Sélectionner une page

CORRUPTION : Mieux sensibiliser et interpeller les populations à ses méfaits

CORRUPTION : Mieux sensibiliser et interpeller les populations à ses méfaits

Avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), la Haute autorité de lutte contre la corruption (HALC) a été à l’initiative d’une conférence publique pour célébrer la Journée internationale de lutte contre la corruption. Elle a eu lieu à Brazzaville vendredi 11 décembre. La Journée internationale de lutte contre la corruption au Congo est célébrée tous les 9 décembre. Elle a été présidée par Michel Mombili Awsyambi, secrétaire général de la HALC, avec pour but de sensibiliser la population sur les méfaits de la corruption et de l’interpeller quant à la lutte à mener.

Le thème retenu au niveau international était: «Unis contre la corruption, pour le développement, la paix et la sécurité». La conférence a regroupé des étudiants et des membres de la société civile. Elle a été un cadre d’échanges en vue d’éveiller la conscience de tous sur ses méfaits et de faire émerger un élan d’éthique et d’intégrité propice au développement social et économique du pays. Deux sous thèmes y ont été développés: le premier «Convention des Nations Unies contre la corruption» (Un Traité adopté en 2003, à Mérida, au Mexique, pour endiguer le phénomène de corruption) et «la corruption et ses effets sur le développement». Ces deux thèmes ont été développés successivement par Simon Pierre Nzobabela, enquêteur-investigateur, et Auguste Batangouna, tous les deux membres de la HALC.
La nécessité de combattre la corruption, la concussion, la fraude et les infractions assimilées qui affectent lourdement les transactions économiques et financières et sapent la stabilité socio-économique des Etats ont été passées en revue.
Simon Pierre Nzobabela a éclairé l’assistance sur l’adoption de la Convention des Nations Unies contre la corruption. Selon lui, c’est une nécessité en tant qu’instrument juridique de lutte contre la corruption. Elle est une preuve qui montre que la communauté internationale est déterminée à prévenir et à endiguer le phénomène. Le respect des valeurs fondamentales, telles que l’honnêteté, l’Etat de droit, le sens de responsabilité et la transparence sont indispensables pour le développement et l’édification d’un monde meilleur, rappelle la Convention. Le conférencier a conclu que la corruption est une des grandes causes des mauvais résultats économiques. Elle est un obstacle de taille au développement et à la lutte contre la pauvreté. Le Congo a ratifié la Convention par la promulgation de la loi n°13-2005, du 14 septembre 2005.
Auguste Batangouna a, quant à lui, soutenu que la corruption freine le développement, puisqu’elle résulte de la rupture des bonnes valeurs. Elle est contraire aux normes et à la gestion de la société. Les études réalisées sur la corruption au Congo en 2003, 2009 et 2011 révèlent qu’elle est occasionnée par sept principales causes: la crise des valeurs (pour 75,2 % d’opinions sondées), l’absence de contrôle et l’impunité, (50,4 %), la faiblesse du pouvoir d’achat (36,6 %), la pauvreté (31,2 %), le chômage (100, 2 %), l’inefficacité du système judiciaire (26,2 %), et l’imperfection de la législation (16,7% d’opinions sondées). La crise des valeurs est la cause fondamentale de la corruption. Celle-ci compromet durablement le développement en détériorant la qualité des produits.
Clôturant les travaux, Michel Mombili Awsambi a lancé un appel à l’ensemble de la population. «Le Congo, fermement engagé dans la lutte contre ce fléau, n’est pas resté en marge de la pratique internationale. Tout citoyen doit se mobiliser contre la corruption. C’est une invite lancée aux jeunes, vieux, femmes, hommes, acteurs du secteur public comme privé, ainsi qu’aux organisations de la société civile et à tous les autres pour que soit relevé ce défi».
Selon l’actuel classement de Transparency international et la Banque mondiale, le Congo occupe le 159e rang sur 185 pays en matière de corruption.

Philippe BANZ

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 279 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 279 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

28 février 2021 19 h 53 min

Editorial

Ils seront 7 !

Ainsi donc, comme les mousquetaires d’Alexandre Dumas, ils seront sept ! Ils seront sept candidats pour la présidentielle du 21 mars prochain. Le Conseil constitutionnel n’a écarté qu’un candidat sur les 8 qui avaient manifesté leur désir à prendre part à la course.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (123 802)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (55 597)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • Economie : Améliorer l’efficacité du système financier par la médiation (lasemaineafricaine) (33 089)
    Le secrétariat général du Comité national économique et financier (CNEF) du Congo a organisé mercredi 25 novembre dernier à Brazzaville, un séminaire sur la médiation financière. Les travaux ont été placés sous la présidence de Michel Dzombala, directeur national de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), secrétaire général du CNEF. Ce séminaire, qui […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 2
  • 1 909
  • 3 477
  • 76 517
  • 27 février 2021
sit Praesent leo ante. ut vulputate, Sed Aenean eleifend