Sélectionner une page

CRÉATION DE L’UNION DES PROFESSIONNELS DE LA PRESSE DU CONGO : Régler les délits de presse et les autres dérives

CRÉATION DE L’UNION DES PROFESSIONNELS DE LA PRESSE DU CONGO : Régler les délits de presse et les autres dérives

La sortie officielle de l’Union des professionnels de la presse du Congo (UPPC) a eu lieu à l’hôtel de l’Association des conférences épiscopales de l’Afrique centrale (ACERAC), à Brazzaville, vendredi 9 octobre 2020. La naissance le 2 septembre 2019 de cette organisation a répondu à la mise en œuvre des recommandations des assises de la presse du Congo, tenues du 25 au 28 octobre 2018, à Brazzaville. La cérémonie a été placée sous l’égide de Philippe Mvouo, président du Conseil supérieur de la liberté de communication, en présence d’Antoine Oviebo-Ethai, directeur de cabinet du ministre de la communication et des médias et Jean Charles Maniongui, le tout premier président du conseil d’administration de l’UPPC.

A sa création, l’Union des professionnels de la presse du Congo a regroupé dix-sept associations professionnelles du secteur des médias qui ont signé l’acte fondateur de cette organisation. Les buts visés sont de trois ordres, dont entre autres, il s’agit essentiellement d’œuvrer pour la défense de la liberté de presse au Congo et de participer à l’assainissement de l’environnement médiatique congolais par le renforcement des capacités professionnelles des journalistes et de consolider l’esprit de corps.
L’Uppc va jouer un rôle d’autorégulation.
L’Union des journalistes a été sollicitée dans le règlement des conflits de presse, qui ont conduit de temps en temps le Conseil supérieur de la liberté de communication à prendre des sanctions à l’endroit de certains éditeurs de presse. La promesse de la signature très prochaine d’un protocole d’accord entre le Conseil supérieur de la liberté de communication et l’Union des professionnels de presse du Congo renforcera davantage le rôle et la place de l’Union dans l’assainissement de l’espace médiatique congolais et le professionnalisme du métier du journaliste. Il est observé des dérives dans l’exercice de la profession qui deviennent de plus en plus fréquentes et les délits de presse de plus en plus courants. Dans le classement africain des médias, il y a cinq ans, la presse congolaise a figuré parmi les occupants du dernier carré en matière de professionnalisme, de la liberté de presse et du droit d’accès à l’information. Le pays est très loin derrière le Burkina Faso, le Sénégal et la RDC. La propagande, de la sous-traitance commerciale et politique au lieu du journalisme. Au regard de cela, Jean Charles Maniongui a pris l’engagement que les journalistes travailleront librement en dépassant la peur et en toute responsabilité. Il a rassuré que «l’UPPC ne faillira pas à ses missions. Notre action donne priorité à la formation et à l’encadrement des journalistes en vue d’atteindre le but recherché, à savoir : le professionnalisme de la presse dans notre pays».
A son tour, Philippe Mvouo a invité les promus aux instances de l’UPPC a bien s’impliquer dans la conduite de leurs missions. «Votre Union est née libre et cette liberté vous confère l’indépendance d’action. Vous devriez en être jaloux et bien la protéger. Vous êtes tenus d’assurer l’autorégulation. Cette autorégulation est mal connue, il faut la faire connaitre aux journalistes. Ne faites pas du syndicalisme, vous n’êtes pas un syndicat». L’UPPC a un conseil d’administration de trois membres que dirige Jean Charles Maniongui en qualité de président et un bureau exécutif national de sept membres avec pour secrétaire général coordonnateur, chargé des relations internationales Edourd Adzotsa et une commission de contrôle administratif et financier de cinq membres, avec sa tête Jean Clotaire Hyimboud. L’UPPC a aussi un comité de membres d’honneur qui sont au nombre de quinze, regroupant des journalistes chevronnés dans la profession, comme Albert S. Mianzoukouta, directeur actuel de publication du journal LA SEMAINE AFRICAINE, dont la plupart jouissent de leur droit à la retraite.

Philippe BANZ

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 58 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 58 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

23 octobre 2020 0 h 11 min

Editorial

PROCHES DE DIEU, PROCHES DES HOMMES

Nos Evêques viennent de boucler leur 49è assemblé plénière. Pendant une semaine, à Brazzaville, ils ont réfléchi à un thème qui mériterait d’autres sessions de travail, d’autres analyses, d’autres recherches: la formation du futur prêtre. Une Eglise est ce que ses fidèle sont, mais elle est aussi ce que sont ses prêtres. Elle tient par la solidité de leur fidélité à la Parole, par la solidité de leurs connaissances de sacerdotes au service de l’Homme.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (28 410)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (14 609)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (11 080)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Commentaires récents

    booked.net

    Nos Statistiques

    • 1
    • 7
    • 41 589
    • 4 705
    • 1 195
    • 4
    • 11
    • 1
    • 21 octobre 2020