Sélectionner une page

ARMEE : Un nouveau grade d’adjudant-major en création; l’exercice du culte reconnu

ARMEE : Un nouveau grade d’adjudant-major en création; l’exercice du culte reconnu

Initié par le Gouvernement, un projet de loi traitant des droits et devoirs du militaire, ainsi que du déroulement de sa carrière est en cours d’étude. Des innovations y sont apportées en ce qui concerne les exercices des droits civils et politiques, la prise en charge des risques professionnels militaires, la hiérarchie militaire et la préparation du retour à la vie civile par l’institution d’un congé de reconversion d’un an.

«Ce texte est une réforme engagée sur la base des insuffisances constatées dans l’ancien texte et des exigences d’adaptation aux évolutions», a expliqué le ministre de la Défense, Charles Richard Mondjo. «Il a vocation à remplacer l’ordonnance n°4-2001 du 5 février 2001».
Le projet loi innove sur l’exercice du culte au sein des armées et l’exercice des droits politiques par le militaire. Il restreint l’exercice par le militaire des droits politiques notamment le droit de se porter candidat à une élection politique. «Cette restriction vise à mieux protéger la vie des armées contre tout activisme politique préjudiciable à l’exécution du service, à la discipline et à la cohésion au sein des armées», a expliqué le ministre.
L’exercice du culte au sein des armées, qui est actuellement pratiqué par «simple tolérance, sera désormais, légalement encadré», précise le texte, qui en son article 13, alinéa 2, pose le principe de l’octroi d’une indemnité réparatrice du préjudice personnel subi au militaire blessé en opérations ou aux ayants-droit du militaire décédé en opération. Cette indemnité n’exclue pas la rente d’invalidité et les prestations sociales en vigueur. «Avec cette disposition, nos hommes bénéficieront du même régime de protection qu’en opérations extérieures développées sous mandat de la CEEAC, de l’UA, ou des Nations-Unies», a indiqué le ministre.
Le texte crée dans la hiérarchie militaire des grades, le nouveau grade d’adjudant major ou major entre la catégorie de sous-officiers et celle d’officiers subalternes, «afin de réduire la pression des personnels sous-officiers supérieurs sur les passerelles de franchissement vers la catégorie supérieure d’officiers subalternes».
La création de ce grade n’a pas vocation à supplanter ou supprimer le système de franchissement qui n’est ouvert qu’à certains sous-officiers du grade d’adjudant-chef remplissant certaines conditions réglementaires liées à l’âge limite, au temps de service et à la durée au grade.
«En tenant compte de ces critères, notamment de l’âge limite, plusieurs adjudants-chefs se trouvent inéligibles à ce concours et grossissent l’effectif de plus en plus élevé de ces sous-officiers. Avec la création de ce grade d’adjudant-chef major ou major, l’enjeu est de réduire la pression des personnels sur cette passerelle et de donner aux personnels ne pouvant plus accéder à la catégorie d’officiers, une continuité de carrière», a fait savoir Charles Richard Mondjo.
Pour ce qui est du retour à la vie civile, le texte institue un congé de reconversion au profit du militaire, afin de lui permettre de préparer ce retour, soit à l’issue de sa période d’engagement, soit avant sa mise en retraite. Ce congé est ouvert par un texte au militaire ayant accompli au moins 40 ans de service militaire effectif et lui donne le droit de suivre une formation ou un stage destiné à le préparer à l’exercice d’une profession civile.
Sur l’interdiction des formations syndicales prévue par l’article 7 et la structure qui serait la voie de recours, en vue de la défense des intérêts des militaires lésés, le ministre a fait savoir que le règlement de discipline générale garantit et organise, à l’article 65, le droit de recours de tout militaire ou gendarme qui estime avoir à se plaindre d’une mesure ou d’une décision administrative le concernant, de quelque nature qu’elle soit. Le recours se fait impérativement par voie hiérarchique. Le militaire ou le gendarme doit l’épuiser avant d’envisager un recours devant toute autorité extérieure au ministre de la Défense nationale ou devant les tribunaux», a indiqué Charles Richard Mondjo.
Ce droit de recours, a dit le ministre, ne s’exerce pas de façon collective, «ni au moyen de manifestations, ni au moyen de pétition».
A noter que l’article 6 du texte interdit aux militaires d’exercer à titre professionnel une activité lucrative, à l’exception des activités agropastorales et halieutiques.

KAUD

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 241 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 241 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

22 janvier 2021 12 h 45 min

Editorial

Des élections en Afrique Centrale

En Centrafrique, la victoire du Président Faustin Archange Touadéra a été confirmée par la Cour Constitutionnelle. Avec un peu plus de 53% de voix, mais sur seulement 35% des ayants-droit au vote, cette victoire a été entérinée par la communauté internationale. Certains des opposants -une première en Afrique Centrale – se sont même inclinés devant le vainqueur.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (95 058)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (39 596)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (27 847)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 8
  • 977
  • 1 690
  • 75 498
  • 22 janvier 2021
non dolor. velit, at justo dictum libero. ultricies venenatis, elit.