Sélectionner une page

EROSIONS : Le ministre Pierre Mabiala annonce l’interdiction de lotir dans les périphéries

EROSIONS : Le ministre Pierre Mabiala annonce l’interdiction de lotir dans les périphéries

La ville de Brazzaville (surtout) gémit sous le coup des plaies béantes que lui a infligées la nature ces derniers temps. Des pluies incessantes durant une semaine ont provoqué des dégâts qui se traduisent en lamentations aux quatre coins de la ville. Eboulements, écroulements d’habitations, ensablement sont quelques-uns des effets produits par les pluies. Le plus emblématique restant toutefois l’affaissement d’une partie du viaduc qui faisait la fierté de la capitale congolaise.

L’heure est désormais à la traque des responsables d’une situation qui n’est pas arrivée sans signes avant-coureurs. Et comme à son habitude, le ministre Pierre Mabiala a tenu à mettre les points sur certains des «i» les plus évidents. Au cours d’une rencontre avec les propriétaires terriens mardi dernier à Brazzaville, le ministre des Affaires foncières et du domaine public est allé droit à la question. «Faisons l’introspection: qui sont les propriétaires fonciers qui ont vendu et bravé l’interdiction de l’Etat?»
Il a rappelé qu’au terme de la loi, les quartiers qui, aujourd’hui, subissent le martyre ou ceux qui leur sont voisins pouvaient être épargnés de la situation d’aujourd’hui, car déclarés officiellement «non constructibles!». Or, aujourd’hui, la pluie a infligé des balafres aux quartiers de Ouenzé, Talangaï, Djiri, Nkombo, Madibou ou Mfilou-Ngamaba. Qui est responsable? Le ministre ne s’est pas laissé influencer par les dénégations de la délégation des propriétaires terriens présents dans la salle.
Il a annoncé que «désormais et jusqu’à nouvel ordre, les zones périphériques des villes du Congo sont interdites de lotissement». Mesure sans appel, énoncée d’une voix ferme, indicatrice de la volonté de ne pas laisser perdurer ce que le ministre appelle de «la criminalité foncière». Il a sommé les propriétaires terriens de lui fournir d’ici lundi, une liste d’occupants irréguliers de parcelles ayant outrepassé leurs mises en garde et même les documents par lesquels ils s’établissent propriétaires terriens.
Car ceux-ci, pour leur défense, se sont défaussés sur les occupants anarchiques construisant sur des terrains sablonneux, des pentes de collines ou sous des pylônes électriques. Ils ont réfuté tout en bloc: «Nous ne continuons plus à vendre depuis la loi de 2003. Nous sommes touchés et sensibles aux malheurs de nos compatriotes. A Ngambio Sadelmi, ce sont les Chinois, avec les travaux de la nouvelle caserne, qui ont aggravé le problème». Le ministre est resté intraitable. Même aux affirmations de ceux qui parlent de la colère des mânes avec la désacralisation des lieux de rituels: «Des superstitions. Les érosions ne sont pas la manifestation de quelque divinité ‘étouffée’ que ce soit!».

Albert S. MIANZOUKOUTA

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

29 septembre 2020, 17: 52

Editorial

UNE PRESSE LIBRE ?

A l’approche des échéances électorales, nous avons été rappelés à l’ordre : que les médias ne servent pas de porte-voix aux ambitions de haine et aux antagonismes des partis politiques. Le Conseil supérieur de la liberté de communication de qui émane ce rappel semble sincère. Son interpellation semble partir du désir de bien faire. Dans la salle où il avait réuni les journalistes mardi dernier, aucun confrère n’a voulu poser de question à la fin de l’exposé.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (23 648)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (11 226)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (7 713)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

booked.net

Nos Statistiques

  • 2
  • 920
  • 25 994
  • 2 255
  • 972
  • 3
  • 9
  • 1
  • 26 septembre 2020
ut ut velit, dapibus Donec sit venenatis Aenean venenatis, sem, nunc mi,