Sélectionner une page

Education : La directrice générale de l’UNESCO salue la réouverture des classes

Education : La directrice générale de l’UNESCO salue la réouverture des classes

L’UNESCO, en partenariat avec le Royaume Uni, la Norvège et le Ghana, a organisé par visioconférence le 21 octobre dernier la réunion mondiale sur l’éducation, édition 2020. Placée sous son égide, la directrice de l’UNESCO, le Dr Audrey Azouley, a apprécié les efforts du Gouvernement congolais qui, malgré la crise de la COVID-19, a rouvert les classes.

Cette rencontre de haut niveau a regroupé une trentaine de chefs d’Etat, des responsables d’organismes internationaux. Elle a été précédée de la réunion dite segment technique des experts de l’éducation le 20 octobre. Le Congo y a été représenté par le ministre de l’Enseignement primaire Anatole Collinet Makosso.
Les ministres de l’éducation ont partagé leur expérience sur l’importance de la connectivité dans l’apprentissage en cette période de crise sanitaire. Ils ont aussi évoqué la question du financement de l’éducation et ont accordé une attention particulière à l’éducation de la jeune fille. La question du rôle capital de l’enseignant dans l’atteinte de l’Objectif de développement durable (ODD) n°4 a fait partie des échanges.
Au terme de la réunion des Chefs d’Etat, le ministre de l’Enseignement primaire et secondaire, qui a suivi les travaux en observateur, a dit: «Ce que nous pouvons retenir de cette grand-messe c’est l’engagement pris par les chefs d’Etat de repenser et de renouveler l’éducation si nous voulons atteindre l’ODD 4 qui garantit l’accès de tous à une éducation de qualité sur un pied d’égalité et promeut les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie. Il faut que les Etats multiplient leurs investissements, intensifient leurs actions en faveur de l’éducation, laquelle a été retenue comme pilier de la relance économique au niveau aussi bien national qu’international à la suite de toute cette catastrophe générationnelle qui guette l’humanité, selon le secrétaire général des Nations Unies. Nous sommes en train de courir une catastrophe générationnelle, d’où l’intérêt de nous investir pour sauver l’éducation des effets de la pandémie de la COVID-19.» Il a en outre soutenu que l’engagement des Chefs d’Etat reprend un certain nombre d’autres engagements comme «reconnaître le travail de l’enseignant, acteur de première ligne pour la relance du système économique mondial. L’autre engagement est repenser l’éducation autrement, c’est-à-dire capitaliser toutes les approches pédagogiques novatrices qui ont été utilisées pendant la période de la COVID-19 pour qu’elles servent désormais pour l’éducation du futur.»
A cette tribune, Mme Audrey Azouley a fait référence aux approches alternatives qui concilient l’enseignement en présentiel et l’enseignement à distance. Collinet Makosso a rappelé par ailleurs les différents mécanismes qui ont permis d’éviter le décrochage scolaire en cette période de crise sanitaire. «Le Congo avait su prendre le taureau par les cornes. Le système de continuité pédagogique mis en place (cours polycopiés, enseignants davantage responsabilisés pour mieux suivre les élèves, etc.) a permis d’éviter le décrochage scolaire. Nous ne disons pas que nous avons réussi à 100%, mais nous allons l’évaluer au cours de cette année scolaire. Le Congo s’est fait volontariste en la matière et tous les appels qui sont en train d’être lancés par la communauté internationale sont en adhérence avec les actions menées par les autorités congolaises depuis le déclenchement de la crise sanitaire».

E.M-O

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 134 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 134 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

25 novembre 2020 3 h 43 min

Editorial

Protestants en marche

Au bout d’un synode, une assemblée plénière des dirigeants et de ce que l’on qualifiera de forces vives, l’Eglise évangélique du Congo, EEC, a fini par refaire son unité. Pendant quatre jours, à la paroisse de Makélékélé Matour de Brazzaville, nos sœurs et frères protestants ont lavé leur linge sale en famille, passé en revue les écueils à une annonce fluide de la Parole du Salut, tracé les lignes d’un futur rempli de moins de scories.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (47 198)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (21 048)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (17 626)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 2
  • 197
  • 2 262
  • 53 214
  • 18 novembre 2020
mattis efficitur. Phasellus at ipsum sit Aliquam Praesent eleifend elit.