Sélectionner une page

CÔTE D’IVOIRE : Le Premier ministre est décédé

CÔTE D’IVOIRE : Le Premier ministre est décédé

Le Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, est décédé mercredi 8 juillet dernier des suites d’un malaise, lors du conseil des ministres à Abidjan. Il a récemment été désigné pour représenter le Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP), le parti au pouvoir, lors de l’élection présidentielle prévue en octobre 2020. Proche du président Ouattara, il était un pilier de la politique ivoirienne.

«La disparition d’Amadou Gon Coulibaly est une grosse perte pour ce pays, compte tenu de sa trajectoire professionnelle qui était exceptionnelle», explique Francis Akindès, professeur de sociologie à l’université de Bouaké. «C’est un ingénieur de formation, formé dans la plus grande institution de formation d’ingénieurs en Côte d’Ivoire. Il a eu un parcours qui l’a amené depuis à suivre la Côte d’Ivoire qui se transforme. Il a appris sur les chantiers à gérer également les grands dossiers relatifs à la construction d’un pays.», commente un observateur.
Issu d’une famille de la grande noblesse du nord de la Côte d’Ivoire, Amadou Gon Coulibaly était l’un des piliers de la scène politique ivoirienne. Présent depuis trente ans dans l’ombre d’Alassane Ouattara, il était l’arrière-petits-fils de Péléfero Gbon Coulibaly, chef suprême des Sénoufos, un proche de Félix Houphouët-Boigny.
Dès le début des années 1990, il s’est engagé auprès d’Alassane Ouattara. D’abord, comme conseiller technique. «Il n’était pas que politique, justement. Il avait cette dimension technique, mais il savait allier le politique à la technicité. Et c’est cela qui faisait un peu sa force. Et c’est pourquoi d’ailleurs, il a été très, très rapidement approché par celui qui sera le président de la République et qui a d’abord été le Premier ministre de ce pays, dont il était le conseiller… », déclare un politologue.
Amadou Gon Coulibaly a en effet adhéré en 1994 au Rassemblement des Républicains (RDR), le parti créé par Alassane Ouattara. En 1995, il décroche un siège de député à Korhogo, cette grande ville du Nord dont il est originaire. Son engagement lui vaut d’ailleurs, avec d’autres cadres du RDR, de séjourner en prison, en 1999, sous la présidence d’Henri Konan Bédié.
Il sera ensuite, entre 2002 et 2011, ministre de l’Agriculture sous Laurent Gbagbo. Puis, l’homme de confiance devient le puissant secrétaire général de la présidence d’Alassane Ouattara en 2011, avec rang de ministre d’État, et ce, jusqu’en 2017, année où il est nommé Premier ministre, poste qu’il occupait à son décès mercredi dernier.
Amadou Gon Coulibaly, un homme très respecté, mais qui savait aussi taper du poing sur la table, témoigne Sylvain Nguessan, analyste à l’Institut stratégique d’Abidjan : «C’est le tonton qui rit dans le salon, mais quand vous passez dans le bureau pour travailler, il devient un monsieur, j’allais dire neutre. Il pose des questions sur le résultat à atteindre. Il peut poser la même question sur cinq formes différentes, parce qu’il n’est pas satisfait de la réponse que vous avez donnée. Donc il savait marquer la différence entre les relations familiales et le résultat à atteindre.».
Avec la mort du candidat du RHDP, à quatre mois de la présidentielle, les cartes doivent être rejouer pour trouver un remplaçant. D’aucuns se demandent si le président sortant qui a pourtant décidé de prendre sa retraite politique ne sera pas tenté de revenir sur la scène politique.

Gaule D’AMBERT

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 147 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 147 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

4 décembre 2020 10 h 01 min

Editorial

Système

Il n’y a pas idée plus répandue dans l’opinion que celle d’ériger en système les pratiques les plus généralement décriées dans la société. Vous parlez de corruption, de passe-droit, de détournement, d’impunité, de faible engagement à contrer les anti-valeurs, de comportements arrogants et insouciants devant le bien public ? On vous présente «le système» comme bouclier et justification à tout. C’est le système !

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (55 690)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • Economie forestière : Opter pour une gestion durable des ressources (lasemaineafricaine) (23 557)
    La République du Congo regorge de vastes étendues de forêts qui couvrent une superficie de 22,4 millions hectares soit 65% de son territoire. Les premières exploitations du bois remontent à la période précoloniale. Rosalie Matondo, ministre de l’Economie forestière dresse un bilan satisfaisant en 60 ans. Selon la ministre de l’Economie forestière, l’exploitation des forêts […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (23 454)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 1
  • 286
  • 1 888
  • 59 732
  • 2 décembre 2020
et, adipiscing quis, Lorem vulputate, ut Phasellus facilisis consectetur libero.