Sélectionner une page

Archidiocèse de Kinshasa (République Démocratique du Congo) : Les quatre cardinaux congolais!

L’Eglise catholique romaine en République Démocratique du Congo s’est implantée depuis plusieurs décennies. C’est le pays d’Afrique où il y a le plus de catholiques, on y compte trente-cinq millions de chrétiens catholiques. Aussi, l’Eglise catholique est très présente dans l’évangélisation, ainsi que dans les secteurs de l’éducation et de la santé. Elle a joué un rôle clé dans les Accords de la Saint-Sylvestre en 2016.

L’une de sa particularité, c’est également le fait d’avoir déjà eu dans son parcours quatre cardinaux, à savoir: Joseph-Albert Malula; Frédéric Etsou Nzabi Bamungwabi; Laurent Monsengwo Pasinya et Fridolin Ambongo Besungu. Qui sont donc ces différents cardinaux qui ont œuvré à la tête de l’archidiocèse de Kinshasa qui est un siège cardinalice, dont l’aura dépasse les frontières du pays.

Le premier d’entre eux c’est Joseph-Albert Malula, né le 17 décembre 1917 à Léopoldville, mort le 14 juin 1989 à Louvain (Belgique). Il fut archevêque de Kinshasa de 1959 à 1964 et président du Symposium des Conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar. Son ordination sacerdotale eut lieu le 9 juin 1946 par Mgr Six, et la consécration épiscopale le 20 septembre 1959 par Mgr Félix Scalais. Il fut créé cardinal en 1969 par le Pape Paul VI.
De lui, on peut retenir entre autres, qu’il fut attentif à ce qui se vit de la foi en Afrique, intéressé aux nombreuses questions brûlantes qui préoccupaient ce continent de son vivant. Malula apporta des propositions très concrètes qui indiquaient comment dans ce contexte particulier, les communautés chrétiennes furent appelées à écrire leur histoire selon l’esprit. Il était un acteur qui s’interrogeait sur le présent et l’avenir des communautés chrétiennes en Afrique à partir des enjeux en présence. Aussi, le cardinal Malula fut un personnage historique dont la pensée aura eu une incidence sociale, politique et ecclésiale considérable sur les cours des événements dans la vie de l’Eglise, aussi bien en Afrique qu’ailleurs.
Il eut comme successeur le cardinal Frédéric Etsou Nzabi Bamungwabi, né le 3 décembre 1930 et décédé le 6 janvier 2007 à Louvain (Belgique). Sa consécration épiscopale intervint le 7 novembre 1976 par le cardinal Joseph-Albert Malula. Nommé archevêque de Kinshasa en 1990, il fut créé cardinal le 28 juin 1991 par le Pape Jean-Paul II, devenant ainsi le deuxième cardinal de ce pays.
Le 13 juillet 2000, lors de la 34e assemblée plénière de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), il fut nommé président de cette structure pour un mandat de quatre ans. Très engagé pour la cause sociale, il accompagna la campagne d’éducation civique et électorale avec la Commission Justice et Paix au cours des années 2005-2006. Dans le Gouvernement de l’Eglise, la cardinal Etsou était membre des Conseils pontificaux pour l’évangélisation des peuples, pour la famille et les affaires économiques. Il participa à plusieurs Synodes romains et au Conclave de 2005 qui élit Benoît XVI. Malade et soigné en Belgique, il mourut le 7 janvier 2007 à Louvain.
Après lui, le témoin fut transmis à Laurent Monsengwo Pasinya, né le 7 octobre 1939 à Mongobelé (Bandundu). Archevêque de Kisangani en 1988, il est nommé à Kinshasa en 2007 et créé cardinal par le Pape Benoît XVI au Consistoire du 20 novembre 2010. Il participa au Conclave de 2013 qui élit le Pape François. Le 13 avril 2013, le nouveau Pape constitua un groupe de huit prélats issus de tous les continents, chargés de l’épauler dans la réforme de la Curie romaine et la révision de la Constitution apostolique Pastor Bonus. Pour l’Afrique, c’est le cardinal Mosengwo qui fut choisi. Le 9 septembre 2014, il fut nommé par le Pape François, père synodal pour la 3e assemblée générale extraordinaire du Synode des évêques sur la famille qui s’était déroulé du 5 au 19 octobre en qualité de membre du Conseil ordinaire du Synode des évêques. Il leva sa voix pour le non renouvellement du mandat du président Joseph Kabila en 2018. Il se retira de sa charge cardinalice en 2018.
Son successeur, Fridolin Ambongo Besungu, né le 24 janvier 1960 à Boto (RD Congo). Archevêque de Kinshasa depuis sa nomination le 1er novembre 2018, et créé cardinal depuis le Consistoire du 5 octobre 2019 par le Pape François. Il mène plusieurs actions dans les domaines politique, environnemental, sanitaire et religieux. En juin 2016, il fut élu vice-président de la CENCO. Le 6 février 2018, le Pape François le nomma coadjuteur de l’archidiocèse de Kinshasa pour succéder au cardinal Mosengwo. Son installation comme archevêque eut lieu le 25 novembre 2018. Il avait joué un rôle clé dans les accords de la Saint-Sylvestre du 31 décembre 2016. Il est une figure respectée en RD Congo, et très connue pour son franc-parler.

Alain-Patrick MASSAMBA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 78 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 78 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

1 novembre 2020 2 h 12 min

Editorial

TROUBLE

Nous vivons une époque de grands retournements, où les notions et les concepts ne disent plus la même chose à tous. Telle est considérée valeur revendiquée, qui est une attitude décriée par d’autres. La vie, la mort, surtout en cette approche de la Toussaint que beaucoup assimilent à une fête célébrant la mort, n’aident pas à unifier les principes.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (30 524)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (15 241)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (13 059)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 1
  • 63
  • 43 215
  • 5 646
  • 1 258
  • 4
  • 12
  • 1
  • 31 octobre 2020
quis, risus id consectetur Praesent commodo ut neque. id