Sélectionner une page

COVID-19 : La hausse des cas sème le doute sur la gestion de la pandémie

COVID-19 : La hausse des cas sème le doute sur la gestion de la pandémie

Face à l’évolution de la COVID-19, la coordination nationale de gestion de la pandémie de la COVID-19 était réunie pour la septième fois le 24 Juillet 2020 par visioconférence, sous l’autorité du Président de la République, afin d’analyser la situation sanitaire du pays. Elle a, au cours de cette réunion, émis des inquiétudes quant à la progression du nombre des cas de contaminés de la pandémie dans les deux principales villes du pays, à savoir Brazzaville et Pointe-Noire. Suite à la progression inquiétante du nombre des cas confirmés qui a dépassé la barre des trois mille, la coordination a formulé quelques recommandations.

Les Brazzavillois et les Ponténégrins se voient rallonger le couvre-feu

Le nombre des personnes contaminées a doublé en moins de trois semaines, sans nul doute à la pratique plus importante des tests de dépistage. Dans le même temps, «on déplore un relâchement dans le respect des mesures barrières et des insuffisances dans la prise en charge des malades», a noté la coordination.
A l’exception du Kouilou, «il est à noter que le coronavirus COVID-19 ne circule presque pas à l’intérieur du pays. La maladie est installée à Brazzaville et à Pointe-Noire, où elle se développe à un rythme aujourd’hui accéléré à Brazzaville», a fait remarquer la coordination.
Brazzaville est aujourd’hui l’endroit où la maladie se propage le plus: 1.237 nouveaux cas révélés dans la période du 30 juin au 20 juillet 2020. Pointe-Noire, deuxième foyer important de la maladie, a connu 432 nouveaux cas de contamination dans la même période. Les tranches d’âge les plus concernées restent les mêmes: 30-39 ans (947 des personnes contaminées) et 40-49 ans (sur les 838 personnes contaminées).
Le pourcentage des femmes contaminées tend à augmenter. Elles représentaient 23,3% du total au 30 juin 2020, elles constituent aujourd’hui 27,1% du total. La mortalité au coronavirus touche surtout les tranches d’âge de 60-69 ans (18 personnes) et de 50-59 ans (15).
Le Congo a déclaré à la date du 27 juillet 3200 cas confirmés depuis le 14 mars 2020; 829 cas positifs sont déclarés guéris; 54 décès sont à déplorer, pour un taux de létalité de 1,7%.
La Coordination nationale a déploré un relâchement général dans le cadre de la prévention: «Il se traduit par l’inobservation des gestes barrières par de nombreux compatriotes. La réalité sociologique aidant, les gestes barrières notamment la distanciation physique et le bannissement des attroupements, sont de moins en moins respectés».
Elle a par ailleurs constaté que les pouvoirs publics, pourtant assistés par la société civile, les ONG et autres groupes de pression et d’encadrement des populations, peinent à déployer dans le pays une stratégie ordonnée et coordonnée de communication sur la nécessaire prévention, afin d’arrêter la propagation de l’épidémie.
La coordination a, par ailleurs, invité les personnels et agents affectés à la riposte, notamment les personnels soignants, à ne pas se démobiliser; tout en demandant aux services compétents de mettre en place les mesures nécessaires, en termes d’intéressement de ces personnels, ainsi qu’en termes de mise à disposition de tous les équipements nécessaires.
Elle a, par contre, estimé qu’il se pose toujours le problème de la disponibilité et de l’engagement des médecins ainsi que celui du nombre des équipements des malades en détresse. A tous ces problèmes d’effectifs, d’équipements, de matériels et produits appropriés s’ajoute celui de la motivation et de la conscientisation des personnels disponibles, affectés à la prise en charge des malades.
En se basant sur l’appréciation qu’elle fait de l’évolution de l’épidémie et de la situation actuelle de la riposte nationale, ainsi que sur la nécessité de soutenir l’économie en s’ouvrant un peu plus au monde, la coordination nationale a recommandé les mesures suivantes: la prorogation de l’état d’urgence sanitaire pour une nouvelle période de vingt jours, à compter du 30 juillet 2020; la prorogation du couvre-feu sur l’ensemble du territoire national, à l’exception de Brazzaville et Pointe-Noire, de 22 heures à 5 heures du matin, etc.
Pour Brazzaville et Pointe-Noire, outre l’application de toutes les mesures déjà prises, des mesures spécifiques ont été adoptées. Le couvre-feu est ramené à 20 heures; la fermeture des marchés domaniaux les mercredis, vendredis et dimanches.

L’état d’urgence sanitaire prorogé pour la sixième fois

Face à la progression de la pandémie du COVID-19, les deux chambres du Parlement ont procédé le 28 juillet dernier à la prorogation de l’état d’urgence sanitaire en République du Congo, pour une période de vingt jours supplémentaires, conformément à la Constitution.
Cette prorogation intervient après avis du Comité des experts et au terme de l’évolution des mesures prises par le Gouvernement. Il a été constaté que le COVID-19 continuait de se répandre dans le pays.
Pour cela, une nouvelle prorogation de l’état d’urgence sanitaire en vigueur et qui arrivait à terme le 29 juillet 2020, a été jugée indispensable.
La crise liée à la pandémie de
COVID-19 est encore loin d’être totalement éradiquée dans le pays. Pour continuer à lutter contre la maladie, le chef de l’Etat a sollicité du Parlement l’autorisation de proroger pour la sixième fois l’état d’urgence de vingt jours, déclaré le 30 mars dernier.

Cyr Armel
YABBAT-NGO

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

24 septembre 2020, 09: 58

Editorial

MUTATIONS?

Ni les quatre ans passés depuis les dernières élections, ni la période de confinement que nous venons de subir ne semblent avoir prise sur nous. Oui, nous nous plaignons bien des gênes occasionnées par les masques contre la COVID-19, dénonçons l’inutilité du couvre-feu nocturne, donnant à voir l’impossibilité à maintenir une distanciation dans les marchés, les guichets et les quartiers. Mais dans la réalité, l’impact profond que nous étions en droit d’attendre d’un tel chambardement du monde a du mal à se dessiner.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (21 743)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (9 564)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (6 726)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

booked.net

Nos Statistiques

  • 0
  • 336
  • 21 424
  • 1 708
  • 938
  • 3
  • 10
  • 1
  • 23 septembre 2020
lectus eleifend sem, leo. dapibus vulputate,