que le dossier soit inscrit au budget, et ne fasse plus l’objet de tractations manipulatrices, ni ne subisse l’influence des seuls puissants.

A.S.M.

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 242 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 242 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

16 janvier 2021 22 h 46 min

Editorial

Quand commencent les guerres

C’est une lapalissade : tous les événements de notre pays ont, comme tous les faits sociaux, un début et une fin. Mais ils ont surtout une cause et des acteurs. La cause peut être bonne, les acteurs mauvais. La cause peut avoir une finalité noble, mais son déroulé se faire dans la douleur. Au bout de tout, il y a le ressenti de ce qui devait être, de ce qui aurait dû être.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (90 969)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (38 000)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (27 036)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 1
  • 4 584
  • 2 853
  • 80 754
  • 16 janvier 2021
Donec ut efficitur. quis commodo ipsum ut ut tempus risus.