Sélectionner une page

CENTRAFRIQUE : Médecins sans frontières alerte sur l’expulsion des déplacés à Bambari

CENTRAFRIQUE : Médecins sans frontières alerte sur l’expulsion des déplacés  à Bambari

Au moins 8500 déplacés ont dû fuir le camp de réfugiés de Bambari dans le centre du pays. Selon l’ONG Médecins sans frontières (MSF), leur situation reste très précaire. Présente sur place, MSF s’alarme d’une «expulsion forcée» suivie d’un incendie du camp Elevage qui les abritait, il y a quelques semaines. Plusieurs organisations internationales interviennent pour palier l’urgence humanitaire. Les circonstances ayant provoqué cette fuite demeurent non élucidées.

Médecins sans frontières estime qu’il s’agit d’une expulsion forcée et non d’un départ volontaire comme l’ont fait savoir les autorités locales. L’incident s’est produit après une attaque rebelle sur un poste des Forces armées centrafricaines (FACA). Les soldats sont rentrés dans le camp, affirme Rhian Gastineau, cheffe de mission MSF Hollande en Centrafrique: «C’était une action forcée et pour contraindre les gens qui habitent dans le camp. C’est très grave parce qu’ils n’ont pas d’endroit pour eux».
Majoritairement peuplé de peuls musulmans déplacés lors de la crise de 2013, le camp a été réduit en cendre; l’origine des incendies reste à déterminer. Les témoins décrivent un champ de ruines. Certaines sources présentent des centaines de personnes marchant avec les bagages. D’aucuns ont trouvé refuge à la mosquée de Bambari et dorment à même le sol, dans des conditions particulièrement précaires. «On a besoin d’agir très vite car en ce moment, c’est la saison des pluies», a fait savoir la cheffe de missions MSF en Centrafrique. En persistant que «la grande priorité pour l’instant, c’est d’avoir des abris, des moustiquaires supplémentaires, de la nourriture, de l’eau potable et de mettre en place des latrines».
Entre autres structures, le poste de santé géré par MSF a été détruit par l’incendie du camp. Dans un précédent rapport l’ONG s’inquiétait aussi de voir les structures sanitaires de plus en plus régulièrement prises pour cibles.

Gaule D’AMBERT

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 369 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 369 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

29 juillet 2021 18 h 35 min

Editorial

10 ou 40% ?

Avant, cela nous scandalisait. Puis, cela a étonné. Aujourd’hui que nous sommes blasés, on hausse les épaules et on passe à autre chose. La pratique de réclamer 10% d’un marché ou d’un service, du plus important au plus banal, s’est incrustée dans le paysage.

Lire la suite

booked.net

Nos Statistiques

  • 2
  • 2 056
  • 1 991
  • 350 614
  • 28 juillet 2021