Sélectionner une page

Etats-Unis d’Amérique

La Maison Blanche est sur le point de changer de locataire. Après quatre années de gouvernance républicaine avec M. Donald Trump, la majorité a basculé en faveur des Démocrates, avec M. Joe Biden comme président et Mme Kamala Harris comme vice-présidente. Dans un pays où la question raciale n’est pas de peu de poids, les Africains que nous sommes nous réjouissons de l’exécutif Blanc-Noir qu’ils forment, après le Noir-Blanc que Joe Biden constituait avec Barack Obama comme président en 2016.
Les symboles sont donc forts et l’orgueil des Noirs, aux Etats-Unis et dans la diaspora, réconforté. Il ne fait aucun doute que s’il avait été donné à l’Afrique de voter à l’élection américaine du 3 novembre dernier, le Centre, l’Ouest, le Nord et le Sud du continent, toutes voix confondues, auraient opté pour le Démocrate à une très écrasante majorité. Mais ce choix aurait peut-être reposé sur des raisons plus épidermiques que raisonnées. Tant Donald Trump a assis une consistance réputation de dédain des autres. Et surtout de nos pays.
Ces élections nous apprennent à considérer au moins quatre choses, concourant à la démocratie:
– Pour sympathique ou antipathique qu’il soit, le président d’une puissance démocratique est choisi par son peuple, sur la base de l’attention qu’il porte à ses préoccupations. Supporters et opposants se déterminent sur cela, pas sur la qualité du sourire ou les rictus. Rien n’est joué d’avance.
– Un dirigeant est aussi ce que sont la constance et la force des idées qu’il défend pour ce peuple. M. Donald Trump a commencé par relever l’économie, noué et rompu des partenariats au nom de ce que ses convictions et celles de son équipe (il en avait !) commandaient. Pas des impératifs de bienséance ;
– Nous aurions aimé de beaucoup que M. Trump arrivât en Afrique, nous dire un petit bonjour. Il ne l’a pas fait et cela ne l’a pas empêché de dormir. Les mesures cosmétiques et les prises de position «politiquement correctes», il nous a appris à comprendre qu’elles n’avaient de sens que si elles participaient du bien-être de son peuple. Bien-être économique d’abord, et en priorité, le serrage des mains et les tapes sur les épaules des «good guies» venant bien après ;
– Enfin, nous avons pensé un moment, devant la hardiesse de certaines de ses prises de position, que le populisme américain était une simple parenthèse dans l’histoire de ce pays. Il n’en est rien. Un écart de près de quatre millions de voix sépare Joe Biden de Donald Trump dans les faveurs de l’opinion. C’est dire que si le toupet de Donald Trump a été qualifié comme tel par ses détracteurs, plus de 70 millions d’Américains ont jugé qu’il avait parlé comme eux le voulaient. Toupet, hardiesse, insolence: ce sont des mots. Après tout, ce que l’on appelle entêtement chez un âne, se nomme fermeté chez un roi, disait Erskine.

Albert S. MIANZOUKOUTA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 241 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 241 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

21 janvier 2021 10 h 18 min

Editorial

Quand commencent les guerres

C’est une lapalissade : tous les événements de notre pays ont, comme tous les faits sociaux, un début et une fin. Mais ils ont surtout une cause et des acteurs. La cause peut être bonne, les acteurs mauvais. La cause peut avoir une finalité noble, mais son déroulé se faire dans la douleur. Au bout de tout, il y a le ressenti de ce qui devait être, de ce qui aurait dû être.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (94 244)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (39 316)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (27 703)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 0
  • 745
  • 1 706
  • 75 483
  • 16 janvier 2021
venenatis, mattis Aenean felis elit. facilisis lectus ante. velit,