Sélectionner une page

Economie : Un programme d’investissements privés pour le Congo

Economie : Un programme d’investissements privés pour le Congo

Les acteurs économiques de Brazzaville, après ceux de Pointe-Noire, ont approuvé, avec amendements, le 29 juillet 2020 le rapport final du Programme d’investissements privés dans le cadre de la mise en œuvre du Plan national de développement (PND) 2018-2022.

Le rapport, dont l’étude a été financée par la Banque mondiale à travers le Projet d’appui au développement des entreprises et à la compétitivité (PADEC), a été adopté au cours d’un atelier organisé par le ministère du Plan, en vue de mettre à la disposition du Gouvernement un cadre de dialogue et de travail régulier permettant à l’Etat d’amener le secteur privé à participer efficacement à l’exécution du PND
L’étude réalisée témoigne de l’importance que le Gouvernement entend accorder aux acteurs du secteur privé, car il a explicitement reconnu dans son PND que la diversification de l’économie se fera par les acteurs privés. Le Gouvernement les connaît peu et saisit mal leur rôle dans les processus de planification stratégique et de programmation sectorielle. D’où l’intérêt de cette étude menée en dix mois par huit consultants nationaux et internationaux.
Ouvrant les travaux, Ferdinand Sosthène Likouka, directeur de cabinet de la ministre du Plan, a indiqué que la traduction, dans les faits, de la diversification de l’économie suppose la mobilisation de toutes les énergies du secteur privé dans tous les domaines et à tous les échelons. Il s’agit d’atteindre effectivement les objectifs fixés par le PND 2018-2022 qui, dans sa composante 3, vise à diversifier l’économie à travers l’agriculture, le tourisme et l’industrie, des secteurs privés placés au cœur de ce plan.
Le Dr Lokna Djaoubélé, consultant international, présentant le rapport, a fait savoir qu’il est nécessaire de concevoir un plan d’action privée pour accompagner le plan d’action publique, la diversification nationale étant au cœur du développement de l’économie. Il a souligné l’importance pour le Gouvernement de se doter d’un instrument devant aider à mieux lire les intentions d’investissements des opérateurs privés pour une meilleure coordination des interventions de différents acteurs économiques, afin de produire des résultats en phase avec les ambitions affichées.
Il a par ailleurs rappelé que le secteur privé est un moteur de croissance de l’économie et contribue pour la majeure partie au PIB national ainsi qu’au PIB hors pétrole. Selon lui, en 2018, ce secteur comptait 96%, contre 4% pour l’administration publique. Suivant le Programme adopté avec le FMI, cette contribution est appelée à accroître encore d’ici à 2020, a-t-il indiqué.
Le secteur privé représentait toujours en cette même année 76% de l’investissement total dans le pays. En termes de contribution au budget de l’Etat, il est la principale source de revenus. Le secteur privé hors pétrole seul représentait plus de deux fois et demi la contribution de tous les bailleurs de Fonds bilatéraux et multilatéraux confondus.
Malgré les efforts du Gouvernement, trois contraintes majeures entravent la diversification de l’économie congolaise: l’omniprésence de l’Etat dans le secteur productif, la forte dépendance au pétrole et le mauvais climat des affaires dans le pays, a souligné le Dr Lokna Djaoubélé.
Le Gouvernement a reconnu qu’avec le PND, qui s’exécute dans un contexte de crise économique et financière, la diversification de l’économie se fera par les secteurs privés. L’étude ainsi menée est la première d’une série annuelle du Programme d’investissements privés (PIV) qui sera mis en œuvre, à l’instar des programmes d’investissements publics (PIP), pour alimenter les orientations de cadrage macroéconomique et budgétaire.
Viclaire MALONGA.

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

09 octobre 2020, 09: 56

Editorial

NKAYI ET AU-DELÀ

Il y a de la démobilisation dans l’air. Non que le Congo ait vraiment adopté des mesures de rigueur exceptionnelle, mais le fait est que la pandémie du coronavirus marque visiblement le pas ici. Nous nous glorifions à l’envi des chiffres inexplicablement bas des morts et des contaminés. Nous glosons sur le fait que nous avons littéralement feinté cette maladie «née ailleurs où on a mangé du pangolin», comme l’explique avec verve le Congolais tutoyant sa bière. De fait, l’espérance de tout un peuple, de tout un continent est que cette maladie, brutalement surgie en notre société, emportant des pans entiers de population, s’en aille au plus vite.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (26 243)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (12 896)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (9 543)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

booked.net

Nos Statistiques

  • 1
  • 294
  • 35 680
  • 3 269
  • 1 069
  • 3
  • 11
  • 1
  • 7 octobre 2020
mattis ut ipsum adipiscing venenatis, odio efficitur. tristique Praesent