Sélectionner une page

Corniche de Brazzaville : Les experts chinois pointent une montée exceptionnelle des eaux du fleuve

Corniche de Brazzaville : Les experts chinois pointent une montée exceptionnelle des eaux du fleuve

Dans la nuit du 8 au 9 janvier 2020, une partie du trottoir et du mur de soutènement de la corniche s’est affaissée et a glissé vers le fleuve Congo entre le PK1+420 et le K1+600. La longueur totale est de 180 m, la plus grande largeur de glissement fait 5 m et la plus grande hauteur de décalage est de 4,5 m. Face à cela et comme promis, une expertise a été menée par une délégation des experts chinois de la société China road and bridge corporation (BCRC), conduite par Chi Quanbao, responsable de la mission.

A l’issue de la visite de terrain et des discussions, les experts chinois ont présenté lundi 20 janvier 2020 le rapport d’analyse du glissement du mur de soutènement au côté droit entre PK1+PK1+600 et proposé une solution de traitement. C’était en présence d’Oscar Otoka, coordonnateur technique des Grands travaux et d’ingénieurs de cette administration. Ce rapport comprend trois parties: l’analyse de la raison du glissement, la solution provisoire et la solution définitive.
Quelle est la cause de la catastrophe? Les experts chinois disent avoir fait les constats que la largeur de la fissure est de 0,1 m; la hauteur de décalage de 0,8m. La fissure d’arrière du glissement est sous forme d’un anneau, et proche de la fondation du mur de soutènement. La cause directe de l’effondrement du mur de soutènement est l’augmentation des fortes pluies et une montée d’eau, parce que la crue dépassant le niveau d’eau centennal combinée à l’infiltration à long terme au niveau des fondations du mur de soutènement, ont conduit à un remplissage d’eau et un ramollissement du sol.
S’agissant de la solution provisoire, les experts ont proposé de mettre en œuvre le drainage et la fermeture des voies d’eau; de curer et de réparer les caniveaux et les dalots pour éviter que la pluie s’infiltre entre la zone d’effondrement; poser des sacs en terre du côté de la chaussée; exécuter un rang de tube d’acier du diamètre de 62 cm entre la chaussée bitumée et au pied du talus après le glissement du trottoir (la longueur du pieu est de 10 m et la distance longitudinale de 1,5m); mettre en œuvre le travail de surveillance selon le planning de surveillance rédigé par l’entreprise; étudier profondément la tendance et la zone de glissement; étudier la déformation de la plateforme du tronçon en bon état; faire le travail de préservation et de surveillance pour éviter l’évolution du glissement des deux côtés. A l’avenir, ont-ils souligné, il faut faire attention aux conditions climatiques et hydrauliques du fleuve Congo.
Pour la solution définitive, selon les matériels et les matériaux disponibles, l’entreprise BCRC propose d’utiliser les pieux rigides après une analyse, en prenant en compte la vitesse d’exécution et la stabilité.
D’après cette entreprise, la fondation adoptera le pieu forage d’un diamètre de 600 mm, la distance entre les pieux de 2,0m, la longueur devant être de 15 m. Pour éviter l’érosion du sol mou entre les pieux par la charge du remblai et la pression cinétique horizontale de l’eau souterraine, la palplanche sera frappée au long par des pieux extérieurs. Le format de palplanche (600 mm x 150 mm) devra traverser la couche d’argile limoneuse.
Après les discussions entre la partie chinoise et le ministère congolais sur le rapport d’analyse du glissement du mur, ce rapport a été amendé. Oscar Otoka a rappelé les évidences qui auraient pu s’imposer avant l’accident: «Il faut inspecter annuellement nos ouvrages, surtout après la décrue. Dans un projet, il y a plusieurs acteurs: le maître d’ouvrage représenté par la délégation générale des Grands travaux, le bureau de contrôle et l’entreprise. C’est la Délégation des Grands travaux qui crée la symbiose et la synergie entre ces acteurs».
Les experts chinois, à leur tour, ont affirmé: «Lors de la prospection des études de ce projet, nous avons tenu compte du niveau d’eau avec l’inondation centennale. Mais cette fois-ci, le niveau du fleuve Congo a dépassé et cela a duré un bon moment». Ils ont reconnu aussi que dans leurs expériences, ce genre de catastrophe s’est produit au Pakistan et en Jamaïque, en 2013.

Aybienevie
N’KOUKA-KOUDISSA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 146 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 146 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

4 décembre 2020 8 h 55 min

Editorial

Système

Il n’y a pas idée plus répandue dans l’opinion que celle d’ériger en système les pratiques les plus généralement décriées dans la société. Vous parlez de corruption, de passe-droit, de détournement, d’impunité, de faible engagement à contrer les anti-valeurs, de comportements arrogants et insouciants devant le bien public ? On vous présente «le système» comme bouclier et justification à tout. C’est le système !

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (55 644)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • Economie forestière : Opter pour une gestion durable des ressources (lasemaineafricaine) (23 523)
    La République du Congo regorge de vastes étendues de forêts qui couvrent une superficie de 22,4 millions hectares soit 65% de son territoire. Les premières exploitations du bois remontent à la période précoloniale. Rosalie Matondo, ministre de l’Economie forestière dresse un bilan satisfaisant en 60 ans. Selon la ministre de l’Economie forestière, l’exploitation des forêts […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (23 441)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 2
  • 232
  • 1 888
  • 59 678
  • 2 décembre 2020
Sed ultricies libero Aenean non velit,