Sélectionner une page

Diocèse de Kinkala : Mgr Louis Portella Mbuyu a célébré sa messe de fin de mission pastorale

Diocèse de Kinkala : Mgr Louis Portella Mbuyu a célébré sa messe de fin de mission pastorale

Initialement prévue à la Place mariale de la cathédrale Sainte Monique, décorée aux couleurs du Vatican pour la circonstance, la messe de fin de mission pastorale de Mgr Louis Portella Mbuyu, évêque émérite de Kinkala, a finalement eu lieu dans la cathédrale Sainte Monique, dame pluie s’en étant mêlée. C’était dimanche 4 octobre 2020, 27e dimanche du temps ordinaire de l’Année liturgique-A. Présidée par l’évêque émérite, la messe a été concélébrée par NN.SS. Victor Abagna Mossa, archevêque d’Owando et vice-président de la Conférence épiscopale du Congo (CEC), Anatole Milandou, archevêque de Brazzaville, Miguel Angel Olaverri, archevêque de Pointe-Noire, Bienvenu Manamika Bafouakouahou, archevêque coadjuteur de Brazzaville, administrateur apostolique de Dolisie, Ildevert Marthurin Mouanga, évêque de Kinkala, Urbain Ngassongo, évêque de Gamboma, et Daniel Frank Nzika, évêque d’Impfondo.

Une vue des prêtres en procession

Plusieurs prêtres venus de différents diocèses et structures diverses de l’Eglise du Congo ont été comptés parmi les concélébrants, notamment le père Andrea Giovita, secrétaire de la nonciature apostolique du Congo, les abbés Brice Armand Ibombo, secrétaire général de la CEC, Lambert Kionga, secrétaire général adjoint et gestionnaire de la CEC, Bertin Foueti et Alain Loemba Mackosso, vicaires généraux de Kinkala et Pointe-Noire, le père Brel Malela Daouda, président de la Conférence des supérieurs majeurs du Congo, les abbés Wil-Drisch Kufutila Nanitelamio, secrétaire-chancelier de l’évêque de Kinkala, Fabrice Kodia Bianzinga, économe diocésain, etc.
La messe d’au revoir de Mgr Louis Portella Mbuyu au clergé diocésain et à la chrétienté a été rehaussée de la présence de plusieurs autorités politico administratives et militaires dont MM. Nicéphore Antoine Thomas Fylla Saint-Eudes, ministre de l’Enseignement technique, Georges Kilebe, préfet du département du Pool, Raphaël Bouboutou, président du Conseil départemental du Pool, etc.
Des religieux, religieuses de diverses congrégations et des fidèles laïcs venus de différentes paroisses du diocèse et des villages environnants de Kinkala ont participé activement à cette messe animée par la chorale Sainte Monique et la Schola populaire de la cathédrale.
Dans son homélie, Mgr Louis Portella Mbuyu a rappelé: «Les fruits de la vigne auxquels s’attend le propriétaire doivent nous faire penser à la conduite que Dieu attendait de la part du peuple d’Israël, dans sa fidélité à l’alliance et les vignerons nous font penser aux responsables du peuple. Malheureusement, malgré l’envoi réitéré des serviteurs, en l’occurrence les prophètes qui ont plutôt été maltraités et rejetés, la conduite mauvaise reste la même, l’obstination dans l’infidélité à l’Alliance est maintenue. Et finalement c’est son propre fils que Dieu envoie. Jésus annonce sa condamnation et sa mort sur la croix.» Abordant les leçons à tirer de cette parabole des vignerons homicides, l’évêque émérite de Kinkala a poursuivi : «Le problème est toujours celui de remettre les bons fruits de la vigne qu’attend le propriétaire. Et nous pouvons penser à la même image biblique évoquée par Jésus dans l’Evangile selon Saint Jean, chapitre 15 où il se présente comme la vigne et nous, comme les sarments; et Dieu le Père comme le vigneron». «Oui, le fruit de la vigne, c’est la vie de foi et d’amour de ceux qui demeurent en Jésus.
Le fait pour nous de méditer la Parole de Dieu et de nous laisser guider par elle, le fait de nous unir à l’apprendre du corps et du sang du Christ en offrant aussi notre vie, dans la célébration Eucharistique, le fait de nous efforcer, de manière constante, de nous convertir pour être des témoins crédibles de l’Evangile que nous devons annoncer, le fait de faire de notre Eglise, comme le recommande le Pape Jean Paul II dans une de ses lettres, la maison et l’école de la communion, le fait de travailler à transformer notre société pour qu’il y ait toujours plus de justice et de paix, voilà les fruits de la vigne que le Seigneur attend de notre part, nous qui sommes les sarments de la vigne.», a déclaré le prédicateur.
Vers la fin de la messe, dans son mot de remerciements, l’évêque émérite de Kinkala est revenu sur certains souvenirs ayant marqué ses 18 ans d’épiscopat dans ce diocèse: «Je me rappelle encore avec joie ce jour où j’ai été accueilli avec tant de chaleur et de bienveillance de la part du peuple de Dieu, ce jour où Tâta Florent Mienantima, de vénérée mémoire, au nom des anciens de la région m’avait donné à mâcher le Msangavulu. C’est donc pour moi un devoir de reconnaissance à exprimer à l’endroit de l’ensemble du diocèse et du département. Merci à vous chrétiens et chrétiennes du diocèse pour le témoignage de foi, d’espérance, dont vous avez fait preuve, particulièrement durant le moment d’épreuve que nous avons tous connus. Et Dieu seul sait s’il y en a eu. Oui, merci pour votre volonté de ne pas vous décourager, mais plutôt de vous remettre toujours debout pour résister à l’usure et vous relancer dans le travail de la reconstruction, du développement désormais sous la supervision et l’impulsion de l’Agence du développement du Pool et sur la base de la réconciliation, éclairés par la Parole de Dieu qui, à travers le Prophète Ezéchiel, les a assurés que «les ossements desséchés revivront» (Ez. 37). Après avoir remercié le clergé diocésain, les personnes consacrées, les fidèles laïcs, les responsables des confessions religieuses membres du Conseil œcuménique, les autorités politico administratives et militaires du département du Pool, l’évêque émérite de Kinkala a affirmé: «Je ne peux pas terminer ce mot sans dire un grand merci au Président de la République pour son implication personnelle dans le rétablissement de la Paix dans notre département. Merci aussi à l’Epouse du Chef de l’Etat, pour ses contributions spécifiques à l’endroit du diocèse. Vous pouvez être sûrs d’une chose: chaque jour je prie et je prierai spécialement pour le diocèse de Kinkala et son Evêque, ainsi que pour le département du Pool. Je compte sur vos prières. Que Dieu bénisse Monseigneur Ildevert et le diocèse de Kinkala ainsi que le département du Pool. Que Dieu bénisse l’Eglise du Congo, et notre cher pays le Congo.»
Dans son intervention, Mgr Ildevert Mathurin Mouanga a fait une mise au point tout à fait particulière à l’endroit de la chrétienté: «Il se peut que je sois empêché un jour et que je demande à Mgr Portella d’aller administrer la confirmation à Boko. Vous les ressortissants de Boko, quand vous allez le voir, ne dites pas: «Mais nous lui avons dit au revoir, alors qu’est-ce qu’il vient encore chercher ici. Ah non! Tata Portella est du diocèse de Kinkala, il est l’aîné du diocèse, le doyen du diocèse. Il est évêque du diocèse à la retraite. Où qu’il aille, son pied-à-terre, c’est ici dans le diocèse de Kinkala»

Gislain Wilfrid BOUMBA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 375 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 375 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

3 août 2021 9 h 21 min

Editorial

A notre santé !

Il y a un contraste sidérant à constater, avec l’homme de la rue, que «les deux industries les plus dynamiques du pays» sont la bière et la morgue. Chaque jour que Dieu fait, nous nous donnons en spectacle attablés aux bistrots, seuls ou avec des amis, hommes ou femmes, devant un alignement de bouteilles ou de cannettes bien moussantes dès 9h du matin. C’est d’ailleurs le meilleur indicateur pour savoir si les salaires ont été virés dans les banques.

Lire la suite

booked.net

Nos Statistiques

  • 3
  • 953
  • 2 639
  • 298 475
  • 1 août 2021