Sélectionner une page

CHU : Améliorer, optimiser la qualité de la prise en charge des patients

CHU : Améliorer, optimiser la qualité de la prise en charge des patients

Les chefs de services du Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville (CHU-B) se sont réunis le 1er septembre 2020, dans un atelier de travail pour faire l’état des lieux du service des consultations externes et les urgences, et optimiser les consultations médicales. Ils étaient assistés par l’expertise de l’unité de santé internationale du Centre hospitalier de l’université de Montréal au Canada. C’est Jacqueline Lydia Mikolo, ministre de la Santé, de la population qui a patronné la cérémonie d’ouverture en présence de Ulrich Judicaël Biez, directeur général adjoint du CHU-B. Au cours de cet atelier, la ministre de la Santé a annoncé le départ de M Sylvain Villiard, directeur général du CHU-B qui a effectué «un travail rude», pénible et entaché d’incompréhensions.
Parmi les principales problématiques entravant l’organisation et le fonctionnement du service des consultations externes et les services d’urgence, on peut noter: le manque de professionnalisme du personnel, les difficultés rencontrées par le secrétariat médical pour la gestion de l’agenda des médecins, le manque de communication sur la liste des rendez-vous entre secrétariat médical et secrétariat de la consultation externe, les reports répétés des rendez-vous, de longs délais pour obtenir un rendez-vous dans certains services. S’agissant de l’accueil et orientation des usagers, on constate un circuit patient non défini entre l’entrée du CHU, des consultations externes et la caisse, un manque de signalisation pour faciliter l’orientation, l’attente prolongée dans plusieurs services, les retards répétés du personnel administratif et paramédical, le manque d’empathie de certains membres du personnel paramédical et administratif.
Concernant la consultation, la majorité des patients sont insatisfaits des soins reçus et sont frustrés. On cite le manque de procédure claire et d’entente entre le directeur général et les médecins pour la réalisation de la consultation libérale et les consultations spécialisées, le mauvais état du mobilier et le manque de propreté des locaux et des espaces d’attente et de circulation.
Au niveau des suivis médicals et réalisations des examens paracliniques, les dysfonctionnements sont marqués au service de pharmacie, d’imagerie médicale et des laboratoires, (la majorité des examens sont orientés vers le secteur privé), la perte financière importante pour le CHU, etc.
Les résultats attendus pendant cet atelier sont entre autres: renforcer le pilotage managériale de la consultation externe, professionnaliser l’accueil des patients et de la clientèle, optimiser la gestion des rendez-vous et l’accès à la consultation externe, améliorer la qualité de l’offre de soins; augmenter d’au moins de 50% le nombre de consultation médicale, réaliser la consultation libérale selon les modalités validées par le directeur général, mettre en place la politique de rémunération incitative, etc.
«C’est ici le début de toute une série d’ateliers et de séminaires que la direction générale du CHU-B et l’unité des santés internationales du CHU de Montréal avec qui le Gouvernement de la République du Congo a signé un accord pour appuyer la gestion du CHU-B. Nous avons pensé commencer par les consultations externes et le service des urgences qui constituent les deux endroits par lesquels les malades arrivent dans notre établissement. Depuis quelques semaines, nous avons entamé les travaux au niveau des consultations externes et nous réhabilitons les services d’urgences», a indiqué le directeur général adjoint du CHU-B.
Pour la ministre Jacqueline Lydia Mikolo, le résultat attendu en termes d’impact d’ici à 2025, est que: «les malades et les femmes enceintes bénéficient des soins tertiaires de qualité; les apprenants en sciences de la santé bénéficient des apprentissages hospitaliers optimisés; et les travaux de recherche répondent aux problèmes de santé du Congo», a-t-elle fait savoir. La ministre de la Santé est consciente des attentes des chefs de services et de leurs certaines impatiences: le recensement physique des agents, la sécurisation des ressources financières, l’assainissement des pratiques managériales et administratives, et le renouvellement du plateau technique et la réhabilitation des unités de soins. Elle a marqué sa reconnaissance à M Sylvain Villiard pour le travail abattu et pour avoir débroussaillé, dessouché, déchiffré, sarclé le terrain sur lequel il revient aux cadres et agents de semer les graines de la nouvelle gouvernance du CHU-B.

Aybienevie N’KOUKA-KOUDISSA

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

25 septembre 2020, 04: 15

Editorial

MUTATIONS?

Ni les quatre ans passés depuis les dernières élections, ni la période de confinement que nous venons de subir ne semblent avoir prise sur nous. Oui, nous nous plaignons bien des gênes occasionnées par les masques contre la COVID-19, dénonçons l’inutilité du couvre-feu nocturne, donnant à voir l’impossibilité à maintenir une distanciation dans les marchés, les guichets et les quartiers. Mais dans la réalité, l’impact profond que nous étions en droit d’attendre d’un tel chambardement du monde a du mal à se dessiner.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (22 038)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (9 829)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (6 914)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

booked.net

Nos Statistiques

  • 0
  • 36
  • 22 094
  • 1 795
  • 938
  • 3
  • 10
  • 1
  • 23 septembre 2020
sit libero Sed libero. eget facilisis diam porta.