Sélectionner une page

DEVELOPPEMENT : Joséphine Moutimanakanga livre le manioc au cœur du Bronx

DEVELOPPEMENT : Joséphine Moutimanakanga livre le manioc au cœur du Bronx

Le Congolais voyage toujours avec son bout de manioc dans un angle valise. Et il n’est pas rare qu’arrivé dans une grande ville occidentale, la première question pose à la cantonade soit «et pour le manioc, c’est comment ?». Alors, on lui indique Brixton, à Londres, Termini à Rome, Matongé à Bruxelles ou Château rouge à Paris.

A vrai dire, la chose paraît aller de soi lorsqu’on se trouve dans un pays ayant une longue et antique tradition avec l’Afrique. Mais dans une mégapole comme New York, au Etats-Unis, comment cela se passe-t-il? Il suffit de demander!
Car, parfois dans la discrétion absolue, des pionniers congolais sont déjà en place et ont su déblayer les pistes pour trouver piments, safous, moukalou et autres mets typiques du Congo qu’on n’a pas l’habitude de trouver dans les supermarchés traditionnels. L’histoire du manioc cuit, la chikouangue, a aussi son odyssée et des pionnières reconnues.
C’est ainsi que se dégage l’image d’une femme congolaise, une battante, dont on peut dire qu’elle est la première ou parmi les premières à combler le vide du manioc sur la table des Congolais aux Etats-Unis.
Joséphine ne fait pas de l’importation du manioc cuit, comme c’est le cas dans beaucoup de villes occidentales: elle le fait ! Elle écume les boutiques africaines où l’on vend des tubercules de manioc. Vient les rouir dans son appartement et confectionne, comme le ferait la maman au pétrin de n’importe quel coin du Congo, ce qui sera le futur manioc ou le ngoudi yaka traditionnel!
Le résultat est tout simplement époustouflant: le quartier du Bronx peut s’enorgueillir de trouver du manioc frais ou fumant sur ses tables grâce à Moutimanakanga. Mais le privilège n’appartient pas qu’aux bronxois; à Houston (Texas) aussi, des boutiques proposent les confections de Joséphine Moutimanakanga. Tout comme à Raleigh, en Caroline du Nord. Partout, l’Afrique centrale «mange congolais» grâce aux pains de manioc fournis par une experte qui n’a pas voulu renier une tradition qui fait vivre dans tous les sens du mot.
Ancienne militante de l’URFC (Union révolutionnaire des femmes congolaises) au Congo, la battante ne s’est pas contentée de faire du porte-à-porte avec son manioc. Elle a lancé une ONG dont la cause est noble: l’Organisation des femmes pour l’aide des orphelins, OFAO. Recueillant les aides de la diaspora, l’organisation achemine des médicaments, de l’aide alimentaire et toutes sortes d’aides aux enfants abandonnés du Congo. Aux Etats-Unis même, l’ONG est débordante d’activité, dont une partie culturelle avec, par exemple, une chorale.

ASM

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

25 septembre 2020, 03: 33

Editorial

MUTATIONS?

Ni les quatre ans passés depuis les dernières élections, ni la période de confinement que nous venons de subir ne semblent avoir prise sur nous. Oui, nous nous plaignons bien des gênes occasionnées par les masques contre la COVID-19, dénonçons l’inutilité du couvre-feu nocturne, donnant à voir l’impossibilité à maintenir une distanciation dans les marchés, les guichets et les quartiers. Mais dans la réalité, l’impact profond que nous étions en droit d’attendre d’un tel chambardement du monde a du mal à se dessiner.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (22 026)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (9 817)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (6 912)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

booked.net

Nos Statistiques

  • 0
  • 26
  • 22 084
  • 1 793
  • 938
  • 3
  • 10
  • 1
  • 23 septembre 2020
quis id porta. pulvinar tempus mattis nec velit, Praesent