Sélectionner une page

Cathédrale Sacré-Cœur de Brazzaville : Présentation-dédicace du livre de Gracias Martial Samba

Cathédrale Sacré-Cœur de Brazzaville : Présentation-dédicace du livre de Gracias Martial Samba

La salle polyvalente de la cathédrale Sacré-Cœur de Brazzaville a vibré de manière particulière à l’occasion de la cérémonie de présentation et dédicace du livre intitulé: «Ecologie et santé humaine» sous-titré: «Plaidoyer pour un mieux vivre ensemble» de l’abbé Martial Gracias Samba, prêtre de l’archidiocèse de Brazzaville, directeur spirituel au Moyen Séminaire Saint Jean de Kinsoundi-Brazzaville. C’était vendredi 4 décembre 2020.

Une vue des participants (avec au 1er plan), Mme Arlette Soudan Nonault

Une vue des participants (avec au 1er plan), Mme Arlette Soudan Nonault

Au présidium de la cérémonie, l’auteur a été entouré de l’abbé Christophe Maboungou, modérateur, Aubin Banzouzi, séminariste et préfacier de l’ouvrage, et de l’abbé Jean Gilbert Mavoungou, professeur au Grand séminaire et présentateur du livre.
Rehaussée de la présence de Mme Arlette Soudan Nonault, ministre du Tourisme et de l’Environnement, la cérémonie a connu la participation de plusieurs personnalités dont des prêtres, des hommes de culture, des fidèles laïcs et des religieuses de diverses congrégations.
La cérémonie a débuté par la projection d‘un court métrage sur les sujets d’ordre environnemental qui a mis en exergue l’acuité et l’importance des questions qui touchent l’environnement et le rapport de l’homme avec son milieu de vie.
Après l’introduction du modérateur, le préfacier a présenté l’auteur et a lu la préface dans laquelle il affirme: «Gracias Martial Samba, se souciant du mieux-être intégral de ses contemporains, s’intéresse par cette étude à la question écologique, notamment l’évaluation de l’impact de l’activité humaine sur l’environnement, et par conséquent l’influence de l’environnement sur la santé humaine. Sa réflexion aidera à comprendre avec plus d’objectivité les causes essentielles de la dégradation de la nature. Dans cette quête, l’inculpé c’est l’homme (la femme y comprise). Cependant, sa vision n’est pas seulement alarmiste de façon béate et défaitiste. Il croit surtout en la capacité de l’homme d’atténuer les dégâts écologiques dont il est la cause principale, et essaye de suggérer des démarches à la mesure du réalisable en comptant – éventuellement – sur la mobilisation de toutes les bonnes volontés, aux niveaux individuel et communautaire.»
Présentant l’ouvrage, l’abbé Jean Gilbert Mavoungou a affirmé avec assurance: «En tout cas, avec «Ecologie et Santé humaine. Plaidoyer pour un mieux vivre ensemble» qui met en évidence les causes essentielles de la dégradation gravement grandissante de notre univers, c’est le problème de l’environnement en lien avec notre santé et celle de l’écosystème qui est posé dans toute son ampleur, par l’auteur. La vérité crue mise en relief et la pertinence de l’actualité périlleuse qui criblent le décor de chaque page n’ont d’égal que le vécu des hommes et des sociétés modernes que nous connaissons bien pourtant, mais pour lequel nous manquons ce courage soit de reconnaître, soit de clamer sur la face du monde: nous sommes en passe de détruire l’univers commun à tous, que le Pape François s’est convenu d’appeler «Notre Maison commune» dans Laudato Si’, si nous n’y prenons garde ni n’en prenons conscience. Cependant sans verser dans un fatalisme surdimensionné ni incurable, l’auteur entretient un optimisme qui postule sa foi en la capacité réparatrice de l’homme, quant à limiter les dégâts. Comme le stipule un proverbe sénégalais: «Le remède de l’homme, c’est l’homme», pour insinuer qu’il n’y a que l’homme pour reconstruire ce que l’homme a détruit.»
«Lorsque j’ai reçu l’invitation de l’abbé Gracias Martial Samba, étant le membre du Gouvernent en charge des questions environnementales, je n’ai donc pas hésité à y répondre positivement», a affirmé Mme Arlette Soudan Nonault dès l’entame de sa longue et pertinente intervention dans laquelle elle a présenté avec minutie l’action et la politique du Gouvernement sur les questions environnementales, tout en saluant la courageuse initiative de l’auteur. Aussi, Mme Arlette Soudant Nonault a abordé les mérites et les faiblesses de l’œuvre de l’auteur, et a promis de le soutenir.
S’exprimant à son tour, l’auteur a abordé la genèse de l’inspiration l’ayant conduit à rédiger le présent ouvrage. Aussi, il a signifié qu’il y a longtemps que cette idée d’écrire un livre sur les problèmes de l’environnement fourmillait dans sa tête. Et le Pape François en publiant l’encyclique Laudato Si’ est venu tout simplement dire tout haut ce que lui pensait déjà en silence. De même, il a souligné l’impact du comportement de l’homme sur la nature et sur sa propre santé, l’un des points clés de l’ouvrage.
Dans la phase Echange-Débats, il a été proposé d’inscrire ce thème de «L’action de l’homme sur l’environnement et l’impact sur sa santé» dans les programmes scolaires, afin que les enfants y soient sensibilisés dès le bas âge. Par ailleurs, le préfacier en sa qualité de séminariste du diocèse de Kinkala a fait mention dans son ultime intervention, de la manière dont le diocèse auquel il appartient vit et organise la journée du 6 mars, décrétée Journée nationale de l’arbre. Cela dans le cadre du Mieux-Vivre ensemble. A cette occasion, sous l’égide de la Direction diocésaine de l’Ecole catholique, les parents d’élèves de l’Ecole catholique, et les enseignants se mettent à planter chacun arbre.
Au terme de la cérémonie, l’auteur a apposé son autographe sur les livres qui lui ont été soumis.
-Gislain Wilfrid BOUMBA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 279 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 279 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

28 février 2021 20 h 18 min

Editorial

Ils seront 7 !

Ainsi donc, comme les mousquetaires d’Alexandre Dumas, ils seront sept ! Ils seront sept candidats pour la présidentielle du 21 mars prochain. Le Conseil constitutionnel n’a écarté qu’un candidat sur les 8 qui avaient manifesté leur désir à prendre part à la course.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (123 816)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (55 607)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • Economie : Améliorer l’efficacité du système financier par la médiation (lasemaineafricaine) (33 093)
    Le secrétariat général du Comité national économique et financier (CNEF) du Congo a organisé mercredi 25 novembre dernier à Brazzaville, un séminaire sur la médiation financière. Les travaux ont été placés sous la présidence de Michel Dzombala, directeur national de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), secrétaire général du CNEF. Ce séminaire, qui […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 1
  • 1 957
  • 3 477
  • 76 565
  • 27 février 2021
diam at odio ultricies sed leo elit. leo. consectetur eleifend elementum tristique