Sélectionner une page

Corniche de Brazzaville : Une deuxième expertise est attendue

Corniche de Brazzaville : Une deuxième expertise est attendue

Une mission de géotechniciens français du groupe de contrôle de la Société générale pour l’industrie (SGI SETEC international) conduite par Ammar Ketfi, chef de mission, a effectué une visite jeudi 30 janvier 2020 sur le site de la corniche qui s’était affaissé et avait glissé vers le fleuve Congo dans la nuit du 8 au 9 janvier dernier. Selon le chef de mission Ammar Ketfi, c’est un glissement de terrain qui est à l’origine de l’effondrement de cette corniche.

Une deuxième expertise est en cours pour comparer ses résultats avec ceux des experts chinois présentée lundi 20 janvier devant Oscar Otoka, coordonnateur technique des Grands travaux.

Sur le terrain, des ouvriers aménagent les bords du fleuve avec des sacs écologiques, dans le but de stabiliser l’ouvrage et freiner l’avancée du glissement de terrain. Après l’annonce faite par la délégation générale des Grands travaux (DGGT), Ammar Ketfi a indiqué: «Arrivé sur le terrain, nous avons travaillé pendant 10 jours et nous avons conclu que le tronçon concerné se trouve dans un profil mixte; ce profil, avec la montée des eaux, a touché les eaux souterraines. Il y avait une grande fissure entre la route et le trottoir. Ces glissements n’ont pas été prévisibles».
Le chef de mission a affirmé que la mission de contrôle était un groupement de renommée internationale qui a un plan d’assurance qualité et une éthique morale. «Ce sont des choses qui arrivent dans les pays tropicaux; ce n’est pas seulement au Congo. Nous sommes habitués à ce genre de problème. Concernant les études réalisées par la société chinoise BCRC, nous n’avons pas encore eu accès à leur document. Mais à un moment donné, nous allons comparer les deux expertises avec la délégation générale des Grands travaux pour trouver les solutions dans les meilleurs délais. L’ouvrage est sous garantie et une fois les expertises finies, nous continuerons à suivre les travaux», a précisé Ammar Ketfi; tout en demandant à la DGGT de régler leurs fractures non payées il y a 4 ans.
A signaler que la Société générale pour l’industrie (SGI SETEC international) avait assuré le contrôle des travaux de la corniche pendant sa réalisation.

A. N’K-K.

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

24 septembre 2020, 08: 54

Editorial

MUTATIONS?

Ni les quatre ans passés depuis les dernières élections, ni la période de confinement que nous venons de subir ne semblent avoir prise sur nous. Oui, nous nous plaignons bien des gênes occasionnées par les masques contre la COVID-19, dénonçons l’inutilité du couvre-feu nocturne, donnant à voir l’impossibilité à maintenir une distanciation dans les marchés, les guichets et les quartiers. Mais dans la réalité, l’impact profond que nous étions en droit d’attendre d’un tel chambardement du monde a du mal à se dessiner.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (21 725)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (9 545)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (6 717)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

booked.net

Nos Statistiques

  • 4
  • 275
  • 21 363
  • 1 695
  • 938
  • 3
  • 10
  • 1
  • 23 septembre 2020
porta. adipiscing ut tempus elementum venenatis,