Sélectionner une page

CONTENTIEUX : FECOFOOT contre Sébastien Migné

CONTENTIEUX : FECOFOOT contre Sébastien Migné

Pas un match, mais un feuilleton dans lequel la Fédération congolaise de football (FECOFOOT) et l’ancien sélectionneur des Diables-Rouges sont les acteurs. L’histoire remonte à il y a deux ans. Sébastien Migné ayant constaté des retards dans le versement de son salaire a interpellé son employeur à travers des correspondances par le truchement de son agent, mais sans obtenir gain de cause, selon lui.
Le courant ne passant pas non plus avec le ministère des Sports, Sébastien Migné n’a pas trouvé mieux que de démissionner. Il a ensuite quitté le pays «à l’anglaise», a-t-on commenté à l’époque. On a appris quelques mois après qu’il a décroché un autre contrat. Au Kenya. Il a ensuite conduit la sélection nationale de ce pays à la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations 2019.
Entre-temps, Sébastien Migné, n’ayant «toujours rien reçu», a porté plainte contre le Congo à la Fédération internationale de football association (FIFA) pour non respect des clauses du contrat, exigé le paiement intégral de ses émoluments et réclamé qu’on lui verse en sus «des dommages et intérêts d’un montant élevé», au goût la FECOFOOT. La Fifa a tranché le litige en sa faveur en ordonnant à la fédération du Congo de lui verser son dû. On ignore si, depuis, Migné a engagé une procédure de recouvrement devant une autre juridiction.
Le premier vice-président de la FECOFOOT, Jean-Médard Didace Moussodia, a déclaré après la séance de travail de l’instance dirigeante du football congolais avec le ministre des Sports Hugues Ngouélondélé, que la FECOFOOT a cherché à savoir les raisons pour lesquelles elle a été condamnée. Sur cette base, un recours va être fait à la décision de la FIFA et le Tribunal arbitral du sport (TAS) sera saisi. «Le Congo a raison dans ce dossier, étant donné que Migné a exercé chez au Congo et que le Gouvernement a exécuté le contrat conformément aux exigences de l’entraîneur. Malgré quelque trois mois de retard, après des lettres de sommation. Malheureusement, ayant un agenda caché, Migné est parti au Kenya pour un autre contrat, et il veut que le Congo puisse payer de l’argent», a-t-il souligné.
Le TAS donnera-t-il raison à la FECOFOOT? Une chose paraît sûre: le feuilleton n’est pas prêt de prendre fin. Et cet épisode vient rappeler qu’à courir toujours vers des experts étrangers, on oublie que ceux-ci coûtent cher.

Jean ZENGABIO

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

19 septembre 2020, 16: 33

Editorial

EN PANNE

Plus les années passent et plus le problème complexe de l’alimentation en électricité se fait toujours prégnant. Les centrales hydroélectriques du pays sont devenues plus nombreuses. Nous avons une centrale à gaz à Pointe-Noire. Et les projections laissent aussi le champ libre à la possibilité de renforcement de nos capacités en la matière, ne serait-ce qu’avec la construction, enfin, du barrage de Sounda, dans le Kouilou.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (20 409)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (8 643)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • ECONOMIE : L’année 2020 sera marquée par une forte dégradation (lasemaineafricaine) (6 315)
    Le Comité national économique et financier (CNEF) a tenu mardi 21 juillet 2020 à Brazzaville, sa deuxième session ordinaire de cette année, à la direction nationale de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC). La dernière remonte au 15 mai dernier. Les travaux ont été placés sous la présidence de Ludovic Ngatsé, ministre délégué […]

booked.net

Nos Statistiques

  • 0
  • 632
  • 16 792
  • 1 211
  • 900
  • 3
  • 9
  • 1
  • 19 septembre 2020
porta. elit. vulputate, commodo Lorem quis,