Sélectionner une page

ASSURANCE OBLIGATOIRE DES RISQUES SPORTIFS : Une loi qui suscite l’espoir

ASSURANCE OBLIGATOIRE DES RISQUES SPORTIFS : Une loi qui suscite l’espoir

Enfin, le Congo s’est doté d’une loi instituant l’assurance obligatoire des risques sportifs! Adoptée par les deux chambres du Parlement, l’une après l’autre, elle fait la joie des pratiquants, même si nombreux attendent qu’elle soit rendue exécutoire dans un pays où plusieurs lois, dans divers domaines, moisissent dans les tiroirs faute de textes d’application.
Jusque-là, les sportifs congolais ne disposaient d’aucune garantie en cas d’accidents corporels, d’une maladie professionnelle ou de dommages causés à autrui. Les dommages étaient gérés sous forme de cas sociaux, a affirmé le ministre des Sports Hugues Ngouélondélé. Selon les cas, l’Etat, la fédération ou le club apportait une assistance financière ou matérielle. Une formule inefficace, car ne prenant pas en compte la totalité du dommage subi et la durée effective de l’incapacité, a-t-il expliqué en défendant son projet de loi.
La loi votée récemment définit la nature des risques, les obligations de l’Etat et des fédérations, des associations et des clubs sportifs en matière de prise en charge des pratiquants victimes des dommages corporels. Elle présente aussi les différents régimes de couverture des risques et des sanctions, etc. C’est une avancée considérable, qui va conduire à rassurer les sportifs.
Pour l’histoire, feu Boniface Massengo ‘’Professeur’’, un footballeur jadis populaire, avant l’indépendance, fut le premier à revendiquer une assurance-vie obligatoire pour le joueur amateur congolais. «Tant qu’il n’y aura pas d’assurance-vie obligatoire, je ne rejouerai pas au football», dit-il, dans une interview à La Semaine de l’AEF. Le Père Marcel Bureth, directeur du Stade Eboué et dirigeant influent de la Sous-ligue de Brazzaville affiliée à la Fédération française de football (FFF), n’en dormit de la nuit, oubliant que le séjour de ce cerveau dans la métropole ne fut pas seulement que du tourisme. Le co-fondateur des Diables-Noirs découvrit là-bas que professionnels et amateurs confondus, tous étaient couverts par une assurance-vie. Et il en réclamait, maintenant, pour le joueur d’Afrique Equatoriale française, ce qui lui valut des foudres.

Destin Dimitri MACKITA
et Jean ZENGABIO

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 373 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 373 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

1 août 2021 9 h 35 min

Editorial

A notre santé !

Il y a un contraste sidérant à constater, avec l’homme de la rue, que «les deux industries les plus dynamiques du pays» sont la bière et la morgue. Chaque jour que Dieu fait, nous nous donnons en spectacle attablés aux bistrots, seuls ou avec des amis, hommes ou femmes, devant un alignement de bouteilles ou de cannettes bien moussantes dès 9h du matin. C’est d’ailleurs le meilleur indicateur pour savoir si les salaires ont été virés dans les banques.

Lire la suite

booked.net

Nos Statistiques

  • 2
  • 535
  • 3 763
  • 314 076
  • 31 juillet 2021