Sélectionner une page

Dicastère pour le Service du Développement humain intégral : Le cardinal Czerny dénonce l’aggravation de la traite humaine durant le confinement

Dicastère pour le Service du Développement humain intégral : Le cardinal Czerny dénonce l’aggravation de la traite humaine durant le confinement

Des hommes, des femmes et des enfants sont encore victimes du travail forcé, de la prostitution, du trafic d’organes. Ces crimes n’ont pas cessé avec la pandémie et doivent être combattus à tous les niveaux de la société. Le cardinal canadien, sous-secrétaire du Dicastère pour le Service du Développement humain intégral, alerte sur l’urgence de remettre en question les comportements sociaux qui alimentent la «demande» d’exploitation.

La traite des personnes continue à être une blessure dans le corps de l’humanité contemporaine. Je remercie de tout cœur ceux qui œuvrent en faveur des victimes innocentes de cette marchandisation de la personne humaine. Il reste encore beaucoup à faire! #EndHumanTrafficking», a exhorté le Pape François dans un tweet publié, le matin du vendredi 31 juillet 2020. On estime qu’environ 40 millions de personnes sont victimes de la traite des êtres humains dans le monde. Selon le rapport de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) sur la traite des êtres humains, près d’un tiers des victimes sont des mineurs. En outre, 71 % sont des femmes et des filles.
L’Organisation internationale du travail (OIT) a rapporté que 21 millions de personnes sont victimes du travail forcé, souvent aussi lié à l’exploitation sexuelle. À ce fléau s’ajoute le phénomène dramatique du trafic d’organes, qui échappe aux estimations, mais reste un fait indéniable, frappant notamment les migrants, parfois acculés à vendre une partie de leur corps pour espérer survivre économiquement, quitte à mettre leur santé en danger.

Le soutien aux victimes de la traite est une mission fondamentale pour l’Église
Interrogé par Vatican News, le cardinal Michael Czerny, sous-secrétaire de la section «Migrants et réfugiés» au sein du Dicastère pour le Service du développement humain intégral, a expliqué que la première réponse est le soutien au réseau Talitha Kum. «Nous faisons ce que nous pouvons parce que dans tant de pays du monde les sœurs répondent vraiment au nom de l’Église et au nom du Christ. Il est très important de reconnaître ce travail, car ils ne parlent pas, mais agissent», a-t-il reconnu.
Elles ont continué à œuvrer pendant la pandémie, durant laquelle «il y a eu une terrible augmentation de la traite, et cela doit nous choquer», s’est attristé le cardinal. «Cela indique que les racines du problème se trouvent dans les foyers, dans le cœur des gens, des citoyens, des frères et des sœurs qui nous entourent. Ce lien entre la traite et la vie apparemment normale de personnes apparemment normales est un grand scandale qui doit nous faire réfléchir, demander pardon à Dieu, chercher la conversion nécessaire pour réduire et éliminer la demande qui est le moteur de la traite», a-t-il martelé.
Alors que la traite est traditionnellement associée à des mouvements, notamment migratoires, «c’est un terrible paradoxe que quand il était impossible de bouger, la traite a augmenté… Cela montre la grande flexibilité des responsables de la traite, qui ont augmenté leur business», a souligné le jésuite canadien, qui relève aussi la responsabilité de chacun dans le développement de ces phénomènes, dont la perpétuation ne dépend pas seulement des grands décideurs politiques ou économiques. «Il faut arrêter d’avoir les yeux fermés et les oreilles fermées, et chacun doit se demander: «Comment mes choix contribuent à développer cette entreprise, la plus riche du monde?»», a-t-il expliqué.
Les religieux d’Amérique latine dénoncent le silence face à la traite humaine
Le phénomène de la traite est multiforme. L’une de ses parties les plus visibles et connues est «la prostitution, qui comprend maintenant, notamment, toute l’exploitation en ligne et le travail forcé; elle comprend aussi le trafic d’organes, un crime pour lequel il n’y a pas de mots, et d’autres aspects, comme l’utilisation de personnes pour transporter de la drogue … Tout cela constitue des engagements ou des «entreprises» de trafic», a-t-il expliqué.
L’existence depuis 2013 d’une Journée internationale contre la traite des êtres humains, et l’engagement des Nations unies à lutter contre ce crime, qui a été formalisé en 2015, constituent de bons points de départ pour sensibiliser les opinions publiques, mais la prise de conscience doit se faire dans le cœur de chacun.
Il y a un discernement à vivre dans le quotidien et ce qui est en jeu, ce n’est pas seulement le comportement des autres ou des méchants, mais les choix de chacun. «Moi, quels choix dois-je faire, comme lorsque j’achète un téléphone portable? Quand je fais un voyage? Quand est-ce que je m’accorde du plaisir?» Chacun est invité à s’interroger sur les phénomènes que chacun met en mouvement dans ses actions de consommateur, parfois sans en avoir conscience. «Nous devons réfléchir à certains «besoins», lorsque nous entendons «J’ai besoin de ce plaisir, de ce produit, de ce prix bas» … Je pense que ces compulsions sont plus au cœur du problème de la traite que la prolifération des droits ou des soi-disant droits», a-t-il expliqué.
Désormais émergent «de nombreux nouveaux ministères de l’Église pour faire face à ce fléau, sur plusieurs axes: la prévention, la rédemption, la réhabilitation, l’intégration des personnes», a expliqué le cardinal Czerny

(D’après Vatican. News)

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 78 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 78 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

1 novembre 2020 1 h 51 min

Editorial

TROUBLE

Nous vivons une époque de grands retournements, où les notions et les concepts ne disent plus la même chose à tous. Telle est considérée valeur revendiquée, qui est une attitude décriée par d’autres. La vie, la mort, surtout en cette approche de la Toussaint que beaucoup assimilent à une fête célébrant la mort, n’aident pas à unifier les principes.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (30 518)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (15 241)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (13 055)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 1
  • 57
  • 43 209
  • 5 644
  • 1 258
  • 4
  • 12
  • 1
  • 31 octobre 2020
accumsan massa commodo leo consectetur Praesent dolor justo Aliquam dolor. ipsum