Sélectionner une page

Clôture de la 51e Semaine de prière universelle pour l’unité des chrétiens : Le Conseil œcuménique encourage le Gouvernement à accorder la priorité aux personnes qui vivent dans la précarité

Clôture de la 51e Semaine de prière universelle pour l’unité des chrétiens : Le Conseil œcuménique encourage le Gouvernement à accorder la priorité aux  personnes qui vivent dans la précarité

Pendant une semaine, les fidèles chrétiens des Eglises catholique, salutiste, protestante, évangélique luthérienne et orthodoxe, membres du Conseil œcuménique des Eglises chrétiennes du Congo, regroupés dans 34 secteurs que comptent la ville de Brazzaville et sa périphérie ont célébré des cultes en communs du 18 au 22 janvier 2021 pour prier pour la paix au Congo et pour l’éradication de la pandémie à Coronavirus dans le pays.

En raison du contexte particulier créé par la crise sanitaire de la COVID-19 et en respectant les mesures barrières édictées par les pouvoirs publics, notamment la distanciation sociale, le port obligatoire du masque, l’interdiction des rassemblements de plus de cinquante personnes; le culte de clôture de la 51e Semaine de prière universelle pour l’unité des chrétiens a été célébré en format réduit le samedi 23 janvier 2021 en la Basilique Sainte Anne de Potopoto. Cette année, la Semaine de prière a eu pour thème: «Demeurez dans mon amour et vous porterez du fruit en abondance» (Jn 15, 1-17).
A l’issue de ce culte présidé par Mgr Anatole Milandou, archevêque métropolitain de Brazzaville, le Conseil œcuménique des Eglises chrétiennes du Congo a livré un message de paix au peuple de Dieu et aux hommes de bonne volonté. «La Semaine de prière universelle pour l’unité des chrétiens qui coïncide avec la clôture de l’année jubilaire et le 51e anniversaire du Conseil œcuménique congolais marque, de façon éloquente, notre élan de solidarité, d’unité et de fidélité dans le Seigneur Jésus-Christ. Demeurez dans son amour fait grandir le désir de rechercher l’unité et la réconciliation avec les autres et nous ouvre à ceux et celles qui sont différents de nous: un fruit qui nous est donné pour guérir les divisions qui sont en nous, entre nous dans le monde», a dit Mgr Anatole Milandou.
Il a rappelé les actions du Conseil œcuménique dans la lutte contre la COVID-19. «La crise sanitaire marquée par le Coronavirus, une pandémie mortifère qui fait de nombreuses victimes à travers le monde, constitue une grave menace pour notre pays. C’est ainsi que pour accompagner les efforts du Gouvernement dans la lutte contre le Coronavirus, un culte de riposte spirituelle de grande envergure avait été organisé par les confessions religieuses du Congo le 14 mai 2020 au Palais des congrès, en présence du Premier ministre et de quelques membres du Gouvernement. Pour faire feu de tout bois afin de lutter contre cet ennemi invisible qui ne cesse de faire des victimes, les confessions religieuses du Congo ont procédé le 26 mai 2020, à l’abondement au Fonds national de solidarité, en réponse à l’appel du chef de l’Etat», a-t-il indiqué.
Le président en exercice du Conseil œcuménique des Eglises chrétiennes du Congo a rappelé aux fidèles que l’éloignement physique ne signifie pas l’isolement spirituel. Les organisations œcuméniques mondiales exhortent les Eglises du monde entier à recevoir leur rôle dans la société en prenant soin des pauvres, des malades, des marginaux et des personnes âgées qui sont les plus exposés aux risques liés à la COVID-19. «Le caractère particulier de cette Semaine œcuménique est imposé par la pandémie à Coronavirus qui nous exige un comportement particulier. La nouvelle pandémie à Coronavirus a atteint toutes les régions de notre planète. La peur et la panique, la douleur et la souffrance, le doute et la désinformation sont présents, tant en ce qui concerne le virus que sur notre réponse en tant que chrétiens. Le contexte de la crise sanitaire que le monde traverse ne doit pas nous faire perdre confiance en Dieu, car Dieu est au contrôle de tout dans le monde. Et, de toute la force de la foi, il nous paraît légitime de reconnaître que Dieu est notre stabilité dans un monde extrêmement mouvant», a fait savoir Mgr Anatole Milandou.
Avant de préciser qu’au milieu de cette grave crise sanitaire, des prières ont été élevées vers le Seigneur pour les dirigeants et le Gouvernement de notre pays, en les encourageant à accorder la priorité à ceux qui vivent dans la précarité, aux personnes marginalisées et aux réfugiés qui vivent au milieu de nous.
Mgr Anatole Milandou a porté un regard rétrospectif sur l’actualité nationale, tenant compte du sens profond du thème de cette Semaine de prière universelle pour l’unité des chrétiens. «Le thème de cette année nous exhorte à compatir avec les populations de la partie Nord du pays touchée par les inondations dans la zone de Makotipoko, qui ont laissé bon nombre de familles sans abri et sans moyen de subsistance. Le Conseil œcuménique des Eglises chrétiennes du Congo exprime sa profonde compassion à l’endroit des victimes de ces inondations et invite à un élan de solidarité de la communauté congolaise et internationale». Il a aussi interpellé la conscience du peuple congolais sur les échéances présidentielles de mars prochain. «A l’orée des échéances électorales dans notre pays, le Conseil œcuménique des Eglises chrétiennes du Congo invite les instances politiques, administratives, militaires et tous les chrétiens, aux élections présidentielles apaisées et ceci, dans le but de préserver le climat, de cohésion nationale, de fraternité et d’unité acquis au prix de plusieurs efforts».
A signaler que la clôture de cette 51e Semaine de prière universelle pour l’unité des chrétiens s’est déroulée en présence de Mgr Anatole Milandou, archevêque métropolitain de Brazzaville et président en exercice du Conseil œcuménique des Eglises chrétiennes du Congo (COECC); du pasteur Juste Gonard Alain Bakoua, président de l’Eglise évangélique du Congo et premier vice-président du COECC; du colonel Eugène Bamanabio, chef de territoire de l’Armée du Salut au Congo et deuxième vice-président du COECC; du pasteur Albert Koutia, président de l’Eglise évangélique luthérienne du Congo et troisième vice-président du COECC et du père Maxime, représentant l’Eglise orthodoxe.

Pascal BIOZI KIMINOU

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 375 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 375 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

2 août 2021 23 h 14 min

Editorial

A notre santé !

Il y a un contraste sidérant à constater, avec l’homme de la rue, que «les deux industries les plus dynamiques du pays» sont la bière et la morgue. Chaque jour que Dieu fait, nous nous donnons en spectacle attablés aux bistrots, seuls ou avec des amis, hommes ou femmes, devant un alignement de bouteilles ou de cannettes bien moussantes dès 9h du matin. C’est d’ailleurs le meilleur indicateur pour savoir si les salaires ont été virés dans les banques.

Lire la suite

booked.net

Nos Statistiques

  • 0
  • 2 601
  • 2 207
  • 308 020
  • 1 août 2021