Sélectionner une page

DIALOGUE : Un dialogue national inclusif est anticonstitutionnel, estime Dominique Basseyla

DIALOGUE : Un dialogue national inclusif est anticonstitutionnel, estime Dominique Basseyla

Membre du Comité ad hoc de suivi des recommandations du Dialogue national 2015, Dominique Basseyla a tenu vendredi dernier à Brazzaville un point de presse consacré à la vulgarisation de la recommandation n°1 relative à l’institutionnalisation de la valeur du dialogue dans la Constitution du 25 octobre 2015.

Dominique Basseyla a rappelé que le Dialogue national de Sibiti 2015 avait consacré, dans sa recommandation n°1, l’institutionnalisation des valeurs de dialogue et de partage. Mais pour lui, la Constitution a uniquement institué le dialogue politique. «La loi organique déterminant l’organisation, la composition et le fonctionnement du Conseil national du dialogue a fixé les normes juridiques règlementant le Conseil national du dialogue, ce conformément aux dispositions constitutionnelles», a-t-il rappelé.
Au terme de l’article premier, alinéa 2, a-t-il poursuivi, «il se réunit à la demande du Président de la République pour débattre et se prononcer sur les grands problèmes politiques d’intérêt national. L’article 9 de la loi suscitée souligne que lorsque le Président de la République est confronté à de grands problèmes politiques d’intérêt national, il peut saisir le Conseil et lui demander de se prononcer».
Le Conseil est convoqué par décret du Président de la République. «Par le même décret, sont arrêtées la liste des participants au dialogue, la date de la tenue de celui-ci et la durée des travaux», a précisé Dominique Basseyla.
L’orateur a indiqué que le dialogue est astreint à un «encadrement juridique rigoureux et qu’il ne saurait faire l’objet d’une interprétation fallacieuse, voire provocatrice, sinon vexatoire de la part de certains opérateurs politiques». Il a appelé la classe politique ainsi que la société civile à une compréhension conséquente du dialogue. «Il ne s’agit pas de faire l’amalgame inutile en opinant sur un dialogue inclusif en dehors des normes constitutionnelles».
Pour lui, exiger un dialogue national inclusif est non seulement anticonstitutionnel, mais aussi et surtout «vouloir user de la perfidie pour abuser de la bonne foi du peuple souverain. La classe politique en tirera le plus grand bénéfice; la nation congolaise tout entière aussi».

Pascal Azad DOKO

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

19 septembre 2020, 15: 56

Editorial

EN PANNE

Plus les années passent et plus le problème complexe de l’alimentation en électricité se fait toujours prégnant. Les centrales hydroélectriques du pays sont devenues plus nombreuses. Nous avons une centrale à gaz à Pointe-Noire. Et les projections laissent aussi le champ libre à la possibilité de renforcement de nos capacités en la matière, ne serait-ce qu’avec la construction, enfin, du barrage de Sounda, dans le Kouilou.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (20 400)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (8 638)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • ECONOMIE : L’année 2020 sera marquée par une forte dégradation (lasemaineafricaine) (6 315)
    Le Comité national économique et financier (CNEF) a tenu mardi 21 juillet 2020 à Brazzaville, sa deuxième session ordinaire de cette année, à la direction nationale de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC). La dernière remonte au 15 mai dernier. Les travaux ont été placés sous la présidence de Ludovic Ngatsé, ministre délégué […]

booked.net

Nos Statistiques

  • 0
  • 567
  • 16 727
  • 1 211
  • 900
  • 3
  • 9
  • 1
  • 19 septembre 2020
risus. id consectetur ut Aliquam at facilisis id, eleifend consequat.