Sélectionner une page

Au passé, au présent et au futur?

Tout n’est plus que dialogue désormais ! Le dialogue, on le découvre, on en fait la profession de foi des politiques, on le propose comme préalable de résolution de crise, on en fait un projet de vie politique. On rappelle à l’envi ses vertus; c’est lui, assure-t-on, qui aurait amené la paix et la stabilité dans les sociétés ancestrales. Pourvu qu’il y ait le dialogue, inclusif de préférence, le Congo sera préservé de la tentation de recourir à la violence aux prochaines élections.
Peut-être. A tout prendre, il est peut-être préférable des politiques qui dissertent de manière libre, que des humeurs qui s’expriment par la fronde. Il vaut très certainement mieux se parler que de se faire la guerre. Le Congo n’a que trop eu recours à la force pour s’imposer des choix politiques. Il n’a que trop déploré par la suite «les bêtises humaines» à répétition dont il a été à la fois la victime et la responsable sans frein, qu’il a déclenchées pour un gain pitoyable.
L’ardeur à implorer le dialogue laisse de côté notre propre nature de Congolais tombés dans la marmite de la politique du mauvais côté. Celui où la marmite était plus tiède et où la sauce n’a pas vraiment pris. Les plats n’en sortent ni chauds, ni froids, mais juste ce qu’il y a de cosmétique pour sauver les apparences. C’est-à-dire continuer de vaquer à nos occupations sans être dérangés, ni déranger les habitudes de notre spécificité congolaise.
Qu’on se souvienne: c’est bien au sortir d’un dialogue refondateur géant, lors d’une conférence nationale décrétée souveraine, avec tous les symboles et les attributs des personnes voulant désormais ne s’affronter que dans les urnes, que le Congo bascula. Que les guerres éclatèrent, découvrant de nous ce que nous ne nous savions pas capables d’infliger à un frère, à une sœur, aux enfants et aux vieillards. Ce dialogue-là ne suffit pas à endiguer ces envies mortifères en tous.
Ont suivi d’autres dialogues. Ils sont cités en référence, mais qu’ont-ils apporté de vrai chez les politiques ? Ils n’ont rien empêché de faire dans la partie du décalogue que rappelait Mgr Ernest Kombo du haut de la tribune de la Conférence nationale: «Tu ne voleras point, tu ne mentiras point, tu ne tueras point»? Aujourd’hui, cela semble désuet, inutile. Non que nous nous soyons assagis, mais parce que la morale devient encombrante dans une Nation où les antivaleurs ont aussi leurs praticiens enviés.
Donc, dialogue. Il est désormais inscrit dans la Constitution, et c’est une bonne chose. Mais un pays qui multiplie les dialogues (et les violences) pour dénoncer les problèmes, toujours les mêmes, doit s’interroger sur la sincérité de ses proclamations. C’est l’opposition qui réclame le dialogue et la majorité qui, pour l’instant, affirme qu’il n’y a pas péril en la demeure. Effet de mode?

Albert S. MIANZOUKOUTA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 333 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 333 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

23 avril 2021 19 h 18 min

Editorial

Dans l’attente

Dans quelques jours, ou dans quelques semaines». C’est ainsi que le Président de la République nous a annoncé la formation attendue du nouveau Gouvernement du pays. Dans son discours d’investiture le 16 avril dernier, au Palais du Parlement, le Président de la République s’est cru obligé de tempérer les attentes de tous ceux qui espèrent être ou rester ministres, sans se montrer plus précis dans les délais.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (173 806)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (82 524)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • Economie : Améliorer l’efficacité du système financier par la médiation (lasemaineafricaine) (54 877)
    Le secrétariat général du Comité national économique et financier (CNEF) du Congo a organisé mercredi 25 novembre dernier à Brazzaville, un séminaire sur la médiation financière. Les travaux ont été placés sous la présidence de Michel Dzombala, directeur national de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), secrétaire général du CNEF. Ce séminaire, qui […]

booked.net

Canal Plus Afrique

Nos Statistiques

  • 23
  • 11 690
  • 15 694
  • 392 796
  • 21 avril 2021