Sélectionner une page

ECONOMIE : Le numérique pour sortir les entreprises de la crise?

ECONOMIE : Le numérique pour sortir les entreprises de la crise?

Le géant américain de l’e-commerce, Amazon, a fait état d’une hausse de +40% de ses ventes au deuxième trimestre, portées à 88,9 milliards de dollars au cours d’une période marquées par des mesures de confinement imposées aux populations de nombreux pays. En données comparables, les ventes ont augmenté de +41% en comparaison annuelle.

Le résultat net s’en ressent: il passe de 2,6 à 5,2 milliards de dollars. Le bénéfice par action s’en trouve également doublé, passant de 5,22 à 10,30 dollars. Cette statistique indique le poids et le volume d’affaires du commerce en ligne dans le monde qui continue sa forte progression, avec une domination des enseignes américaines, suivies par les enseignes européennes et chinoises.

Cette tendance en forte progression du marché mondial dans le domaine du numérique pendant cette période de récession économique met en évidence une possibilité de sortie de crise pour les entreprises en difficulté. Cela ne consiste pas seulement, pour ces entreprises, à intégrer l’option vente en ligne dans leur système de commercialisation, mais à assurer une transformation digitale de l’ensemble de leur processus en vue d’optimiser leurs coûts ainsi que les délais de production, de gestion et de commercialisation. Ceci impliquerait une profonde digitalisation des fonctions des entreprises qui devaient déjà commencer à se faire dès à présent malheureusement dans les pays en développement comme le Congo, le numérique reste encore un objet de luxe et un moyen de divertissement.

En effet pendant qu’ailleurs les nouvelles technologies de l’informatique et de la communication (NTIC) promettent d’accompagner les «héros du business», en Afrique tous ces outils servent à peine à se recréer, à passer du temps en famille et avec les amis, à publier les photos de famille, des anniversaires, de cérémonie de mariage, des célébrations des naissances, à suivre les vidéo de divertissement etc. Ce qui positionne les Africains non dans une situation d’exploitant mais plutôt dans une position d’éternels consommateurs. Cela entraîne évidemment une charge non négligeable dans le budget des ménages en termes d’achat et d’entretien téléphonique et de crédit internet. Ainsi, bien que l’Internet et la téléphonie mobile soient aujourd’hui des facteurs de développement, ils risquent tout de même d’accroître les inégalités sur le continent.

Pour que le numérique permette au continent de sauter certaines étapes du développement pour amener la population vers une plus grande richesse, une meilleure éducation et une meilleure santé, la question que chaque Africain devrait se poser avant d’opérer sur le net ou sur les réseaux sociaux est celle de savoir s’il pourrait fournir une «valeur ajoutée», une solution, un service, un «bien» aux autres en menant telle ou telle action en ligne.
Si la réponse est affirmative, l’initiative serait dans ce cas considérée comme un investissement dont le profit ne saurait être incertain, mais si la réponse est purement négative alors l’entreprise est juste une charge futile qui probablement conduirai à la réduction du pouvoir d’achat de l’individu et par conséquent à l’appauvrissement de celui-ci et non à son enrichissement comme il est aujourd’hui le cas pour Jeff Bezos, le patron d’Amazon.

C.E.

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

25 septembre 2020, 04: 21

Editorial

MUTATIONS?

Ni les quatre ans passés depuis les dernières élections, ni la période de confinement que nous venons de subir ne semblent avoir prise sur nous. Oui, nous nous plaignons bien des gênes occasionnées par les masques contre la COVID-19, dénonçons l’inutilité du couvre-feu nocturne, donnant à voir l’impossibilité à maintenir une distanciation dans les marchés, les guichets et les quartiers. Mais dans la réalité, l’impact profond que nous étions en droit d’attendre d’un tel chambardement du monde a du mal à se dessiner.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (22 041)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (9 830)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (6 915)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

booked.net

Nos Statistiques

  • 0
  • 38
  • 22 096
  • 1 795
  • 938
  • 3
  • 10
  • 1
  • 23 septembre 2020
commodo eget venenatis consectetur ut vel, id in libero. felis suscipit libero