Sélectionner une page

CONSEIL PERMANENT DE L’ACERAC EN GUINEE EQUATORIALE : Présenter la question migratoire dans chaque pays de l’ACERAC

CONSEIL PERMANENT DE L’ACERAC EN GUINEE EQUATORIALE : Présenter la question migratoire dans chaque pays de l’ACERAC

Il s’est tenu à Mongomo, en Guinée-Équatoriale, du 4 au 9 février 2020, le Conseil Permanent de l’ACERAC (Association des Conférences Épiscopales de la Région d’Afrique centrale). Ont pris part à ce conseil, les présidents des conférences épiscopales de la Région ACERAC, les secrétaires généraux des conférences épiscopales et les experts (comité scientifique).

Les travaux ont été dirigés par Mgr Juan Nsue Edjang Maye, archevêque de Malabo et président en exercice de l’ACERAC, secondé par Mgr Miguel Angel Nguma, évêque d’Ebebeyim, sous la modération de l’abbé Antonio Mabiala, secrétaire général de l’ACEARC. Le Congo a été représenté par Son Exc. Daniel Mizonzo, évêque de Nkayi et président de la CEC, et l’abbé Brice Armand Ibombo, secrétaire général.

Trois points étaient inscrits à l’ordre du jour à savoir: l’organisation de la prochaine assemblée plénière, la présentation de l’instrumentum laboris, le compte rendu financier de l’ACERAC année 2018-2019 et le point sur l’hôtel de l’ACERAC.
S’agissant du premier point, il a été confirmé la tenue de la XIIe Assemblée plénière qui aura lieu à Mongomo, en Guinée-Equatoriale, du 12 au 19 juillet 2020, sous le thème: «Les jeunes et les mouvements migratoires en Afrique centrale». Sont invités à cette assemblée plénière toutes les Conférences épiscopales de la Région de l’ACERAC, les jeunes, 3 par pays, les représentants des dicastères concernés (mobilité humaine et le bureau mondial de la jeunesse), les experts et les conférenciers. À l’issue de la rencontre, Il a été retenu et approuvé le programme définitif de cette assemblée plénière qui commencera le dimanche 12 juillet par une messe pontificale dans les 5 cathédrales du pays et prendra fin le dimanche 19 juillet dans la Basilique de Mongomo.
Sur le second point, les experts, membres du comité scientifique composé du professeur Jean-Pierre Messina, professeur Stève Gaston Bobongaud et le docteur Charles Mounkala, tous enseignants à l’UCAC (Université catholique d’Afrique centrale), ont présenté aux Évêques l’instrumentum laboris, c’est-à-à-dire le document de travail, sur lequel seront centrés les travaux de l’Assemblée plénière. Les experts après avoir revu le travail fait en amont par les secrétaires généraux ont soumis à l’assemblée le document définitif, approuvé par les Évêques. Ce document a été soumis à chaque conférence épiscopale pour bien se préparer à la prochaine assemblée plénière, avec pour mission d’étudier puis présenter la question migratoire dans chaque pays de l’ACERAC.
Le troisième point concernait le compte rendu financier du secrétariat de l’ACERAC, exercice 2019. En effet, d’après les statuts, le secrétariat général a la mission de faire le point de sa gestion financière. Ce qui a été fait. En substance, par rapport au budget prévisionnel, il y a eu déficit, car les dépenses ont largement dépassé les entrées ou le budget de financement. L’abbé Maurice Edoula, gestionnaire de l’ACERAC, a rappelé aussi les dettes de chaque conférence épiscopale et a présenté aux Évêques le devis prévisionnel de cette année 2020.
Le quatrième point concernait la présentation des actes de la XIe Assemblée plénière de Yaoundé 2017. Mgr Abraham Komé, évêque de Bafia, président de la Conférence épiscopale du Cameroun, en absence de Mgr Samuel Kleda, a eu la mission de présenter ces actes. C’est le professeur Jean-Pierre Messina, responsable du secrétariat scientifique de ladite assemblée qui a eu le privilège de présenter ces actes aux Évêques. Au finish, quelques exemplaires ont été remis à chaque conférence épiscopale.
Au dernier point, l’abbé Antonio Mabiala, en absence de Mgr Bienvenu Manamika, président du Conseil d’administration, a fait état de la gestion de l’hôtel Saint François de Paule de l’ACERAC de Brazzaville (hôtel de l’ACERAC).
À la fin des travaux, les participants au Conseil Permanent ont visité les lieux qui vont accueillir la prochaine Assemblée Plénière et quelques centres touristiques dans la région de Mongomo comme: la nouvelle ville et l’hôtel de Dibloho, l’université internationale des sciences de la communication, le nouvel aéroport de Ebinayem. Le conseil permanent a pris fin le dimanche 9 février par une messe d’action de grâce dans la Basilique de Mongomo, messe présidée par Mgr Juan Domingo Beka, évêque de Mongomo. L’évêque du lieu a invité les fidèles de son diocèse à bien se préparer pour accueillir les nombreuses délégations qui viendront de tous les horizons mais plus particulièrement de la région de l’Afrique centrale, en juillet prochain. Après cette messe, suivie d’autres moments de convivialité, les participants au conseil permanent se sont séparés et se sont donné rendez-vous en juillet pour la XIIe Assemblée plénière de Mongomo 2020.

Abbé Brice Armand IBOMBO
SG/CEC

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 147 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 147 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

4 décembre 2020 9 h 09 min

Editorial

Système

Il n’y a pas idée plus répandue dans l’opinion que celle d’ériger en système les pratiques les plus généralement décriées dans la société. Vous parlez de corruption, de passe-droit, de détournement, d’impunité, de faible engagement à contrer les anti-valeurs, de comportements arrogants et insouciants devant le bien public ? On vous présente «le système» comme bouclier et justification à tout. C’est le système !

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (55 655)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • Economie forestière : Opter pour une gestion durable des ressources (lasemaineafricaine) (23 531)
    La République du Congo regorge de vastes étendues de forêts qui couvrent une superficie de 22,4 millions hectares soit 65% de son territoire. Les premières exploitations du bois remontent à la période précoloniale. Rosalie Matondo, ministre de l’Economie forestière dresse un bilan satisfaisant en 60 ans. Selon la ministre de l’Economie forestière, l’exploitation des forêts […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (23 444)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 6
  • 249
  • 1 888
  • 59 695
  • 2 décembre 2020
lectus Aliquam risus. tempus ut dictum ipsum nunc quis tristique fringilla Praesent