Sélectionner une page

ARCHIDIOCESE DE BRAZZAVILLE : Mgr Bienvenu Manamika a installé le père Clotaire Jonas Bangui comme curé doyen

ARCHIDIOCESE DE BRAZZAVILLE : Mgr Bienvenu Manamika a installé le père Clotaire Jonas Bangui comme curé doyen

L’église Notre-Dame des Victoires de Ouenzé (autrefois Sainte Marie) a été le lieu retenu pour célébrer la messe au cours de laquelle Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou, archevêque coadjuteur de Brazzaville, a installé le père Clotaire Jonas Bangui, curé de la paroisse Notre-Dame des Victoires de Ouenzé, en qualité de curé doyen du doyenné Notre-Dame des Victoires. C’était dimanche 22 novembre 2020, en la solennité du Christ-Roi de l’Univers. Au cours de cette messe, la chorale paroissiale Notre-Dame de l’Espérance ayant animé la messe, a célébré ses 57 ans d’existence au service de l’annonce de l’évangile par le chant.

Plusieurs personnalités de divers rangs dont M. Marcel Ganongo, administrateur-maire de l’arrondissement 5 Ouenzé, et des parlementaires, ont compté parmi les participants à la messe.
Au début de la messe, le curé doyen a prononcé la formule de son engagement à servir fidèlement l’Eglise.
Dans son homélie, l’archevêque coadjuteur s’adressant au curé doyen a rappelé: «Notre archidiocèse compte sept doyennés qui le structurent. Parmi ceux-ci, nous avons le doyenné Notre-Dame des Victoires que vous êtes appelé à diriger. Ce doyenné est composé de neuf paroisses: Notre-Dame des Victoires de Ouenzé, Saint Jean-Marie Vianney de Mouleké, Saint Augustin de la Tsiémé, Saint Jean-Baptiste de Talangaï, Saint Joseph de Tout pour le peuple, Sainte Madre Teresa de Calcutta, Saint Louis Marie-Grignon de Montfort, Sainte Bernadette de Kazis et Notre-Dame de la Miséricorde de l’Ile Mbamou. Votre responsabilité est grande. Selon les normes de l’Eglise universelle et les directives de Mgr l’archevêque de Brazzaville, et aussi à la lumière de l’évangile d’aujourd’hui, il est bon de vous rappeler, Cher père, que le doyenné doit devenir «l’unité motrice» de la pastorale ordinaire de notre Eglise locale; sa consolidation dépendra en grande partie du dynamisme de votre plan d’action.» «Le doyenné Notre-Dame des Victoires ne sort pas du néant. Il n’est pas acéphale. Il est partie prenante de l’organisation de l’archidiocèse de Brazzaville. En raison de la légitimité qui lui est accordée, votre doyenné (comme tous les doyennés) participe à la visibilité de l’Eglise qui est «le sacrement, c’est-à-dire à la fois le signe et l’instrument de l’union intime avec Dieu et de l’unité de tout le genre humain» (Lumen Gentium n° 1 de Vatican II).», a-t-il poursuivi.
Dans son mot de remerciements, Guillaume Londzabeka, vice-président du Conseil pastoral paroissial de Notre-Dame des Victoires de Ouenzé, a demandé que la lumière du Saint-Esprit éclaire et dirige le curé dans ses nouvelles fonctions.
Dans son adresse, le père Clotaire Jonas Bangui a exprimé sa gratitude à l’archevêque pour le choix porté sur sa personne. Puis, il est revenu sur les circonstances dans lesquelles il avait reçu la nouvelle de sa nomination en tant que curé doyen.
Une particularité à signaler, cette messe s’est achevée par la procession du Saint Sacrement pour marquer la solennité du Christ-Roi, suivie d’une vénération à la Vierge Marie.
Peu avant la bénédiction finale, Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou a éclairé le peuple de Dieu sur la fête du Christ Roi de l’univers. Au cours de cette fête, Jésus est commémoré comme le roi des rois, le chef des chefs a-t-il réaffirmé.

Père Clotaire Jonas Bangui

Qui est le père Clotaire Jonas Bangui?
Né le 9 avril 1971, à Ewo de feu Emmanuel Bangui et de Pauline Ekirangadzo, Clotaire Jonas Bangui est le benjamin des 9 enfants. Dès sa tendre enfance, à l’âge de 4 ans, il accompagnait son père Moniteur, à l’école où il enseignait, et là, il commence à lire et à écrire. De 1977 à 1983, il fait ses études primaires à l’Ecole de l’Aérodrome et à l’Ecole du Centre (31 juillet 1968) et obtient le Certificat d’études primaires et élémentaires (CEPE). De 1983 à 1987, il fait ses études secondaires au CEG Ambendza d’Ewo et y obtient son BEMG. De 1988 à 1991, il continue ses études secondaires dans les lycées Michel Guembela à Ouesso et Thomas Sankara à Brazzaville. Après son baccalauréat, il a fait une année à la Faculté des Sciences avant d’aller au Postulat des spiritains de Dolisie, où il embrasse la vie religieuse dans la Congrégation du Saint Esprit sous la protection du Cœur Immaculé de Marie. De 1992 à 2001, il fait tour à tour les études philosophiques à Libreville au Gabon, le Noviciat à Mbalmayo au Cameroun, et les études théologiques au Théologat Poullart des Places de Brazzaville. A cause des événements douloureux de 1997-1998, il a fait son stage missionnaire au Cameroun, à Yaoundé, à la paroisse Saint Pierre de Kong. Il a terminé ses études théologiques au Gabon et au Cameroun, au Théologat Saint Cyprien de Ngoya, où il obtint la Licence théologique du Teresianum (Rome). Après son ordination presbytérale le 28 juillet 2001, à Notre-Dame des Victoires (Sainte Marie de Ouenzé) des mains de Mgr Anatole Milandou, le père Clotaire Jonas Bangui est affecté comme vicaire à la paroisse Saint Kisito de Makélékélé, ensuite à la paroisse Notre-Dame des Victoires de Ouenzé (Sainte Marie) avant d’aller continuer ses études à l’université de Louvain en Belgique, études sanctionnées par le Diplôme d’études approfondies (DEA) en Théologie, option: Patristique et Histoire ecclésiastique. Il a aussi soutenu dans la même université un Master 2 en Anthropologie sociale et culturelle. De 2008 à 2018, il officie comme vicaire décanal dans les diocèses de Liège et de Tournai en Belgique. Depuis septembre 2018, il est curé de la paroisse Notre-Dame des Victoires, professeur de Patristique au Grand séminaire Cardinal Emile Biayenda. Coordonnateur de la Commission épiscopale de l’enfance et de la jeunesse, il est aussi deuxième assistant provincial, chargé de la formation, dans la province spiritaine du Congo-Brazzaville, avant sa nomination comme curé doyen du doyenné Notre-Dame des Victoires, le 19 juillet 2020, par Mgr Anatole Milandou, archevêque métropolitain de Brazzaville.

Gislain Wilfrid BOUMBA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 375 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 375 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

2 août 2021 4 h 45 min

Editorial

A notre santé !

Il y a un contraste sidérant à constater, avec l’homme de la rue, que «les deux industries les plus dynamiques du pays» sont la bière et la morgue. Chaque jour que Dieu fait, nous nous donnons en spectacle attablés aux bistrots, seuls ou avec des amis, hommes ou femmes, devant un alignement de bouteilles ou de cannettes bien moussantes dès 9h du matin. C’est d’ailleurs le meilleur indicateur pour savoir si les salaires ont été virés dans les banques.

Lire la suite

booked.net

Nos Statistiques

  • 2
  • 213
  • 2 207
  • 305 632
  • 1 août 2021