Sélectionner une page

DEVELOPPEMENT : Pour un suivi rigoureux de la mise en œuvre du projet Pro Manioc

DEVELOPPEMENT : Pour un suivi rigoureux de la mise en œuvre du projet Pro Manioc

L’Union Européenne (UE), représentée par son ambassadeur Raul Mateus Paula, le Programme alimentaire mondial (PAM), par son représentant Martin Bauer et le Gouvernement par Ingrid Olga Ghislaine Ebouka Babackas, ministre en Charge du Plan et de la statistique, ont signé jeudi 24 septembre 2020 à Brazzaville, un cadre de suivi tripartite pour la mise en œuvre du projet ‘’Pro Manioc’’ lancé au début du mois de septembre.

Le projet ‘’Pro Manioc’’, financé à hauteur de 1,5 million d’euros par l’UE, vise à renforcer la chaîne de valeur artisanale du manioc au Congo via une cinquantaine de groupements de producteurs du département de la Bouenza. Le cadre de suivi signé met en place plusieurs mécanismes solides de suivi de la mise en œuvre des activités, de l’atteinte des résultats et des indicateurs permettant de garantir l’efficience du projet pendant les deux années que durera le projet. Il repose sur un dialogue permanent entre les différentes parties prenantes ainsi que sur la collecte systématique des données pour suivre la mise en œuvre des activités et sur l’atteinte des résultats, tant sur le court, le moyen et long termes.
Son processus de suivi évaluation repose également sur une démarche participative. Les outils de collecte et d’analyse des données seront définis conjointement par l’équipe de gestion du projet et les 50 groupements d’artisans producteurs-transformateurs qui bénéficient du projet, tout comme par les autres bénéficiaires (artisans fabricant de machines pour la transformation du manioc) et parties prenantes (comme le ministère de l’Agriculture).
«La signature du cadre-tripartie constitue une étape clé pour assurer une réalisation efficace de l’action. La crise sanitaire a montré la fragilité des chaînes d’approvisionnement alimentaire au Congo, puisqu’on a pu observer une augmentation temporaire des prix allant jusqu’à 15%. D’où la nécessité de renforcer les chaînes de valeur agricole», a affirmé l’ambassadeur de l’UE. Avant de saluer le dynamisme et la diversité du partenariat entre l’UE et le Congo en soulignant l’immense valeur ajoutée de la coopération multilatérale qui met à contribution les expertises des différents partenaires au développement du Congo.
Selon Martin Bauer, «avec Pro Manioc nous visons à augmenter la production des produits du manioc de 50% en introduisant des nouveaux équipements, et à mieux faire connaître les produits au grand public.»
La ministre Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas a été satisfaite de «la prompte réaction de l’Union Européenne aux côtés du Congo dans la lutte contre la pandémie, et dans la mise en place rapide d’un protocole de suivi qui épouse parfaitement les préoccupations du Gouvernement dans l’amélioration de la performance de tout projet destiné aux populations dans une approche concertée avec les partenaires.»
Elle a précisé que «la partie qui finance et celle qui bénéficie ont tout intérêt à ce que les objectifs soient atteints. Ce dispositif de suivi-évaluation nous permettra de nous assurer que les bénéficiaires font exactement ce qui est prévu dans le cadre du projet.»
Le projet qui est une innovation, mettra un accent particulier sur la transformation du manioc en produits encore peu connus au Congo, comme le gari et l’attiéké. Le choix porté sur la Bouenza comme région pilote s’explique par son potentiel et son savoir-faire dans la production du manioc.
L’UE et le PAM comptent étendre, à l’avenir, ce projet à tous les départements du Congo.

Alain-Patrick MASSAMBA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 58 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 58 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

23 octobre 2020 1 h 14 min

Editorial

PROCHES DE DIEU, PROCHES DES HOMMES

Nos Evêques viennent de boucler leur 49è assemblé plénière. Pendant une semaine, à Brazzaville, ils ont réfléchi à un thème qui mériterait d’autres sessions de travail, d’autres analyses, d’autres recherches: la formation du futur prêtre. Une Eglise est ce que ses fidèle sont, mais elle est aussi ce que sont ses prêtres. Elle tient par la solidité de leur fidélité à la Parole, par la solidité de leurs connaissances de sacerdotes au service de l’Homme.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (28 422)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (14 611)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (11 087)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Commentaires récents

    booked.net

    Nos Statistiques

    • 1
    • 38
    • 41 620
    • 4 707
    • 1 195
    • 4
    • 11
    • 1
    • 21 octobre 2020