Sélectionner une page

CONGO : Denis Sassou-Nguesso a prêté serment en présence de dix-neuf Chefs d’Etat africains

CONGO : Denis Sassou-Nguesso a prêté serment en présence de dix-neuf Chefs d’Etat africains

Proclamé vainqueur de la présidentielle du 21 mars 2021 avec 88,40% des suffrages exprimées, Denis Sassou-Nguesso, 78 ans, a été investi vendredi 16 avril, pour un nouveau mandat de 5 ans à la tête du Congo, au cours d’une audience publique et solennelle de prestation de serment du Président de la République de la Cour constitutionnelle, présidée par Auguste Iloki, son président.

Les chefs d’Etat présents dans la salle

Ils étaient dix-neuf Chefs d’Etat africains à faire le déplacement de Brazzaville pour cette cérémonie d’investiture: Idris Déby Itno (Tchad), Alassane Dramane Ouattara (Côte d’Ivoire), Macky Sall (Sénégal), Félix Antoine Tshisekedi (RDC), Georges Weah (Libéria), Rock Marc Christian Kaboré (Burkina-Faso), Teodoro Obiang Nguema Mbasogo (Guinée Equatoriale), Alpha Condé (Guinée Conakry), Mohamed Bazoum (Niger), Faustin Archange Touadera (RCA), Umaru Sissoco Embalo (Guinée Bissau), Faure Gnassingbé (Togo), Nana Akufo Addo (Ghana), Mohamed Ould El-Ghazaouani (Mauritanie), Evariste Ndayishimiyé (Burundi), Joao Lourenço (Angola), Bah Ndaw (Mali), Hage Geingob (Namibie), Sahle-Work Zewde (Ethiopie).
L’Algérie, le Cameroun, le Gabon, le Rwanda se sont fait représenter par leurs premiers ministres. Tandis que la Gambie, le Nigéria, le Kenya, les Comores et la France, par des ministres. Le Soudan par l’un des membres du Conseil souverain.
La secrétaire générale de l’OIF, Louise Mushikiwabo, était aussi présente, tout comme le gouverneur de la BEAC, les présidents de la BDEAC et de la BAD; les présidents des Commissions de l’Union africaine et de la CEMAC, le secrétaire général de la CIRGL et le représentant spécial du secrétaire général des Nations-Unies pour l’Afrique centrale.

Vue de la parade militaire

L’Afrique du Sud et l’Ouganda se sont fait représenter par leurs ambassadeurs accrédités au Congo. L’ancien président du Bénin, Thomas Boni Yayi, et l’ex star camerounaise du football, Samuel Eto‘o, étaient également venus à la cérémonie.
Le président de la Cour constitutionnelle a demandé au greffier, Emmanuel Poupet, de donner lecture de la décision sur les recours aux fins d’annulation et du report de l’élection présidentielle et portant proclamation des résultats définitifs.
Auguste Iloki a invité le président élu à prêter le serment prévu à l’article 77 de la Constitution du 25 octobre 2015. La main droite levée, tendue et ouverte, Denis Sassou-Nguesso a juré de respecter et de faire respecter la Constitution et de défendre la Nation et la forme républicaine de l’Etat; de remplir loyalement les hautes fonctions que la Nation et le peuple lui ont confiées; de garantir la paix et la justice à tous; de préserver l’unité nationale et l’intégrité du territoire national, la souveraineté et l’indépendance nationales.
Après quoi, le président de la Cour constitutionnelle a pris acte de ce serment et déclaré Denis Sassou-Nguesso installé dans ses fonctions de Président de la République.
Dans son discours, Auguste Iloki a marqué la satisfaction de son Institution d’avoir assuré, selon lui, «sans ambages les attributions constitutions de veiller à la régularité de l’élection présidentielle».
En effet, la Cour constitutionnelle avait déployé à travers les douze départements que compte le pays, ses propres observateurs.
Sur les contentieux nés de l’élection présidentielle, il a fait savoir que la Constitution et la loi organique renseignent que la Cour constitutionnelle ne saurait être ramenée au niveau du juge de la fiction ou d’humeur et des désidératas souvent formulés sous le prisme réducteur et déformant du repli sur soi.
La Cour constitutionnelle, a-t-il dit, «décide sur la base des faits concrets établis par des preuves irréfutables en fonctions des prévisions constitutionnelles ou légales».
A noter que trois opposants avaient déposé des recours aux fins d’annulation et du report du scrutin qui ont tous été rejetés. Le principal adversaire, Guy Brice Parfait Kolélas, est décédé de la COVID-19 le lendemain du scrutin sur son chemin d’évacuation sanitaire en France. Son inhumation provisoire tarde toujours.

Le Président de la République entouré des membres de la Cour constitutiionnelle

Auguste Iloki a rappelé les défis qui attendent le Président de la République. Il s’agit de l’ordre sanitaire, économique et social. «Vous avez vu et entendu au moment de la campagne électorale, les Congolais dans toute leur diversité. Ils vous ont exprimé leurs voix, leurs angoisses et leurs attentes. Les Congolais viennent de jouer leur partition. Ils attendent de vous, une part de réciprocité à la hauteur des suffrages exprimés en votre faveur. Le tout économie en vue du tout social reste encore d’une impérissable et pertinente actualité dans le cadre d’une réponse globale à leurs doléances», a-t-il déclaré.
Sur le fond de cette relation contractuelle, «vos compatriotes sont en train d’attende tout de votre expérience tant des hommes que des affaires. La Cour constitutionnelle espère que tout sera mis en œuvre pour que votre mandat s’exécute au plus grand bonheur de tous les Congolais», a-t-il conclu.
Après la lecture du procès-verbal constatant la prestation de serment du Président de la République, par le greffier de la Cour constitutionnelle, Denis Sassou-Nguesso a prononcé son discours d’investiture. Une parade militaire ponctuée par 21 coups de canon, a été exécutée sur l’esplanade du Palais des congrès.

Cyr Armel
YABBAT-NGO

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 322 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 322 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

17 mai 2021 9 h 59 min

Editorial

Nouveau

Les Congolais ont glosé sur le temps anormalement long depuis la prestation de serment du Président de la République. Sa victoire à l’élection du 21 mars a donné l’impression de choses rondement menées. Une campagne tambour battant, une élection paisible pour une affluence qui peine à convaincre, et un dépouillement rapide dans un pays où Internet avait été coupé…

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (183 895)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (97 156)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • Economie : Améliorer l’efficacité du système financier par la médiation (lasemaineafricaine) (69 678)
    Le secrétariat général du Comité national économique et financier (CNEF) du Congo a organisé mercredi 25 novembre dernier à Brazzaville, un séminaire sur la médiation financière. Les travaux ont été placés sous la présidence de Michel Dzombala, directeur national de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), secrétaire général du CNEF. Ce séminaire, qui […]

booked.net

Canal Plus Afrique

Nos Statistiques

  • 25
  • 4 044
  • 13 289
  • 424 745
  • 16 mai 2021