Sélectionner une page

CONFLIT ARME AU TIGRE : L’Ethiopie accorde un accès humanitaire «illimité» à l’ONU

CONFLIT ARME AU TIGRE : L’Ethiopie accorde un accès humanitaire «illimité» à l’ONU

Un accès humanitaire «sans restriction» à la région septentrionale du Tigré, a été accordé aux Nations unies par le Gouvernement éthiopien, à l’issue de quatre semaines de conflit armé et de demandes répétées pour y acheminer de l’aide. Un accord signé par l’ONU et le ministre éthiopien de la Paix accorde «un accès sans restriction, continu et sécurisé du personnel et des services humanitaires aux populations vulnérables dans les régions gérées par le Gouvernement au Tigré et dans les zones frontalières des régions Amhara et Afar voisines. Il permettrait aux Nations unies et à leurs partenaires humanitaires de distribuer de l’aide partout où des gens en ont besoin. De premières évaluations des besoins sur place commenceront dès que les équipes de sécurité donneront le feu vert aux équipes de l’ONU.
Depuis le 4 novembre, le Tigré est privé de tout approvisionnement. Lorsque le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a envoyé l’armée fédérale à l’assaut des forces du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), qui dirigeait la région et défiait son autorité depuis des mois. L’ONU avait déjà mis en garde depuis des semaines contre une possible catastrophe au Tigré, quasiment coupé du monde depuis, en raison d’un blackout sur les communications et des restrictions d’accès.
Selon le Bureau onusien de coordination humanitaire (OCHA), avant le conflit, environ 600.000 personnes dont 96.000 réfugiés érythréens vivant dans quatre camps dépendaient totalement de l’aide alimentaire pour se nourrir au Tigré, et un million d’autres bénéficiaient d’un «filet de sécurité» alimentaire.
L’ONU avait réclamé mardi un «accès urgent» au Tigré, la région ayant «désespérément besoin» d’aide humanitaire. Le Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) avait fait part de son inquiétude pour les camps de réfugiés érythréens au Tigré probablement «désormais à court» de nourriture. Les quatre semaines de combats ont déplacé un nombre indéterminé d’hommes, de femmes et d’enfants à l’intérieur du Tigré, qui ont désespérément besoin d’aide humanitaire en dehors de quelque 45.000 personnes qui ont fui au Soudan voisin, a fait savoir l’Organisation internationale des migrations (OIM).
D’après le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), dans le principal hôpital de la capitale régionale, Mekele, débordé par l’afflux de blessés, les stocks de médicaments de base et consommables médicaux sont «dangereusement bas». Aucun bilan précis des combats n’est disponible, notamment des victimes civiles.
Les réseaux de téléphonie mobile et internet ont été partiellement rétablis ces derniers jours dans plusieurs localités du Tigré, mais le territoire de la minorité tigréenne représentant moins de 6% des 110 millions d’Ethiopiens fait toujours face à de nombreuses pénuries.

Alain-Patrick MASSAMBA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 242 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 242 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

16 janvier 2021 22 h 22 min

Editorial

Quand commencent les guerres

C’est une lapalissade : tous les événements de notre pays ont, comme tous les faits sociaux, un début et une fin. Mais ils ont surtout une cause et des acteurs. La cause peut être bonne, les acteurs mauvais. La cause peut avoir une finalité noble, mais son déroulé se faire dans la douleur. Au bout de tout, il y a le ressenti de ce qui devait être, de ce qui aurait dû être.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (90 959)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (37 992)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (27 031)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 2
  • 4 505
  • 2 853
  • 80 675
  • 16 janvier 2021
elit. risus at mattis fringilla Curabitur id,