Sélectionner une page

COOPÉRATION : Après leur formation à Suzhou en Chine, les étudiants rentrent au bercail

COOPÉRATION : Après leur formation à Suzhou en Chine, les étudiants rentrent au bercail

Dans le cadre de la mise en œuvre de la coopération décentralisée, issue du jumelage entre les villes de Pointe-Noire et de Suzhou, près de Shangaï, trois étudiants ont bénéficié d’une formation de trois ans en Chine. Ils sont allés se former dans le domaine agropastoral, spécialement sur les nouvelles techniques du maraîchage. Ces trois étudiants sont de retour. Le 30 juin dernier, ils ont été présentés auprès de Jean-François Kando, député maire de la ville de Pointe-Noire, en présence des membres du bureau exécutif et aux administrateurs-maires de la commune de Pointe-Noire.

L’accord de partenariat stratégique entre la République du Congo et la République populaire de Chine pour Pointe-Noire a été signé en 2016 par les deux Chefs d’Etat, Xi Jinping et Denis Sassou-Nguesso, et prévoit, entre autres, une formation dans le domaine agropastoral. Les étudiants de la ville de Pointe-Noire ont été les premiers bénéficiaires de cet accord pour un cycle de trois ans, chaque fois renouvelable.
Les étudiants sont deux garçons et une fille: Samantha Sita-Dumas, Charly Monguia et Paterne Makaya, un bon exemple à suivre pour les autres étudiants et, surtout, un travail a accompli pour le maire de la ville de Pointe-Noire. Ces étudiants ont été gradués le 4 juin dernier en présence de leurs parents.
Le deuxième secrétaire du Conseil départemental et municipal de Pointe-Noire, Louis Gabriel Missatou, a remercié les autorités de la ville de Suzhou ainsi que les responsables de l’Institut agropastoral pour leur hospitalité et pour le soutien particulier qu’ils ont porté aux étudiants pendant le confinement, au premier semestre 2020.
«Comme pour dire à nos autorités, au premier chef Denis Sassou N’guesso, président de la République, pour qui l’agriculture au sens large constitue le nucléon de son projet de société «ensemble poursuivons la marche», que Pointe-Noire était déjà dans la vision, vision pour l’avenir. Car n’eut été le déclenchement inopiné de la crise sanitaire induite par la pandémie à coronavirus COVID-19, un autre groupe de jeunes étudiants de Pointe-Noire serait déjà parti vous remplacer pour bénéficier même formation», a indiqué Louis Gabriel Missatou.
Au nom des étudiants finalistes, Samantha Sita-Dumas a estimé que cette formation leur a permis de consolider leurs connaissances et d’en développer des nouvelles techniques du maraîchage. «Au terme des trois années passées en Chine pour une formation à l’Institut agropastoral de Suzhou, les sentiments qui prédominent en nous sont la reconnaissance et la joie. Reconnaissance envers notre pays en général et particulièrement au conseil départemental et municipal de Pointe-Noire, à ses dirigeants et à nos parents, sans lesquels nous n’y serions jamais arrivés. Elle nous aura, en outre, au travers d’expériences nouvelles, porté à élargir notre rapport au monde. Nous vous assurons de notre total dévouement et de notre impatience à nous investir dans la mise en application des connaissances acquises pour faire aboutir les objectifs fixés par le maire de Pointe-Noire en matière d’agropastorale, en espérant que nous saurons nous montrer dignes de l’estime et de la confiance que la collectivité porte sur nous, avec l’intime conviction que pour y arriver il n’y a d’autre solution que l’excellence».
Le député maire de la ville de Pointe-Noire a félicité les étudiants, tout en leur promettant un accompagnement afin de mettre en pratique les connaissances acquises après la formation.

Madocie Déogratias
MONGO

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 369 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 369 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

29 juillet 2021 19 h 07 min

Editorial

10 ou 40% ?

Avant, cela nous scandalisait. Puis, cela a étonné. Aujourd’hui que nous sommes blasés, on hausse les épaules et on passe à autre chose. La pratique de réclamer 10% d’un marché ou d’un service, du plus important au plus banal, s’est incrustée dans le paysage.

Lire la suite

booked.net

Nos Statistiques

  • 2
  • 2 092
  • 1 991
  • 350 650
  • 28 juillet 2021