Sélectionner une page

Bassin forestier de Souanké et Sembé : Sortir les deux entités de la léthargie

Bassin forestier de Souanké et Sembé : Sortir les deux entités de la léthargie

Les populations des sous-préfectures de Souanké et Sembé mènent des activités rurales traditionnelles combinées le plus souvent à une vie quotidienne de paysans. Elles s’adonnent à la chasse et la cueillette. Mais les marchés sont quasiment vides de produits agricoles vivriers. La production agricole est largement autoconsommée, notamment le manioc, qui est la base alimentaire du Congo.

Ces deux districts présentent encore un système traditionnel qui est peu adapté à la monétarisation et à certaines cultures d’exportation comme le café et le cacao, tout en conservant les aspects économiques plus anciens, comme la cueillette et la chasse. La production des denrées alimentaires est faible. Le niveau de vie est relativement moins élevé pour une population rurale. De plus en plus, les jeunes souffrent de la désaffection alors que les hommes adultes s’adonnent aux travaux des champs. La densité moyenne de la population est faible. Les hommes bénéficient presque partout de disponibilités en terres cultivables. La pratique fondamentale est la culture itinérante sur brûlis.
Le développement de ces deux districts s’effectue à un rythme lent. Jusqu’à présent, l’exploitation forestière reste la première ressource dans cette zone forestière et touristique car possédant de nombreux sites.
Souanké est situé à 280 km de Ouesso. Sa création date du 8 juillet 1916. Ce district a 12 mille km2 et en est à son 61e sous-préfet. Sa population est de 19.601 habitants, composée d’une prédominance de bantous et des peuples autochtones. La population du district est approximativement de 12 mille habitants avec 54 villages, et celle du centre urbain de 8 mille habitants répartis sur dix quartiers.
Pour sa part, Sembé se trouvant 200 km du chef-lieu Ouesso a été d’abord un poste de contrôle administratif (PCA) en 1961 sous le contrôle de Souanké, devenu district par la suite. Il compte 32 villages avec 12.320 habitants composés de bantous et de populations autochtones, comme Souanké. Ce district en est à son 17e sous-préfet et son centre-ville a quatre quartiers.
Les deux districts possèdent encore des vestiges de belles bâtisses laissées par les colons. La voie bitumée reliant Ouesso à la frontière du Cameroun a favorisé leur sortie de l’enclavement. Cette route pourra certainement accélérer le rythme de développement de ces deux districts, car la route est un puissant facteur d’intégration.

Philippe BANZ

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

26 septembre 2020, 04: 05

Editorial

MUTATIONS?

Ni les quatre ans passés depuis les dernières élections, ni la période de confinement que nous venons de subir ne semblent avoir prise sur nous. Oui, nous nous plaignons bien des gênes occasionnées par les masques contre la COVID-19, dénonçons l’inutilité du couvre-feu nocturne, donnant à voir l’impossibilité à maintenir une distanciation dans les marchés, les guichets et les quartiers. Mais dans la réalité, l’impact profond que nous étions en droit d’attendre d’un tel chambardement du monde a du mal à se dessiner.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (22 410)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (10 157)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (7 083)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

booked.net

Nos Statistiques

  • 0
  • 32
  • 22 964
  • 1 923
  • 938
  • 3
  • 10
  • 1
  • 23 septembre 2020
pulvinar massa porta. Donec nec Praesent non id,