Sélectionner une page

Au passé-présent

S’il y a un pays qui devait s’engouffrer dans la vague actuelle d’émotions et de révolte contre les passés, esclavagiste ou colonial, le Congo devait être de ceux-là. Non seulement sa capitale, Brazzaville, n’a jamais donné l’impression de vouloir s’ébrouer d’un tel passé colonial, mais encore les rares fois où des velléités ont poussé le pays à vouloir changer les noms, il est vite revenu de ses prétentions. Volontairement ou pas !
Qu’on se souvienne du cas emblématique de Loubomo, anciennement Dolisie, aujourd’hui redevenue Dolisie. Les gares de Hamon, Baratier, Brusseaux, Marchand, Marche, Des Chavannes, Le Briz, Jacob, Fourastier, Guéna, Patras ; la ville de Fort-Rousset : toutes ont bien changé de nom. Qui a vingt ans aujourd’hui n’a aucun élément de l’Histoire le rattachant à ces exotismes.
Mais est-ce un bien, ou un mal? Avons-nous gagné en indépendance et en plus de souveraineté en ayant changé les noms coloniaux? Si oui, pourquoi l’avoir fait à moitié? Si non, pourquoi ne pas s’être joint à l’émotion protestataire qui a secoué la planète et fait déboulonner des statues lorsque George Floyd est mort étouffé sous le genou d’un policier américain blanc il y a quelques semaines ?
Aujourd’hui, une image puisée dans l’actualité de l’autre bout du monde, fait le tour de la terre en quelques secondes. On dit qu’elle devient «virale». A l’heure des virus qui mettent le monde à genoux précisément, on ne pouvait trouver meilleure désignation. Sauf que, même dans l’adjectif, la charge nuisible du poison demeure: ce qui est viral est rarement curatif.
Non que changer pour changer nous avance à quelque chose. Ni que faire comme le voisin nous qualifie plus dans un quelconque développement durable. Mais ne pas se poser la question – et y répondre – nous acculent à repousser un débat qui, un jour ou l‘autre, se posera. Les nouvelles générations ont leurs problèmes et qui ne se justifient pas toujours par l’esclavage ou la colonisation. Mais les questions qui ne se posent pas aujourd’hui surgiront de leurs têtes peut-être un jour.
Un chauffeur de taxi me demandait où se trouve La Semaine Africaine. Je lui répondis: «Boulevard Lyautey». Il faillit s’étrangler. Il retrouva la sérénité quand je lui précisai: «C’est en face du CHU, à l’entrée de Chaminade». Indicateur d’un malaise ou marqueur d’une grande accoutumance à l’incongru?
Albert S. MIANZOUKOUTA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 279 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 279 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

25 février 2021 15 h 09 min

Editorial

Un coup K.O. ?

Si les choses restent en l’état, la prochaine élection présidentielle, en mars, aura tout d’une consultation sans grand enjeu. La décision annoncée par l’UPADS, de ne présenter aucun candidat à cette échéance électorale et de n’en soutenir aucun, pourrait ôter tout son crédit à cette consultation majeure. Ce serait même pire qu’un boycott électoral. Car la plupart des grands leaders de l’opposition ont fait savoir leur refus d’aller au vote.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (120 513)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (53 530)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • Economie : Améliorer l’efficacité du système financier par la médiation (lasemaineafricaine) (31 926)
    Le secrétariat général du Comité national économique et financier (CNEF) du Congo a organisé mercredi 25 novembre dernier à Brazzaville, un séminaire sur la médiation financière. Les travaux ont été placés sous la présidence de Michel Dzombala, directeur national de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), secrétaire général du CNEF. Ce séminaire, qui […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 3
  • 10 452
  • 1 340
  • 75 980
  • 4 février 2021
neque. fringilla ultricies libero commodo porta. nec