Sélectionner une page

CHU, toujours

La grève dont les syndicats du CHU nous menaçaient n’a pas eu lieu lundi. Je ne pense pas qu’il y ait un seul Congolais sensé qui regrette qu’elle n’ait pas été organisée. C’est au contraire dans l’appréhension qu’une chose aussi monstrueuse se tienne que nous restions tous suspendus à l’évolution des négociations entre la direction canadienne du CHU et l’Intersyndicale. Certes, une grève en milieu hospitalier n’est pas une chose inédite. Il nous est même arrivé de subir des grèves à la morgue municipale. Donc, de ce point de vue, ce n’est pas l’étonnement mais l’indignation qui nous aurait saisie si la grève avait été conduite comme programmé. J’en parle au passé et au conditionnel, mais les négociations se poursuivant au moment où ces lignes sont écrites, nous ne sommes pas à l’abri des surprises.
Ce qui nous permet de dire que le plus grand hôpital du pays, souffrant de tant de médisances et de dépréciations, ne doit pas ajouter à ce fardeau. Entre ceux pour qui cet établissement est un mouroir, et ceux pour qui il serait le centre de tous les trafics, ce n’est pas une grève qui aurait ajouté de la confiance à nos inquiétudes. L’intersyndicale veut défendre un de ses cadres «abusivement licencié», c’est son droit.
Mais tout se passe comme si nous autres, Congolais lambda condamnés à aller jouer à la roulette russe dans cet établissement décrié, ne comptions pour rien dans tout cela. Ni valse des directeurs, ni audits, ni dénonciations des prévarications ou des légèretés ne semblent s’assurer de notre existence. Nous ne sommes pas pris en compte, même quand on nous assure que c’est pour mieux nous soigner qu’on insulte les nouveaux directeurs et qu’on réclame une «congolisation» des postes de responsabilité.
Nous sommes spectateurs d’une situation qui ne nous laisse aucune prise à l’influence et au changement. Nous sommes pris en tenailles entre deux parties qui toutes disent qu’elles agissent pour nous. Sauf que chaque jour, le chariot des morts ne semble pas ralentir. Et ce n’est pas, pas toujours, pour cause de COVID-19!

Albert S. MIANZOUKOUTA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 79 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 79 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

30 octobre 2020 21 h 05 min

Editorial

LE CHU, UN VAUDEVILLE !

Il y a littéralement du vaudeville dans ce qui se passe de jour en jour au CHU. Notre plus grand hôpital est présenté comme le miroir de ce que nous pouvons faire de mieux au service de la santé au Congo depuis Brazzaville. Malheureusement il est aussi, résolument, le condensé de nos médiocrités les plus absurdes. Ou peut-être la préfiguration du Congo qui sera. Musèlements, insultes, décisions prises un lundi et contredites le mardi, personnel pérorant au nom d’un meilleur service mais donnant l’impression de vouloir n’en faire qu’à sa tête.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (30 259)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (15 203)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (12 783)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Commentaires récents

    booked.net

    Nos Statistiques

    • 2
    • 993
    • 45 230
    • 5 539
    • 1 225
    • 4
    • 11
    • 1
    • 25 octobre 2020
    Phasellus vulputate, consequat. sem, libero. diam adipiscing