Sélectionner une page

DOYENNE SAINT CHARLES LWANGA (ARCHIDIOCESE DE BRAZZAVILLE) : Le père Jean Constant Nganga Silaho installé comme curé doyen

DOYENNE SAINT CHARLES LWANGA (ARCHIDIOCESE DE BRAZZAVILLE) : Le père Jean Constant Nganga Silaho installé comme curé doyen

Après l’installation du curé doyen du doyenné Saint Pie X, Mgr Anatole Milandou, archevêque de Brazzaville, est allé installer le père Jean Constant Nganga Silaho, curé de la paroisse Sainte Trinité de Kinsoundi-Barrage, en qualité de curé doyen du doyenné Saint Charles Lwanga. C’était, dimanche 1er novembre 2020, en la solennité de La Toussaint.

Présidée par l’archevêque lui-même, la messe a été concélébrée par le père Jean Constant Nganga Silaho, ses confrères prêtres trinitaires dont les pères Alban Ebe Zogo, supérieur des Trinitaires du Congo, Jhon Odemene, supérieur de la communauté des Trinitaires de Brazzaville, ses confrères prêtres du doyenné dont les pères Frédéric Mbayani, curé de la paroisse Saint Charles Lwanga de Makélékélé, Jean de Dieu Passy, curé de la paroisse saint Pierre Claver de Bacongo, l’abbé Vincent de Paul Malonga, curé de la paroisse Ndona Marie de Mfilou.. . .
Plusieurs personnalités de divers rangs ont honoré cette messe à l’instar de Louis Bakabadio, conseiller à l’éducation auprès du Président de la République, Mme Olga Sita, députée de la circonscription, le pasteur de l’Eglise évangélique du Congo, etc.
Au début de la messe, le coryphée du jour a rappelé le sens de cette liturgie: «Bien-aimés de Dieu, nous célébrons aujourd’hui la solennité de La Toussaint, c’est-à-dire, la commémoration de tous les saints. Nous nous souvenons ainsi, non seulement de ceux qui ont été reconnus et proclamés saints tout au long de l’histoire, mais également de beaucoup de nos frères et sœurs qui ont vécu leur vie dans la plénitude de la foi et de l’amour. Au cours de cette messe, père Jean Constant Nganga Silaho sera installé comme curé doyen du doyenné Saint Charles Lwanga qui abrite en son sein 10 paroisses.»
Le père Jean Constant Nganga Silaho a promis qu’il gardera toujours la communion avec l’Eglise catholique tant dans les prises de parole que dans les manières d’agir. «Par obéissance chrétienne, Mgr l’archevêque, je me conformerai à ce que les pasteurs déclarent en tant que docteurs et maîtres authentiques de la foi, ou décident en tant que chefs de l’Eglise. J’apporterai fidèlement mon aide à vous Mgr l’archevêque, pour que l’action apostolique qui doit s’exercer au nom de l’Eglise sous mon mandat, se réalise dans la communion de cette même Eglise.», a-t-il promis dans son engagement.
Dans son homélie, Mgr Anatole Milandou a fait savoir: «Nous célébrons ces hommes et toutes ces femmes de toutes les conditions qui ont vécu autour de nous et sont parvenus à la sainteté. Comment ? En gardant la lampe de leurs vies allumée par le feu de la miséricorde, de l’amour, et de la charité. Nous sommes appelés à la même vocation, devenir Saints. Et Jésus lui-même nous y appelle constamment: «Vous, soyez saints comme votre Père est saint.» Les saints et les saintes que nous honorons dans une même célébration sont des frères et des sœurs dans la foi, connus ou inconnus qui ont répondu de tout leur cœur à l’appel de Dieu dans toutes sortes de circonstances historiques. Ils nous invitent à nous tourner non pas sur leur passé qu’ils ont connu eux, sur leur vie, mais vers le présent pour répondre aujourd’hui à l’engagement auquel le Seigneur nous appelle afin de mettre en pratique sa parole et de goutter le bonheur qu’il nous promet, bonheur construit non pas à la manière des hommes mais à celle de Dieu. Sommes-nous capables de répondre à cet appel ? Avec la grâce de Dieu qui nous sanctifie et qui fait de nous ses enfants, en nous appuyant sur les exemples des saints qui nous ont précédés et qui se sont laissés transformer par l’Esprit Saint en vivant pleinement de l’amour de Dieu, jour après jour, nous pourrons répondre à notre vocation à la sainteté. Cette fête est donc une célébration de la vocation première de l’homme. Nous avons tous été voulus depuis les origines à partager la plénitude de Dieu. Cette plénitude, nous la partageons dans le mystère de la résurrection qui nous permet de voir face à face notre Seigneur tel qu’il est, en lui étant semblable. C’est cela la sainteté! Etre semblable à Dieu.»
Après l’homélie, a suivi le rituel de l’installation du curé doyen marqué par la récitation du credo, la vêture de la chasuble, la remise de la bible et des clés, et l’installation du curé doyen sur le fauteuil de la présidence de la messe, poursuivant ainsi la présidence de l’eucharistie en lieu et place de l’archevêque.
Après avoir prononcé le mot de remerciements, Joachim Bitsindou, vice-président du Conseil pastoral paroissial, a remis à l’archevêque une enveloppe contenant la somme de 500. 000 frs en guise de contribution des chrétiens de Sainte Trinité de Kinsoundi-Barrage à la réhabilitation du Petit Séminaire Saint Jean, en proie à de sérieuses difficultés logistiques.
Le curé doyen a remercié le Seigneur pour le don de cet événement et a remercié aussi Mgr Anatole Milandou qui a porté son choix sur sa personne pour conduire les destinées de l’amour, de la charité de ce doyenné qui se nomme Saint Charles Lwanga. Il a ensuite remercié les personnalités présentes à cette messe, et aussi le peuple de Dieu et surtout ses confrères du doyenné avec qui il va partager les soucis pastoraux, sentimentaux et fraternels de ce doyenné.
S’exprimant en dernier, Mgr Anatole Milandou a invité les prêtres à être assidus aux réunions du doyenné, et a remercié les participants à la messe : les prêtres, le peuple de Dieu et les diverses personnalités.

Gislain Wilfrid BOUMBA

Qui est le père Jean Constant Nganga Silaho?
Né le 21 juin 1972, à Makabana, dans le département du Niari, Jean Constant Nganga Silaho est troisième d’une fratrie de 9 enfants. Il est fils de Sébastien Silaho et de Lydie Louise Kinkela. Il a fait ses études primaires et secondaires à Makabana et a décroché le Brevet d’études moyennes générales (BEMG) en 1990 à Mindouli. De 1991 à 1993, il poursuit ses études secondaires au lycée Pierre Savorgnan De Brazza, à Brazzaville. En 1995, il obtient son Baccalauréat en série A au lycée de Kinkala. En 1995, il prend son inscription à l’université Marien Ngouabi, où il obtient en 1999, une licence en Langue et littérature française (option langue). En 1999, toujours, Jean Constant Nganga Silaho fait son entrée dans la Communauté des pères Trinitaires de Kinsoundi-Barrage. De 2000 à 2002, il fait ses études de philosophie, comme postulant, au Grand séminaire Mgr Georges Firmin Singha de Brazzaville. Après, il est envoyé à Libreville, au Gabon, où il vécut la sainte expérience du noviciat (2002 à 2003). Le 13 novembre 2003, il fait ses vœux temporaires à Libreville en les mains du père frère Jose Hernandez, alors ministre général de l’Ordre de la Très Sainte Trinité et des Captifs. De 2003 à 2007, il fait ses études de théologie au Grand séminaire Cardinal Emile Biayenda de Brazzaville. Après ces études, il est envoyé en Italie pour la préparation aux vœux solennels. Le 9 juillet 2008, il prononce ses vœux solennels à Gagliano Del capo, en Italie, entre les mains du père frère Jose Narlaly, alors ministre général de l’Ordre. Le 10 juillet 2008, il reçoit l’ordination diaconale à Gagliano Del capo. Et le 20 décembre 2008, il est ordonné prêtre par Mgr Anatole Milandou, en l’église Sainte Trinité de Brazzaville. En décembre 2009, il est affecté en Italie comme coopérateur puis curé le 16 mars 2013 de la paroisse San Pietro Apostolo de Somma Vesuviana. Le 7 décembre 2013, il est nommé président du secrétariat des missions de la province Saint Jean de Matha. Le 10 décembre 2013, il est nommé ministre de la maison Trinitaire de Somma Vesuviana. Le 10 octobre 2016, il est affecté comme curé de la paroisse Sainte Trinité de Kinsoundi-Barrage. Le 21 décembre 2017, il a obtenu la licence en théologie pastorale à l’Université Saint Thomas d’Aquin de Naples. Le 19 juillet 2020, il est nommé curé doyen du doyenné Saint Charles Lwanga par Mgr Anatole Milandou, archevêque métropolitain de Brazzaville.

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 141 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 141 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

30 novembre 2020 23 h 37 min

Editorial

Tout est réglé

Il y a une jurisprudence africaine en matière d’élections. Au moment où nos délégués s’apprêtent à quitter Madingou après leur participation à la concertation politique de Madingou, il ne serait pas inutile de rappeler que, en principe, c’est pour mieux préparer la présidentielle de mars prochain que cette rencontre de trois jours a eu lieu. Mieux préparer, c’est-à-dire ôter sur le chemin de ce scrutin majeur les obstacles qui pourraient conduire à la contestation des résultats.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (52 173)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (22 516)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • Economie forestière : Opter pour une gestion durable des ressources (lasemaineafricaine) (21 003)
    La République du Congo regorge de vastes étendues de forêts qui couvrent une superficie de 22,4 millions hectares soit 65% de son territoire. Les premières exploitations du bois remontent à la période précoloniale. Rosalie Matondo, ministre de l’Economie forestière dresse un bilan satisfaisant en 60 ans. Selon la ministre de l’Economie forestière, l’exploitation des forêts […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 3
  • 1 588
  • 1 336
  • 55 348
  • 28 novembre 2020
Donec quis, tristique consequat. in efficitur.